Pornichet Infos

Caravane saisonnière

Hervé Garnier, secrétaire général confédéral de la CFDT était présent à Pornichet pour la 13e campagne d’information auprès des saisonniers.

Loin des podiums et des tournées estivales, après Saint-Brevin et Pornic, une trentaine de militants sont parti à la rencontre des employés « d’été » de Pornichet, sur leurs lieux de travail. Objectif : les informer de leurs droits et faire respecter la législation, si besoin en était encore. Il semble que oui. Ils devaient aussi se rendre dans la journée à La Baule, le Pouliguen, le Croisic et à Guérande.

Dérives des contrats

Hervé garnier
Hervé garnier

Sur la place très encombrée du marché, le secrétaire national Hervé Garnier, membre de la commission exécutive de la CFDT ne mâche pas ses mots : « On s’interroge sur le contrat saisonnier qui exonère les employeurs de la prime de précarité (10 % du salaire). Il y a vraiment une dérive des contrats. Il est bien plus facile pour un employeur de prendre un jeune dans ces termes que de lui proposer un CDD ».
Sur cette « tournée » qui mobilise dans notre région 150 militants ; il dit aussi : « On n'explique rien aux jeunes qui travaillent pour la première fois», mais aussi, par ailleurs que : « Cette campagne est la plus médiatisée de nos actions, Là au moins, nous ne sommes pas critiqués et nous ne rencontrons que des échos favorables. C’est aussi pour la notoriété de notre organisation ».
En filigrane, les prochaines élections de novembre, qui pour la première fois permettront aux entreprises de moins de 10 salariés d’élire par sigle (syndicat) leurs représentants dans des instances consultatives.

Les temps ont changé

« Si les jeunes continuent à chercher des jobs d’été, ce n’est plus pour se faire de l’argent de poche, c’est pour financer leurs études. On constate depuis deux à trois ans qu’ils rentrent désormais en concurrence avec des chômeurs ou des salariés précaires » explique Jean François Chapeau de l’antenne CFDT Saint-Nazaire.
Et puis, comme « il n’y a plus de saison, son contour est de plus en plus flou. Cela amène les employeurs à s’adapter en jouant sur la flexibilité sur la main-d’œuvre saisonnière, le résultat ? Contrats plus courts, embauche au dernier moment ou rupture de contrat, si l’activité se réduit ».
 

Les points noirs

Le logement et les conditions de travail sont les deux axes de cette campagne 2012. « Les saisonniers sont trop souvent confrontés à des loyers chers ou relégués dans la promiscuité au fond d’un camping ». Quant au droit du travail : « La promesse d’un emploi saisonnier est parfois la première expérience professionnelle, ce sont aussi les premiers revenus qui peuvent faire oublier que le droit du travail s’applique aussi ».
Il faut donc être vigilant sur la comptabilisation et le paiement des heures supplémentaires, sur le respect des jours de repos et bien évidemment avoir signé un contrat de travail.
En 2011, la section nazairienne a été sollicitée par plus de 200 salariés sur ces problèmes. Parfois, elle intervient comme médiateur et dans les cas plus graves, le syndicat saisit les autorités compétentes (inspection du travail, notamment).
La CFDT distribue donc, lors de cette campagne, un guide du salarié spécifique à chaque métier (artisanat, alimentaire, animation, sport, culture, coiffure). Il évoque notamment la période d’essai et rappelle que le salaire minimum (SMIC) a été fixé à 9,40 euros de l’heure depuis le 1 juillet 2012).
La caravane reviendra sur la Baule/Pornichet le 9 août et le 10 sur Saint-Brevin et Pornic.


Pratique :
Permanence pour les travailleurs saisonniers tous les jeudis de 16 h 00 à 18 h 00 à la maison des syndicats de Saint-Nazaire.
02 40 22 54 62
www.cfdt-services.fr
 

Auteur : JRC | 20/07/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Frédérique Akeroyd architecte réalise vos projets de A à Z »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter