Pornichet Infos

Au « Tennis jardin », le Ninon Tennis Club cultive la convivialité

Il y a quelques jours, le Ninon Tennis Club de Pornichet tenait son assemblée générale.
Avec son nouveau président Patrick Lefèvre. « Balles neuves » mais continuité dans les orientations. On continuera de monter au filet en restant vigilants sur les priorités dans un esprit convivial avant tout. Échanges de fonds de courts et partage…

Un an après son élection présidentielle, Patrick Lefèvre est resté le même. Toujours aussi svelte et sportif, avec un nouveau titre de champion départemental des +65 ans s’il vous plaît, difficile de voir si son année de présidence lui a apporté quelques nouveaux cheveux gris. Le NTC ce sont 650 licenciés à gérer. « Je suis au club depuis 35 ans, dont 20 au sein du conseil d’administration. J’ai la chance de travailler à la fois avec des structures sportives de grande qualité et au sein d’un conseil où nous prenons plaisir à travailler à la fois avec les salariés du club et les membres du CA. C’est très positif sur le plan humain ».

Compétition à tous crins

Au sein d’un club dynamique et vivant, Patrick Lefèvre consent tout juste à reconnaître, sans être surpris, un emploi du temps de plus en plus chargé « Oui, c’est prenant, il faut faire de plus en plus de choses ». Dans le contexte délicat du tennis au plan national avec une baisse significative des effectifs et le constat alarmant de la désertion des jeunes (saturés de tennis arrivés à l’adolescence), le NTC maintient ses priorités sociales, éducatives et sportives. Le tout est assuré dans la convivialité, objectif principal pour favoriser les relations entre les adhérents. Le « tennis mercenaire » est banni. Au sein de son site magique, appelé par tous « Tennis jardin », avec tous ses techniciens, dirigeants, joueurs, salariés et bénévoles, le club pornichétin tente une autre approche en adoptant une nouvelle orientation stratégique. Appuyé sur une situation financière saine, le NTC commence à réfléchir à un autre développement de son sport en difficulté. « Les excès de la compétition à tous crins sont inquiétants. Il faut revenir à d’autres valeurs. Pour cela, nous avons créé une nouvelle commission animée par Henri Helmot, un fin pédagogue, concernant la formation. Avec l’équipe de formateurs, nous allons définir des objectifs par niveaux d’entraînement avec toujours en filigrane la dimension ludique et le collectif ».
La convivialité étant le maître mot, le rôle de la Commission Animation est un rouage essentiel du club. Isabelle Cadec, Dominique Dubot, Françoise Hervy, Sandrine Leroux et Pascale Ollivier sont chargées d’animer le club tout au long de l’année en organisant des manifestations festives pour toutes les catégories de joueurs.

Mettre Martel en tête

De résultats sportifs, il faut pourtant en parler. Ils sont globalement bons, notamment au niveau des équipes fanions. Le nouvel échec des hommes pour la montée en Nationale 4 sera l’occasion l’an prochain de faire en sorte d’en faire un nouvel objectif. Chez les jeunes il y a de nombreuses satisfactions, notons les titres départementaux de Margot Rousseau et Romain Pellerin. Chez ceux « qu’ont pris d' l’âge » (la soixantaine passée), l’inamovible Alain Martel est devenu champion départemental et régional et quart de finaliste aux Championnats de France. D’une condition physique hors normes, il devrait cette année encore porter haut les couleurs du Ninon.
À l’autre extrémité de la pyramide des âges, l’école de tennis avec des animations adaptées et un encadrement compétent compte 153 élèves. Le Centre d’entraînement, marchepied pour le pôle compétition, créé en 2011, propose aux enfants de 10 ans un niveau « balle verte », pas pratique pour rechercher sa balle perdue sur le gazon du Ninon, à raison de deux séances de tennis par semaine.
Indispensables au remplissage de la caisse et à la notoriété du NTC, les inscriptions aux tournois Open sont en forte augmentation (31%).  Parmi les nouveautés 2012, notons un tournoi multi chances femmes de + 18 ans début avril ; un autre tournoi ouvert à 24 joueuses non classées à 30/1 inscrit dans le cadre d’un programme national pour le développement du tennis féminin ; le club accueillera en septembre 2012 les phases finales interrégionales des raquettes ; Enfin, c’est en cours de négociation, le NTC pourrait être l’organisateur des championnats de France de Beach tennis en septembre 2012.
 

Pas être pris de court

Limitrophe de l’hippodrome, le site d’activités du Ninon doit faire face à la « gourmandise équine galopante ». Ses dirigeants ne doivent pas rester cachés dans leurs bulles tennistiques. Le projet municipal d’implantation d’un hôtel situé au Rond-point de l’hippodrome,(l’ancienne station-service), implique une restructuration du site du NTC. La ville va supprimer le court central et le court E du Ninon pour le projet hôtelier. À charge pour les dirigeants de réfléchir à un projet de substitution.
Pour son avenir et le maintien du NTC parmi les grands clubs de la région, les hommes de Patrick Lefèvre doivent assurer :
Le maintien du potentiel foncier et tennistique du club.
La valorisation et l’entretien du patrimoine communal.
La prise en compte des synergies potentielles avec le complexe de l’hippodrome.

« Il nous faut trouver deux autres courts de substitution. Notre projet club s’oriente vers le choix d’un développement d’extension vers Saint-Nazaire ». À l’heure où la ville décide de se détacher de La CARENE pour rejoindre Cap Atlantique, le choix du club ne va pas dans le sens souhaité (rires) « Bien vu, disons que nous prévoyons une extension vers… l’Est » précise Patrick Lefèvre. Derrière la salle vétuste des courts F et G en terre battue, la ville pourrait préempter des terrains. « Notre projet prévoit la construction d’une nouvelle salle dans laquelle pourraient être implantés trois courts de tennis ». La difficulté est de concilier les deux projets notamment au niveau des dates de réalisation. Rude tâche pour les dirigeants du Ninon qui devront respecter, des contraintes liées :
- au bon fonctionnement du club en mettant, avant la saison estivale, à disposition les deux courts manquants à l’ouest.
– aux perspectives de développement du club à court et moyen terme notamment pour ce qui concerne la rénovation du club-house et de la sécurité des installations.

Enfin, le projet doit aussi s’intégrer dans la stratégie municipale de développement de la zone.
 

Auteur : JLM | 08/02/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Les + de 65 ans du Ninon Tennis Club récidivent »
Article suivant : « Pêcheurs d’El Dorado »

Vos commentaires

#1 - Le 09 février 2012 à 10h15 par QUIDAM
Voilà quelqu'un d'hyper dynamique et qui connait bien sa commune !
Dommage que le temps n'est pas extensible, s'il n'était pas si occupé et si, évidemment la politique "de la ville" l'intéresse, il aurait fait un excellent maire.
En tout cas, BRAVO pour son action au sein du Ninon Tennis Club, un des fleurons de Pornichet à travers les temps !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter