Pornichet Infos

Conseil municipal : Jean-Claude Pelleteur perd son sang-froid

Un incident s’est produit hier au conseil municipal de Pornichet lorsque Jacques Corneti posa des questions sur le dossier de la SPL. Le maire de Pornichet visiblement agacé a répondu très sèchement à son ancien adjoint aux finances qu'il a démis il y a quelques semaines*.

Le gros dossier du conseil municipal était la constitution d’une SPL Société Publique Locale pour regrouper les activités de l’Office du Tourisme et de l’Hippodrome SEM afin d’avoir un seul acteur au service du développement touristique, et de mutualiser les moyens entre les différentes structures. Voir : http://www.pornichet-infos.fr/pornichet-tourisme-creation-d-une-spl-25-28-1437.html.


Pour Jacques Corneti il y avait mieux à faire qu’une SPL car cette structure juridique « met à l’écart les acteurs économiques, la décision finale appartiendra toujours au monde politique la SEM permet un plus grand champ d’action  en permettant la participation de 15% des acteurs économiques dans le capital».
Retour sur une rupture
Le maire de Pornichet répondit à son ancien adjoint sur un ton qui en disait long de leurs relations.
« - Monsieur Corneti vous avez décidé de ne pas faire partie de l’équipe majoritaire »
 - vous m’avez viré !
 - je vous ai dit qu’il valait mieux que nous nous séparions, ce soir vous apportez la preuve que vous n’êtes pas capable de travailler en équipe, je suis très satisfait que vous ne fassiez plus partie de l’équipe majoritaire »
termina Jean-Claude Pelleteur dans une salle où on entendait voler les mouches entre quelques rumeurs de désapprobation dans le public.
Le patron de l’entreprise Pornichet avait dit ce qu’il avait à dire.

Frédéric Trichet (opposition Belliot) acquiesça sur le regroupement nécessaire mais regretta la forme « cela fait plus d’un mois que l’on parle de ce dossier dans la presse. Nous ne sommes pas une chambre d’enregistrement. »

Conserver la compétence tourisme

La nouvelle SPL devrait comporter plusieurs actionnaires : la Région, le Département, la CARENE sont prêts à rentrer au capital précise le Maire de Pornichet qui a également fait une proposition dans ce sens à Yves Métaireau président de Cap Atlantique et maire de La Baule. « Il est possible qu’il se décide, il y a des choses à faire. Pour l’instant le choix de Métaireau n’est pas de rentrer dans la SPL » a souligné le maire de Pornichet.
Ce dernier ajouta que son initiative « n’est pas innocente » par rapport aux projets gouvernementaux de retirer la compétence tourisme aux communes au profit des communautés urbaines. « Nous sommes attachés à ce que les Offices du Tourisme restent aux communes » conclut le maire de Pornichet.

Conseil express

La Ville tente de renégocier l’emprunt en franc suisse souscrit en 2004 sur la base d’un taux fixe bonifié de 3,35% « il ne s’agit pas d’un emprunt dit '' toxique ' car il ne comporte pas de taux variable ni d’effet ''boule de neige" mais cet emprunt reste soumis au risque de change lié à la parité euro/franc suisse. La banque centrale suisse ayant décidé fin janvier 2015 de ne plus soutenir cette parité, cela a eu pour conséquence d’augmenter le coût de l’emprunt estimé de 45 000 euros. Afin de sécuriser cet emprunt et de le libeller en euros, la Ville de Pornichet a entamé des négociations avec l’organisme prêteur.

Le maire a demandé que les frais de représentation prévus à hauteur de 10 000 euros soient supprimés car il n’a pas eu recours à cette indemnité depuis son élection.

 

* Voir http://www.pornichet-infos.fr/jacques-corneti-se-retire-de-la-majorite-23-43-1433.html

http://www.pornichet-infos.fr/jacques-corneti-voit-rouge-23-43-1415.html

Auteur : JBR | 07/05/2015 | 26 commentaires
Article précédent : « Semaine du développement durable »
Article suivant : « Plan canicule : inscriptions au CCAS »

Vos commentaires

#1 - Le 07 mai 2015 à 17h47 par jacques corneti
Si pour le Maire le travail en équipe consiste à entériner tout ce qu'il a décidé, effectivement je ne suis pas de ceux-là.
Pour revenir sur les remarques désobligeantes proférées à mon encontre lors du Conseil Municipal et dans un média, je tiens à préciser que tous les dossiers que j'ai instruits l'ont été avec un ou plusieurs élus. Il y en a quelques-uns qui déplaisent mais je n'ai rien inventé.
J'ai instruit « seul » les dossiers sur l'OT, la SEM PE et la SEM PO car il y avait une réserve de confidentialité à observer (finance+personnel)
Il est assez surprenant qu'après mon intervention qui allait contre ses désirs, le maire me reprocha mon manque d'esprit d'équipe.
Pour mémoire je ne fais plus partie de l'équipe majoritaire !!! L'aurait-il oublié ?
La colère est parfois mauvaise conseillère.

Sur le fond, son intervention est entachée d'une grande contradiction il dit :
« Nous sommes attachés à ce que les Offices du Tourisme restent aux communes »
et il veut mettre en place une structure avec l'intercommunalité !!!
Commune ou intercommunalité ? Il faudra faire un choix.
La nouvelle loi le fera pour lui car Il semble que les débats s'orientent vers le regroupement des OT au sein de l'intercommunalité.
Wait and see
#2 - Le 07 mai 2015 à 18h17 par bof!!!, Pornichet
Comment peut-on....à un an d'intervalle...nommer son sub-délégué au finances (poste au combien important!!!) et se déchirer quelques mois plus tard ????
L'équipe aurait-elle été composée sans connaitre les valeurs réelles de ses composant (tes) !!!!
N'y aurait-il pas un problème d'ego entre les antagonistes ????
Qu'en pensent les colistiers ???
Et les pornichétains dans tous ça !!!!
Ils ont vécu la période Belliot (Bonne retraite politique à lui !!!)....ils ne souhaitent vraiment pas revivre la même chose et vivre sereinement sans les querelles de personnes !!!
#3 - Le 08 mai 2015 à 15h53 par SULLIVAN, Pornichet
Aujourd'hui cela est devenu très clair, cette équipe a été composée de bric et de broc , sans vraies compétences, uniquement pour descendre Belliot. pauvre Pornichet c'est la pire équipe municipale jamais vue. Par exemple qui est compétent en urbanisme et architecture?????Il n'y a qu'à vérifier les métiers d'origine des élus.
Vraiment les Pornichetins sont à plaindre, et cela va malheureusement durer
#4 - Le 09 mai 2015 à 09h51 par La roue tourne, Pornichet
Ah! Sullivan
Parce qu'avant ça l'était en matière de compétences?
Rejoignez vite votre colistier néo Baulois, des comme ça il en a des tas et ça ne décharge pas sa brouette.
#5 - Le 09 mai 2015 à 17h09 par croquignol
Lors du conseil municipal de 6 mai nous avons vécu un moment d’anthologie lorsqu'un élu de l'opposition a posé une question sur l'emprunt dit « toxique » contracté par la municipalité socialiste d'alors.
La question a été formulée sans que le mot « toxique » fut utilisé ce qui n'était pas prévu dans la question déposée avant la réunion du conseil.
Le maire prit alors la parole en remerciant à grands renforts de salamalecs l'élu en question pour ne pas avoir employé le mot « toxique » et un autre mot resté sous silence.
Comble de la rigolade, le maire tellement contant a appelé l'élu par son prénom et en a oublié le vouvoiement.
L'élu en question s'est trouvé excessivement gêné.
Y aurait-il collusion ?
Le maire souhaiterait-il chasser sur les terres de l'opposition ?
Il enchaîne vraiment gaffe sur gaffe.
#6 - Le 11 mai 2015 à 08h40 par Lepere
Ne jouons pas sur les mots, toxique ou pas le surcoût annuel est de 45 000 € . L'adjoint aux finances de Jacques Lambert en 2004 n'a pas fait preuve d'une grande vigilance sur le sujet.Il est vrai qu'il s'agit de l'argent des autres ...
#7 - Le 11 mai 2015 à 12h26 par Jacques Corneti
@ sullivan
Le fait que vous pensiez que l'équipe ait été composée de bric et de broc vous appartient.
Vous faites clairement allusion à l'adjoint à l'urbanisme, je ne peux pas vous laisser dire une pareille chose. Cet élu, même s'il n'est pas de la même obédience politique que vous et moi, fait un excellent travail loin de toutes les intrigues politiques. Il faut l'en féliciter plutôt que de le brocarder.
Si les décisions du service urbanisme ne vous conviennent pas sachez qu'elle répondent néanmoins strictement au PLU.
#8 - Le 12 mai 2015 à 10h00 par Lamda
Félicitations à Monsieur CORNETI pour sa réponse à sullivan.

Au moins, Jacques Corneti est objectif et a de l'ouverture d'esprit qui va au dela de ses divergences avec la tête de la municipalité.

C'est un peu facile de réduire quelqu'un en lui collant une étiquette qui serait incompable avec l'intérêt général.

Personnellement, j'ai eu à faire à l'adjoint à l'urbanisme lorsqu'il était adjoint de Jacques Lambert pour un sujet précis n'ayant rien avec les finances, mais d'une grande importance sur un plan humain lié cependant à l'action administrative de la Commune.

Il s'est montré tout-à-fait compétent bien qu'il n'était aucunement responsable, ni partie prenante dans cette affaire.

Comme quoi, il ne faut pas réduire quelqu'un à son obédience politique ou à sa fonction de prédilection en tant qu'élu.

Chaque personne a de multiples compétences qui peuvent être mis au service de l'intérêt général, et pour ce qui me concerne, l'actuel adjoint à l'urbanisme mis en cause en a fait pour ce qui me concerne la démonstration en temps opportun.

Je partage totalement l'avis de Denis Manac'h :!!!ci-dessus. Je cite sa remarque concernant les administrés :

."...ils ne souhaitent vraiment pas revivre la même chose et vivre sereinement sans les querelles de personnes !!!"

Nous avons tous connu des élus qui ont apporté beaucoup à la ville de Pornichet, que ce soit sous l'égide de Jean-Claude Empereur, Jacques Lambert (y compris lui d'ailleurs) et qu'il y en aura probablement bien d'autres dans l'avenir.

En revanche, il est vrai que l'équipe Belliot ne laissera pas un souvenir impérissable dans l'esprit des Pornichétins, hormis les inféodés.
#9 - Le 12 mai 2015 à 10h47 par christophe martin, Pornichet
Les emprunts "toxiques" ne sont pas à imputer aux élus qui les ont contracté dans la mesure où à l'époque c'est tout le système bancaire des collectivités qui est passé dans un système spéculatif sur les taux de change. Dexia (le plus grand scandale financier de ces dernières années) a spéculé dans le dos de TOUTES les collectivités dont c'était la banque principale ( voir le sujet auprès de la banque de France). Alors reprocher à des élus, qu'ils soient de gauche, du centre ou de droite, ces emprunts, c'est simplement se tromper de cible. D'ailleurs, si cet emprunt a bien été contracté sous le municipe de feu Jacques Lambert, pourquoi les autres maires n'ont pas mis un terme à ce problème?
#10 - Le 12 mai 2015 à 16h58 par Aux larmes citoyens, Pornichet
@ Sullivan
vous affirmez que la liste conduite par M. Pelleteur a été faite de "bric et de broc" et sans vraies compétences.
Concernant le second volet de votre affirmation, votre conception apparente du fonctionnement d'une collectivité semble méconnaitre le rôle des élus. Vous semblez vous affranchir de l'existence de cadres administratifs et techniques qui, eux, doivent avoir la compétence technique pour "éclairer" les élus sur le contenu possible des orientations qu'il leur appartient d'arbitrer.
A défaut, sauf à revenir au Moyen Age et au mode de désignation des représentants issus des corporations et, à vous croire, aucun CM n'aurait de compétences.
Par principe, j'ai pour habitude de toujours vérifier les informations que l'on me soumet.En utilisant le lien: http://elections.ouest-france.fr/elections-municipales-2014/loire-atlantique/44380-pornichet.html, j'ai aisément pu vérifier que les colistiers du Maire élu présentent des compétences et des expériences très variées. Des cadres administratifs à l'administration, un cadre social aux affaires sociales, un professionnel de l'animation à l'animation... La liste pourrait être longue. Mais face à l'obscurantisme dont apparemment vous semblez faire preuve, est-il utile d'argumenter plus avant.
Par ailleurs, pour ce qui concerne l'aspect "bric et de broc", la réponse de M. Cornetti suffit en elle-même. Elle en revêt d'autant plus de valeur qu'elle apparait (elle!) sans procès d'intention à la suite de cet article.Il a le courage de l'exprimer, d'apparaitre objectif sur l'équipe municipale, sa composition, ses compétences et ses origines plurielles .
Pour conclure, il me revient en mémoire une expression: "c''est à la fin de la foire que l'on compte les bouses".
A défaut de jugements à l'emporte-pièce, attendons donc patiemment la fin du mandat pour mesurer réellement et objectivement la plus value que celui-ci aura pu, ou non, apporter aux Pornichétins.
Il en est ainsi de la dure loi de la démocratie...
#11 - Le 14 mai 2015 à 10h01 par magie magie
Bravo M. Martin qui nous ressert le couplet "responsable mais pas coupable".
Les politiciens ne changeront jamais
#12 - Le 15 mai 2015 à 00h05 par Erwan
Cet incident ne fait que confirmer ce que j'ai dit dans un article précédent et qui m'a attiré un commentaire stigmatisant : "Les yeux se desillent petit à petit face à l'improvisation à l'oeuvre à la tête de la municipalité et la déception atteint les honnêtes gens de droite qui avaient cru à l'homme providentiel".
Non, "Aux larmes citoyens", il ne sert à rien d'attendre la fin du mandat Pelleteur pour mesurer ce que celui-ci aura pu apporter aux Pornichétins. Quand on perd à ce point son sang froid, on n'est pas digne d'espérer attirer dorénavant la confiance de ses administrés. Les échéances électorales futures devraient tragiquement le lui confirmer...
#13 - Le 15 mai 2015 à 10h36 par ad
Ah Erwan, l'occasion était trop belle pour ne pas rebondir !

Si je vous rejoins sur le fait que Jean-Claude PELLETEUR n'est en rien l'homme providentiel espéré après tant de déceptions durant le mandat BELLIOT, on ne peut pas pas dire par contre que Robert BELLIOT était quelqu'un qui savait garder son sang froid : et sur ce point, je dirait Match nul !

Pour ce qui concerne le fonctionnement de la municipalité en place, il est regrettable que le maire n'ait pas pris la mesure des changements à opérer très vite, notamment relatifs à la hiérarchie de la mairie.

Il a décidé de renouveler sa confiance à ceux qui avaient le plus d'influence sur les élus, mais qui n'avaient pas été mis en place pour servir "ses" intérêts ... Je veux parler naturellement des intérêts de la commune souhaités par les administrés qui l'ont élu en mars 2014.

Certains problèmes sont survenus sous le municipe de Monsieur BELLIOT qui auraient pu trouver des solutions avec la nouvelle équipe. Tout au contraire ceux-ci se sont accentués car la municipalité actuelle a été très mal conseillée par certains fonctionnaires de cette hiérarchie.

Courant décembre, un nouveau Secrétaire général est arrivé, mais difficile pour lui de rattraper une année de dérapage. Dommage !
#14 - Le 16 mai 2015 à 08h19 par croquignol
Après lecture de divers blogs sur PI, certains caricaturaux d'autres pleins de bon sens, les Pornichétins commencent à se demander s'il y a réellement un pilote dans l'avion.
Indépendamment des postures agressives et colériques de notre premier magistrat lorsqu'on lui pose une question qui ne lui convient pas, on ne comprend pas toujours ses décisions ou ses prises de position pleines de contradictions.
Par exemple :
- il encense son DGS et s'en sépare de façon peu cavalière
- il se sépare de son adjoint aux finances et il prend à son compte la délégation (bel exemple de démocratie)
- il encense les acteurs économiques et il vote l'augmentation des bases de la CFE et l'augmentation de la TASCOM
- il soutient à deux reprises la candidature de M.Gatien Meunier en oubliant qu'il est à la tête d'une « équipe plurielle »
- il se plains de la baisse des subventions d'État mais il ne fait aucun effort pour réduire les dépenses bien au contraire !!
- il dit :Nous sommes attachés à ce que les Offices du Tourisme restent aux communes » et souhaite mettre en place une structure intercommunale (SPL)

La liste n'étant pas exhaustive j'arrête cette litanie décevante
#15 - Le 16 mai 2015 à 11h15 par christophe martin, Pornichet
@Magie magie,

je dis simplement qu'il ne faut pas systématiquement rendre responsable des politiques locaux de causes et conséquences qui les dépassent parce que les décisions remontent ailleurs dans les méandres du système financier... À l'époque, combien de collectivités se sont retrouvées piégées par ces emprunts "garantis" par l'état et l'Europe? À moins d'être un grand expert en finances internationales et visionnaire, personne n'a vu ce phénomène arriver. C'est aussi pour cela que la crise de 2008 a été aussi violente. En clair: ne pas confondre les banques avec une municipalité, quelle que soit sa couleur politique... C'est aussi assez facile de toujours taper sur les citoyens qui s'investissent en politique pour leur faire porter ensuite le chapeau...
#16 - Le 16 mai 2015 à 11h20 par christophe martin, Pornichet
@ Erwan,

À moins que vous n'ayez jamais siégé lors de l'ancien municipe (possible, je n'en sais rien), je ne vois pas comment vous auriez pu passer à côté des dérapages de l'ancien maire... Je l'ai personnellement vu à plusieurs reprises quitter le conseil portuaire en pleine séance, perdant son sang froid, simplement parce que nous l'avions contredit, mettant ainsi dans l'embarras l'assemblée en général et sa propre équipe en particulier... Cela n'excuse en rien le dérapage signalé dans cet article mais de là à faire passer votre chef pour quelqu'un qui se maîtrise, il y a une très grande marge...
#17 - Le 17 mai 2015 à 10h54 par magie magie
@ Christophe Martin
C'est exactement ce que je disais, en pire. Même plus responsables, au prétexte qu'ils n'y connaissent rien.
Que faisaient-ils là ?
#18 - Le 18 mai 2015 à 00h31 par Nostradamus, 44380
Mesdames, Messieurs,
Si vous avez acheté des places pour le cirque que l'ancien maire vous a offert pendant 6 ans. Ne les revendez pas car le spectacle continue.
Lors du dernier conseil municipal, nous en avons eu la preuve.
Une violente diatribe a eu lieu entre l'ancien délégué aux finances démis par le maire et ce dernier concernant la politique touristique de la commune, qui, à terme, reviendra à l'intercommunalité.
****MODERATEUR***
un peu de tenue SVP vos propos sont limite injurieux
#19 - Le 18 mai 2015 à 11h06 par Lemere
@Erwann


Lorsque vous dites "il ne sert à rien d'attendre la fin du mandat Pelleteur ..." , et que vous parlez de "...prochaines échéances électorales..", envisageriez-vous un coup d'état au sein du conseil?

Je vous savais aveugle, et revanchard, mais rêveur ?
#20 - Le 18 mai 2015 à 12h24 par Collusion, Pornichet
Christophe Martin joue les équilibristes : il défend les socialistes qui ont contracté les emprunts toxiques à Pornichet et que nous continuons de payer (une paille pensez-donc!). Dans le même temps il ne manque pas de soutenir Jean Claude Pelleteur au profit duquel il s'est aimablement désisté sur ordre des états majors Nazairiens et Nantais. Normal. A gauche cela s'appelle la "synthèse". Bravo !
#21 - Le 18 mai 2015 à 19h54 par Pragmatix, Pornichet
Erwan,
affirmer qu'il ne sert à rien d'attendre la fin d'un mandat pour réaliser un bilan et s'attacher à des expressions de savoir-être au delà du savoir-faire qui , seul est pertinent pour un bilan, cela n'est-il pas une sentence ex-abrupto entâchée de considérations pour le moins partisanes?
Que cet échange, tel qui est relaté, ait été tendu. Point de doute.
Perte de sang froid du maire ou dialogue viril entre 2 fortes personnalités tendues par les circonstances? Chacun est libre d'apprécier.
En revanche,laisser entendre que c'était mieux avant et que cela le sera après, peut-être est-ce un raccourci hasardeux.
Enfin, pour ce qui concerne la réalité de situations de pertes de sang froid avérées,le commentaire de M. Martin se suffit à lui-même.
Mais peut-être rencontrons nous au fond une divergence sur la conception de la notion d'analyse et de la pensée objective?
Certes, différentes prises de position ou contradictions peuvent interpeler. Porter néanmoins des jugements définitifs, cela n'est-il pas prématuré de surcroit si, tout comme moi, on en ignore le contexte.
Etre investi le 4 avril en prenant une situation administrative avec, comme ad le dit, une direction générale(et de mémoire un Cabinet)répondant à un profil établi antérieurement et mise en place précédemment, tout cela laisse présager que la transition n'a peut-être pas été aussi aisée qu'envisagée par l'équipe municipale.
Ceci est d'autant plus vrai que les conditions de fin de mission des postes fonctionnels sont soumises à des délais et procédures juridiques particulières.
Par contre, si l'on s'en tient aux échéances connues, notamment le recrutement d'un nouveau DGS (délais d'obligation de publicité du poste, le temps de sélection,le préavis de 3 mois pour toute mutation), on ne peut qu'imaginer que les délais de décision aient été courts et ramenés au plus près du minimum possible juridique.
Ainsi, on peut penser que même si la check-list de mise en route a paru longue,il y avait un pilote...
#22 - Le 19 mai 2015 à 09h23 par ad
@ aux larmes citoyen.

Votre démonstration objective porte ses fruits pour ce qui me concerne. Il est des procédures incompressibles qui doivent être respectées, et cela ne peut être reproché aux nouveaux élus.
Par conséquent, faisons preuve de patience et attendons de voir avant de porter des jugements à l'emporte pièce. Merci pour votre éclairage, cela change des joutes verbales qui n'apportent rien de constructif au débat (ex. Erwan revanchard et aigri.)
#23 - Le 31 mai 2015 à 17h07 par christophe martin, Pornichet
@collusion: Je n'ai pris de consigne chez personne en menant une liste où les citoyens libres et non encartés représentaient une grande majorité de 33 noms... Je ne défends pas les socialistes dans mon commentaire en élargissant le problème de ces emprunts des collectivités à toutes les villes et autres structures qu'elles soient de droite, de gauche ou de n'importe quelle autre tendance politique. C'est surprenant de constater que votre lecture passe par le prisme de vos avis définitifs sur cette question...
#24 - Le 10 juin 2015 à 18h11 par Lamotte
Vous verrez Lemere il y aura peut être et voir certainement un coup d'état dans quelques temps................et sans attendre les futures échéances électorales. nous en reparlerons bien évidemment.
#25 - Le 12 juin 2015 à 12h45 par Lemere
Et bien, il est vrai que le "débat" qui naît sur les interdictions faites concernants les plages, va probablement conduire à une révolution :

"Cambronesque".

Ah! les trottoirs et les chiens !
#26 - Le 21 juin 2015 à 17h16 par christophe martin, Pornichet
@Lamotte: En général, un coup d'état appelle à sa suite une dictature... Est-ce bien de cela dont vous parlez?? J'imagine que non, bien entendu...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter