Pornichet Infos

Bexbach et Pornichet jumelles pour que « les pays rient »

Les deux villes fêtaient le 30e anniversaire de leur jumelage et signaient samedi soir une charte pour renouveler leur amical engagement, à Quai des arts.
Bexbach et Pornichet renouvellent leurs voeux de jumelage
Bexbach et Pornichet renouvellent leurs voeux de jumelage

Dans un discours très chaleureux, Jean-Claude Pelleteur visiblement ému a rappelé l'origine de l'amitié entre les deux villes, rendu hommage aux victimes de la guerre et salué le travail des premiers acteurs dont Robert Fiedler, Madeleine Baron et l'ancien maire Jean-Claude Empereur. « Pour qu'il n'y ait plus jamais de guerre ». « L'Europe c'est l'affaire de chacun, à nous de la consolider par notre adhésion à des valeurs communes et avant tout humaines ». « Liberté, fraternité, démocratie, et paix » pour « tisser une conscience européenne » et « rester vigilants face aux détracteurs du projet européen et à l'intolérance ».

« Pas les décrets »

Les maires de Pornichet et Bexbach 30e anniversaire du jumelage
Les maires de Pornichet et Bexbach 30e anniversaire du jumelage

Depuis 2014 la devise de l'association de jumelage côté Bexbach est « Les petits ruisseaux font les grandes rivières ». Le séduisant maire de Bexbach, Thomas Leis,  l'a illustrée dans un discours en français impeccable, tout comme celui de la Princesse du Jardin des Fleurs qui avait ouvert la cérémonie du haut de ses 17 printemps, espérant les prochaines « fêtes et activités communes que nous ferons ensemble » avec « passion et engagement ».
« Qui aurait cru, il y a 70 ans que nous aurions pu être partenaires ? », « ce ne sont pas les décrets qui nous rapprochent, ce sont des gens qui apprennent à se connaître par les voyages, les visites, le sport, l'école. Manger du pâté et boire du vin ou manger de la saucisse de foie et boire de la bière, ce n'est pas si différent ». Les gens veulent « vivre bien et être en paix, et dans le deuil tous ensemble ». « C'est ça, la grande rivière  :  contribuer un peu à la paix du monde ».

Comme le veut l'usage on échangea des cadeaux, drapeau, maillots, vins, gravures et dessin humoristique « le premier d'un festival de BD que nous avons dans les cartons » annonça le maire de Pornichet. Puis les maires et les présidentes, Petra Fess et Annick Guimard signèrent la charte d'amitié.

Pour Pornichet, l'animation était assurée par la chorale Cantadune qui termina sa prestation par la Berceuse de Brahms, en allemand, reprise par la salle. La compagnie de danse Art et mouvement a offert un spectacle de qualité dont la variété, l'humour et la politesse du programme choisi ont été très remarqués par les visiteurs.

« Die la Hei! »

La  Blätsch
La Blätsch

Bexbach avait aussi bien fait les choses. Werner II et Christine II, roi et reine du Carnaval ont défilé avec leur garde tandis que le porte-étendard veillait sur la cérémonie. Johannes Jost, le jeune vice-président du jumelage, traducteur interprète professionnel expliqua qu'à Bexbach durant une semaine, le maire n'a aucun pouvoir sur la ville, précisant aussi que le couple « royal » qui en est dépositaire n'a cependant pas toutes les clés et  que cette semaine-là « les tiroirs sont vides ».
Le président du Carnaval, Klaus Fess « qui représentait toutes les association culturelles de Bexbach » fit répéter la devise de la  Blätsch «  Die la(chende) Hei(mat)!», « cela veut dire le pays qui rit ».
Les Pornichétins un peu timides au début répétèrent donc « Die la Hei!» (la forme abrégée), chaque fois que demandé par l'énergique chauffeur de salle.
 « C'était juste après la guerre, il nous fallait reconstruire le pays, nous avions choisi cette devise, pour se donner du courage » se souvient Joachim.
Klaus avait prévenu avec humour : « les messieurs » allaient apprécier tout particulièrement Ramona et Celine de sa « garde personnelle». Adhérentes, depuis 22 ans, elles entraînent aussi les plus jeunes deux fois par semaine. Les deux danseuses bondissantes ont eu grand succès, on nota même que le maire de Pornichet dut se servir un grand verre d'eau fraîche à la fin de leur numéro.
Puis la « garde royale » investit la scène pour une démonstration parfaite, avant que les deux maires aillent féliciter « d'un bisou » toute la troupe.

La fin de la soirée était animée pas Tintin Mille-Boutons et son accordéon pour valser entre les tables où les convives avaient apprécié un dîner servi avec grande attention et amabilité par les élèves de l'école hôtelière Saint-Anne.

Le programme

Le roi et la reine du carnaval de Bexbach et la princesse du jardin des fleurs
Le roi et la reine du carnaval de Bexbach et la princesse du jardin des fleurs

Hébergés à l'hôtel Océania, à Pierre et Vacances ou chez leurs amis Pornichétins les Allemands étaient arrivés jeudi soir après une dizaine d'heures de route.
Vendredi des visites avaient été organisées  à AIRBUS le matin, et en Brière l'après-midi avec promenades en barque pour le plus grand plaisir des Bexbachers. La soirée était libre ainsi que le samedi pour que les adhérents de l'Amicale de jumelage puissent prendre soin plus personnellement de leurs invités. Ainsi Jean accompagnait Helga, Joachim et leur petite fille Jessica au marché de Pornichet, Nicole conduisait Jacques le chauffeur du bus au jumping de la Baule, et beaucoup étaient sur la plage. « On n'a pas la   mer chez nous, et les enfants adorent les étoiles de mer ». La soirée se termina au quai des Arts avec  réception par Le Bagad de la Presqu'Île.

« La jeunesse comme pivot »

Art et mouvement
Art et mouvement

Les élus  ont montré pendant ces quatre jours, l'intérêt que la Municipalité porte aux jumelages, très présents tout le long du séjour (accueil, collation d'arrivée, pot sur le port dans le local des AVF, présence à la soirée de gala et salut au départ des deux cars le dimanche matin).
« Ce n'est pas pour ternir la fête mais quand on repart de Bexbach, il y a bien plus de monde pour venir nous saluer», regrettait pourtant un adhérent pornichétin de l'amicale. Plus de jeunes à venir de Bexbach que de jeunes Pornichétins pour les recevoir, plus de Bexbacher à parler en français que de Presqu'Îliens à se risquer en allemand.
Jean-Claude Pelleteur l'a souligné dans son discours « la jeunesse reste un pivot, elle voyage, elle échange » pour « découvrir et raisonner en Européen ».

Combien de cars faudra-t-il affréter pour l'Allemagne en 2016, quelles associations iront faire le spectacle ? Parce que les invitations ont été lancées : la fête de l'amitié, l'année prochaine c'est à Bexbach !

Auteur : LY | 17/05/2015 | 2 commentaires
Article précédent : « C’est la rentrée annoncez gratuitement vos manifestations sur pornichet-infos.fr »
Article suivant : « Forum des associations suite... »

Vos commentaires

#1 - Le 19 mai 2015 à 18h20 par suggestion
Je suis assez surpris qu'il n'ait été fait allusion au travail colossal réalisé de main de maître par l'adjointe à « la culture au patrimoine et au jumelage », ni par le maire ni par un organe de presse.
Un remerciement publique de la part de notre maire eut été une juste récompense envers cette personne dévouée.
Peut être même qu'elle aurait pu figurer sur la photo du renouvellement des vœux de jumelage !!
#2 - Le 20 mai 2015 à 12h10 par ad
Je suis bien d'accord, certains hommes ont tendance à oublier le rôle important des femmes joué dans notre société.
Encore aujourd'hui, à quel que poste qu'elles soient, ces messieurs les voient encore comme de "petites mains"
Tout cela n'est pas très glorieux pour des représentants officiels !

Aussi, pour ce qui me concerne, j'adresse toutes mes félicitations à l'adjointe à la culture et je souhaite ne pas être la seule à le faire.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter