Pornichet Infos

Dragages des ports : L'association Robin des Bois dénonce un camouflage de pollution

Robin des Bois Association agréée au titre de la protection de l’environnement réagit aux travaux décidés pour les dragages des ports. Plusieurs points tels que définition des sédiments à traiter, compositions, traitement des boues, méthode, réglementation, rappel des alertes depuis le naufrage de l'Erika interpellent ceux qui se définissent comme « défenseur de l'Homme et de l'environnement ».
Robindesbois.org
Robindesbois.org

L'association des Robin des Bois réagit au plan proposé pour les dragages des ports dans un communiqué sévère que nous reproduisons ici dans son intégralité*.

« Très connu pour être à côté de la Baule, Pornichet va le devenir aussi pour son savoir faire dans le découpage en tranches et le camouflage des pollutions marines.

Pornichet a deux ports de plaisance, le port d’échouage et à côté le port en eau profonde. Le duo va rejeter par un tuyau de 1,7 km de long 150 000 m3 de boues de dragage dans l’eau claire de la baie, à 750 m du rivage.

Les vases des deux ports de plaisance sont contaminées par les eaux noires, les hydrocarbures et les peintures antifouling.
Par la magie du verbiage et du tamisage réglementaire, ces boues sont qualifiées de « sédiments propres ».

Passer sous le seuil et éviter l'enquête publique

Le hors-d’œuvre – 35 000 m3 - va être servi par le port d’échouage. Le volume total est d’environ 80 000 m3. La première tranche de 35 000 m3 permet de passer sous le seuil de 50 000 m3 au-delà duquel une enquête publique est obligatoire. Cette astuce évite de braquer les projecteurs sur un port écologiquement suspect qui a été frappé de plein fouet par les marées noires de l’Erika et par la réplique du Prestige sans la protection de barrages antipollution. L’opération est programmée entre le 15 octobre et le 20 décembre 2014.

En 2009, Robin des Bois a diffusé des informations sur les stigmates d’hydrocarbures dans le port d’échouage de Pornichet (1). La présence de résidus de fuel lourd de l’Erika a été attestée par Total. Le port d’échouage de Pornichet n’a jamais été dragué depuis sa création au milieu des années quatre-vingt-dix.

Le plat principal – 121 000 m3
- va être servi par le port en eau profonde. Comme il se doit, une enquête publique est en cours. Les vases seront rejetées au même endroit et par le même tuyau que celles du port d’échouage. L’opération est programmée entre le 15 janvier 2015 et le 15 avril 2016.

La remobilisation du fuel lourd de l’Erika et des autres hydrocarbures, des micropolluants chimiques stockés dans les vases va induire une nouvelle perturbation du milieu marin et côtier. Les rejets de déblais de dragage contiennent des nutriments comme les nitrates et peuvent favoriser la prolifération des algues vertes s’ils sont réalisés en eau peu profonde et dans un milieu à faible hydrodynamisme. Les hydrocarbures en faibles quantités peuvent agir comme « des hormones de croissance » des algues et des planctons toxiques.

Les risques de ces deux opérations consécutives de dragage sont donc multiples pour un site aussi sensible que la baie de la Baule.

Guide d'études d'impact

Le guide pour la rédaction des études d’impact d’opérations de dragage et d’immersion en milieu estuarien et marin (2) réalisé par le Groupe d’Études et d’Observation sur les Dragages et l’Environnement (GEODE) sous la tutelle du Ministère de l’Écologie et avec la participation de Robin des Bois dit que « lorsqu’un programme d’aménagement réunit plusieurs opérations de dragage et d’immersion sur une même zone et sur une même période sous la responsabilité de deux opérateurs différents, une évaluation globale peut être demandée par l’autorité administrative. » À Pornichet, on est exactement dans ce cas de figure. Le port de plaisance en eau profonde est géré par la Société Anonyme du port de Pornichet et le port d’échouage est géré par la CCI de Nantes-Saint Nazaire.

Complaisance des services de l'Etat

Malheureusement la Direction Départementale des Territoires et de la Mer basée à Nantes n’a pas imposé la préconisation du guide  sur http://www.cetmef.developpement-durable.gouv.fr/etudes-et-documents-a191.html

Rien n’empêchera dans les prochaines années si le port d’échouage de Pornichet bénéficie de la même complaisance des Services de l’Etat de procéder à l’extraction des 45000 m3 de vases résiduelles par le même procédé rustique et sans enquête publique. Pas d’enquête publique, pas d’étude d’impact. Le dessert est à venir. »

_________________

(1) Le fantôme de l’Erika plane sur la baie de la Baule, communiqué du 2 octobre 2009
http://www.robindesbois.org/communiques/mer/mareenoire/2009/erika_baule.html
(2) Le guide est disponible sur http://www.cetmef.developpement-durable.gouv.fr/etudes-et-documents-a191.html

25/09/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « Pornichet L'opposition municipale ouvre son blog »
Article suivant : « Les travaux du port d’échouage ont débuté mais dans quelles conditions pour les fonds marins ? »

Vos commentaires

#1 - Le 26 septembre 2014 à 13h26 par Et ensuite
Et que propose Robindesbois, pour que cette operation se fasse au moindre impact environnemental?

Si on pose les options:
On ne fait rien ( et on prie que la pollution reste a sa place)
On demande une enquête publique, je ne veux pas croire que RDB pense que c ' est l'outil qui va tout résoudre. ( donc on retarde seulement et on prie comme pour la premiére option)
On essaye de rencontrer le maire et les techniciens de la Sté qui va faire les travaux, et on apporte des améliorations á leurs process et procédures.

A moins que RDB ait déjá démarré cette troisieme option? Et quelle réaction de la municipalité?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter