Pornichet Infos

Conseil municipal : Robert Belliot entend jouer son rôle d’opposant

Le public était très nombreux hier au conseil municipal de Pornichet, il a quelques fois manifesté son désaccord quand Robert Belliot, l'ancien maire, s’exprimait, ou applaudi certaines déclarations de la majorité. Beaucoup souhaitent l’apaisement mais ce sera sans doute pour un autre jour.

Même si l'ancien maire reste quelquefois maladroit dans l’expression, même s’il n’a pas intégré que son successeur est de droite comme lui, il entend marquer son territoire et s’opposer aux délibérations ou commentaires qui ne lui semblent pas justes. Sans doute conforté par la dernière assemblée générale d’Ensemble pour Pornichet, Robert Belliot, n’a pas dit son dernier mot.


Plafonnement des frais de justice

La délibération numéro 9 était très attendue, elle met un terme aux dépenses de frais de justice pour des plaintes de Robert Belliot. Le conseil a voté un plafonnement de la  prise en charge des frais de justice à 32 000 €.

Robert Belliot visiblement peiné que l’on ne tienne pas compte qu’il puisse avoir été victime des coups bas de la politique prit la parole sur la délibération qui le concernait directement.
« Vous êtes assez marrant dans votre genre car vous dites souhaiter de l’apaisement, alors qu’il faut arrêter l’acharnement sur ma personne, depuis le début de mon mandat à cause de la revanchardise après avoir gagné les élections de 2008. Je conteste cette délibération, il faut voir ce que j’ai subi depuis le début de mon mandat, mais Belliot est toujours debout et sera toujours debout. »

Contre les blogs
Alain Saillant, conseiller municipal de la majorité,  répondit à l’ancien maire par une intervention très remarquée par le public qui applaudit «  je ne veux pas juger les affaires sur le fond car ce n’est pas mon rôle, mais quand on parle des attaques sur les blogs on sait que le jeux politique est féroce. On sait que lorsque l’on s’engage dans la vie publique on s’expose à des attaques, il faut en tenir compte et regretter qu’il y ait parfois des débordements. Et je sais que c’est sans doute difficile à accepter pour les intéressés. Mais tout de même c’est 40 000 € pour les procédures en diffamation».

Tous des élus
Une autre procédure fut ensuite rappelée :  « c’est la procédure contre l’opposition. Le métier d’opposant n’est pas facile. Vous êtes en train d’en faire l’expérience et je crois qu’il faut réfléchir à deux fois avant de porter plainte contre son opposition. Vous provoquez une distorsion importante au niveau des moyens de défense : vous êtes maire et c’est le contribuable qui paye ; de l’autre côté les élus minoritaires sont obligés de mettre la main à la poche pour se défendre. Sur le plan de la morale, ça me gêne un petit peu. Il n’y a pas d’élus et de sous-élus et je considère que l'on doit être très prudent dans ce domaine».

Une autre campagne
Le conseiller continua sur sa lancée : «ce qui m'interpellé également, c’est la procédure qui vous a opposé à un candidat aux élections cantonales. Cette fois, c’est vous qui étiez attaqué en diffamation. Quand les Pornichétins vous ont élu maire, ils ne vous ont pas mandaté pour aller chercher un autre mandat. Pourtant vous étiez là dans le cadre d’une campagne électorale, et c'est cette campagne qui a déclenché une procédure qui a coûté 15 000 €.»

Une règle pour le futur

Et pour terminer Alain Saillant s'interrogea : « C’est pourquoi on peut se poser la question de savoir si le maire peut enclencher une procédure en tant que candidat à une autre élection, et se poser la question dans l’avenir des conditions dans lesquelles des élus peuvent saisir la justice. »
Robert Belliot rétorqua « je suis un peu surpris venant de votre part pour les tracts distribués en 2008, on n’a pas porté plainte à l’époque car on aurait peut-être découvert des choses intéressantes. Je considère qu’il y avait de l’acharnement contre moi, c’est en six ans que cela s’est passé».

87 600 €

Jean-Claude Pelleteur mit fin à la polémique et  rappela que depuis le début des procédures « nous sommes rendus à 87 600 euros et il est temps que les citoyens arrêtent de payer ce genre de chose. » La délibération a été votée  avec six voix contre de l’opposition.
Comme on l’a vu hier soir Robert Belliot se sent blessé dans son honneur d’honnête homme devant les attaques de la politique. Il n’était peut-être pas fait pour cela mais à l’entendre il sera encore là en 2020.


Réglementation
Durant ce conseil municipal que la forme n'a pas été respectée en effet "Les débats du conseil municipal sont publics et ceux-ci peuvent, par ailleurs, être retransmis par des moyens de communication audiovisuelle. Si la salle du conseil est ouverte à tous, le public doit s'abstenir de toute intervention ou de toute manifestation"*.
En permettant les manifestations bruyantes du public contre Robert Belliot ou pour approuver Alain Saillant, le maire n'a pas fait appliquer l'usage.
La campagne électorale est terminée et on peut se demader si permettre ce type de chahut dans la salle du conseil est le bon moyen pour apaiser l'ambiance à Pornichet.

Voir http://www.collectivites-locales.gouv.fr/regles-vote-1
 

Auteur : JBR | 27/06/2014 | 11 commentaires
Article précédent : « Pornichet La situation financière a été présentée au conseil pour la période 2011-2013 »
Article suivant : « La cité sanitaire propose un dépistage gratuit de la DMLA »

Vos commentaires

#1 - Le 27 juin 2014 à 16h56 par bertho, Pornichet
****MODERATEUR***
#2 - Le 27 juin 2014 à 22h06 par Lemere
Bonne résolution de la part de la nouvelle équipe.
La page Belliot est tournée, et on ne lit pas un livre en revenant en arrière.

Pour M. Belliot:
Le devoir, l'honneur des mots a qui l'on fait dire ce que l'on veut, comme aux perroquets.
Alfred Capus
#3 - Le 28 juin 2014 à 15h38 par Pierre
Monsieur le Maire a manqué de maîtrise hier soir en laissant le public jouer le rôle de "12ème homme".
A sa décharge, M. Belliot a été une fois encore pathétique et incohérent. A Pornichet la vie politique est peut-être plus dure qu'ailleurs mais pour vivre ici depuis longtemps j'ai le sentiment que son prédécesseur Lambert était victime d'une violence verbale ou par desécrits anonymes d'une autre gravité.
M. Belliot gagnerait à cesser de vouloir mettre la justice à toutes les sauces. Je ne doute pas que s'il parvient à canaliser son agressivité et ses maladresses verbales, il contribuera à calmer l'ambiance et en sera le premier bénéficiaire. A lui de faire table rase et à repartir du bon pied.
#4 - Le 28 juin 2014 à 18h28 par zeb, Pornichet
Merci Monsieur le Maire Jean Claude PELLETEUR de laisser respirer les Pornichétins quand aux dépenses de l'ex premier Magistrat de la ville. Marre de payer pour le roi spécialiste de la plainte posée et déposée. Monsieur BELLIOT trouvera dans sa retraite les dividendes de ses procès ! enfin une commune qui respire d'envies et aux développements sérieux. ouf, il était temps !
#5 - Le 28 juin 2014 à 22h50 par Baguenaud
Contre qui M. Belliot veut il encore ferrailler ? les anciens élus d'opposition ? Les Sirènes du Patrimoine ? Le Poulpe ? Gallerneau ? On n'y comprend plus rien.

M. Belliot devrait faire preuve de sagesse. S'il considère son honneur bafoué, qu'il cesse de prendre la justice comme arbitre, qu'il prenne à témoin les Pornichétins en leur démontrant qu'il peut rassembler sur son nom lors des municipales 2020. Ce serait la plus belle des victoires.
#6 - Le 29 juin 2014 à 23h13 par NOEMIE, Pornichet
19 millions de dettes municipales fin 2013, 87 600 €uros de frais de justice, une SAEM de l'hippordome et un office de tourisme au déficits annuels chroniques (avant déduction des subventions municipales) : voilà le début du commencement du vrai bilan de Monsieur Belliot ou du moins ce que les contribuables pornichétins sont priés de payer dès cette année et pour les 10 années à venir.
Et c'est pas fini! La vérité sur la Gestion Belliot n'est pas encore toute connue.
Est-ce que les autres élus de l'opposition et l'UMP sont prêts à cautionner cette gestion? Où sont-ils donc?
#7 - Le 30 juin 2014 à 01h43 par Furax
Allez M. belliot, je vous ai souttenu des années durant. Vos adversaires n'ont pas toujours été réglos mais il faut passer à autre chose.
Le retour à l'hôtel de Ville est à ce prix. Je suis certain que vous saurez tourner la page en proclamant aux Pornichétins votre volonté d'apaisement.
#8 - Le 30 juin 2014 à 10h43 par compte
monsieur beliot,longtemps je vous ai soutenu.profitez de votre retraite,interogez vous sur vos reels soutiens,et prenez du recul car le passé à pornichet le prouve quand c 'est fini c'est fini.celà a été le cas de monsieur empereur et de monsieur lambert.
la page est desormais tournée,place aux personnes d 'avenir!!
#9 - Le 25 juillet 2014 à 09h54 par e-lecteur, Pornichet
****MODERATEUR***
#10 - Le 27 juillet 2014 à 09h35 par Lambda, Pornichet
M. Belliot n’est pas un expert.
On demande à un élu d’être un fin connaisseur des réalités, ce n’était pas le cas de l’équipe précédente déconnectée des pornichetins.

Comment prétendre redorer le blason après un tel reniement ?
Les soutiens s’amenuisent et se dispersent avec le temps.
Seuls les insensés se croient immortels, on le vérifie chaque jour en politique, à droite comme à gauche. Alors difficile de croire à un retour en 2020.
Il faut savoir faire preuve d’introspection et réfléchir objectivement, progresser malgré les vicissitudes que comporte le rôle, la fonction de maire.
Pour M. Belliot c’est mission impossible, d’autant plus que sa place au sein du maillot UMP s’effiloche à tire-laine.
C’est heureux pour Pornichet, Il était temps de regarder devant nous.
#11 - Le 30 juillet 2014 à 09h50 par contribuable, Pornichet
Les comptes 2013 de toutes les collectivités sont en ligne sur le site de la Direction des Finances Publiques.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter