Pornichet Infos

En marge du procès Belliot-Rabiller

Pourquoi Jérémie Rabiller a-t-il été embauché à la Mairie de Pornichet ? Quel était l’intérêt de la mairie de Pornichet ?

 Dans un droit de réponse demandé par Jérémie Rabiller à la radio locale du 18 mars 2011,  celui-ci explique qu’il a été chargé de mission à la mairie de Pornichet pendant 14 mois après une période de chômage assez longue entrecoupée de missions ponctuelles. « M. Belliot ment quand il affirme  m’avoir pris en pitié ». Selon M. Rabiller, la raison de son embauche est tout autre : Il m'a embauché car la contribution de l'association Les Sirènes du Patrimoine que je préside, lors de l'enquête publique sur le projet de Plan Local d'Urbanisme de Pornichet, a amené le commissaire enquêteur à le rejeter.. En effet lors de l’enquête publique pour le plan local d’urbanisme (à l’automne 2009) le commissaire enquêteur avait rejeté le PLU. Il avait reçu de Jérémie Rabiller, président de l’association les Sirènes du Patrimoine, un mémoire de 40 pages qui avait contribué à ce qu'il donne un avis défavorable sur le PLU.
« Le social dont M. Belliot fait état est en fait une façon malhonnête de faire taire les Sirènes du patrimoine » conclut Jérémie Rabiller sur l’antenne de la radio locale.

Les escarmouches politiques sont loin d’être terminées puisque nous apprenons que l’association les Sirènes du patrimoine vient de lancer un recours en 10 points sur le permis de construire de l’hôtel face à l’hippodrome (sur le terrain de l'ancienne station Shell).
 

Auteur : JBR | 28/11/2012 | 15 commentaires
Article précédent : « Robert Belliot relaxé »
Article suivant : « Robert Belliot au tribunal correctionnel sur plainte de Jérémie Rabiller »

Vos commentaires

#1 - Le 29 novembre 2012 à 16h33 par ft, Pornichet
mr rabillet ,

vous n'etes pas habitant de pornichet et en plus vous vous permettez de critiquer votre ancien employeur qui a eu sans doute du courage car le mot social n'est pas difflamatoire car sinon le parti socialiste doit disparaitre.
Faire du social est surtout d'aider une personne en trés grande difficulté et je trouve que le maire fait son boulot il n'y a pas de honte a etre dans cette situation!!
et bien si vous etiez sur une autre grande ville a coté de pornichet mr rabillet tous les jours vous seriez au tribunal!!!!!!!!
Mr rabillet mais pourquoi alors demander 1 euro au tribunal ?Peut etre que vous souhaitez vous presenter dans cette ville alors pour eliminer deja un candidat qui fait du bon boulot a sa succsession?
#2 - Le 29 novembre 2012 à 17h37 par Tambouille, Pornichet
Il est pas prétentieux quand même ce monsieur : le commissaire enquêteur a rendu un avis grâce à moi ! Y'en a quand même d'autres à donner un avis à commencer par le préfet qui a dû trouver le PLU pas si mal, vu qu'il ne l'a pas renvoyé devant le tribunal administratif au moment du contrôle de légalité.
Si il dit avoir été embauché à cause de sa contribution, ça veut bien dire que c'est une gueguerre politique, rien de plus. Il reconnait avoir été au chômage pendant longtemps ? Alors quoi : ou est le problème ? Le voilà qui traite les autres de menteur : c'est pas beau ! quel niveau !
#3 - Le 29 novembre 2012 à 19h31 par Lemere
Laissons la justice trancher.
Soyons patients, Janvier n'est pas loin, qui permettra d'y voir définitivement clair.

Mais , sincèrement, Ft et Tambouille, ce n'est pas parce que l'on fait de la politique qu'on doit tout se permettre.

J'y reviendrai...
#4 - Le 29 novembre 2012 à 20h05 par Intérrogatif, Pornichet
Tambouille, Je ne suis pas qualifié et suffisamment connaisseur pour émettre une opinion sur ce sujet. Mais je crois que vous devriez relire l'article de Monsieur RABILLER.
Je ne vois pas où il affirme que le Commissaire enquêteur a rejeté le PLU du fait de sa demande personnelle, ni même de celle du collectif "les sirènes du patrimoine".
Le Commissaire enquêteur d'après ce que l'on m'a dit, prend connaissance de tous les avis "positifs et négatifs" des personnes qui sont venues consulter le dossier. Ensuite, celui-ci rédige son rapport, de la manière la plus objective qui soit, en fonction des remarques pertinentes qu'il a relevé.
Par conséquent, s'il a relevé les observations de M. RABILLER c'est qu'elles en valaient probablement la peine ... Sinon, cela sous entend que le Commissaire enquêteur a fait n'importe quoi !
Enfin, vous dites que le Préfet serait le premier à donner son avis et je ne crois pas que cela soit exact (à vérifier). Il me semble, plutôt, que le préfet prend connaissance du rapport du commissaire enquêteur (soit à la fin de la procédure).
En outre, je me suis laissé dire également qu'il n'y a plus de contrôle de légalité depuis la réforme de 82 ou 84 (à vérifier aussi).
Par contre, le PLU est attaquable par n'importe quel administré ou association.
Il serait intéressant qu'un spécialiste (juriste en droit public) puisse éclairer notre lanterne pour éviter que chacun dise tout et n'importe quoi sur cette affaire.(Je m'inclus évidemment dans ces "chacuns" car je ne suis en aucun cas spécialiste. Seulement, comme beaucoup de citoyens de ma commune, je m'intéresse et je m'interroge en ces périodes troubles. Les Pornichétins veulent savoir pourquoi il y a tant de conflits et cela me semble tout à fait naturel, sans vouloir faire de polémique stérile.
#5 - Le 30 novembre 2012 à 07h49 par ft, Pornichet
Lemerre,

oui il faut laisser la justice faire son travail ( pour une fois nous sommes d'accord)
#6 - Le 30 novembre 2012 à 09h35 par H20
Si on résumé l'affaire.
Phase 1 : Belliot a acheté le silence des Sirenes du Patrimoine contre un plat de lentilles offert à son Président, M. Rabiller, sous la forme d'un CDD à la mairie de Pornichet. M. Rabiller a accepté de ranger dans les oubliettes un travail de qualité de l'association qu'il préside, susceptible de faire tomber le PLU rétrograde et anti-environnemental de Belliot, contre un emploi précaire. C'est blanc bonnet et bonnet blanc et offre une charmante illustration des moeurs en cours à l'Hôtel de Ville.
Phase 2 : l'invective, la calomnie et l'attaque ad hominem faisant partie de ses méthodes, Robert Belliot a outrepassé les règles du débat politique en s'attaquant à un adversaire politique à travers sa seule vie privée. Elégance et raffinement à la Belliot...
Phase 3 : la justice saisit par le plaignant a - fait rare - décidé d'un procès public. Cela s'explique par l'incontinence plaintive du maire qui dégaine sans cesse des plaintes en diffamation pour un oui ou surtout pour un non. Il sera probablement blanchi, la justice de notre pays étant parfois bonne fille.
Phase 4 : l'opposition municipale va devoir demander des comptes sur la prise en charge dispendieuse des frais de deux avocats dont un parisien pour défendre Robert Belliot et non le maire de Pornichet. En effet, la plainte contre celui-ci est liée à une émission radiophonique où Robert Belliot intervenait en tant que candidat divers droite aux élections cantonales et non comme maire de Pornichet. Le contribuable n'a donc pas à payer les turpitudes d'un candidat à une élection. A bon entendeur...
#7 - Le 30 novembre 2012 à 10h59 par BabetteL, Pornichet
Tout ceci est monnaie courante partout. On est ici dans ce qui est le plus odieux de la politique. Comme il est aujourd'hui très difficile d'être Maire par rapport aux coups injustes que l'on prend. Il n'y a pas de quoi en faire un fromage. Par contre les Fillon, Copé, devraient prendre de la hauteur, donner l'exemple relativiser. Si Robert Belliot arrive à prendre de la hauteur, a être moins sectaire, les choses iront mieux pour lui.Il sera jugé aux prochaines élections uniquement sur son bilan qui est bon car il a respecté son programme électoral. Monsieur Rabiller a de grandes compétences sur tout ce qui touche la mer et les ports, il devrait réintégrer une fonction d'adjoint dans ce domaine et faire la paix avec Beliot puisqu'ils sont tous les 2 encartés ump. Quelque fois en politique faut savoir mettre son ego de côté.
#8 - Le 30 novembre 2012 à 11h33 par Dura Lex Sed Belliot, Pornichet
Affaire Belliot Rabiller

Lors de l'instance en justice du 27 novembre 2012 au tribunal correctionnel de Saint-Nazaire, M. Belliot a utilisé un artifice de procédures afin de priver M. Rabiller du concours de ses témoins présents à l'audience et déterminés à montrer l'iniquité du discours du Maire de Pornichet.
Cette démarche, soufflée par son conseil, permet encore à Belliot, de s'exonérer de ses responsabilités.
Ce personnage n'hésite pas à utiliser son amitié avec les parents de M. Rabiller, afin de justifier la grande bonté dont il a fait preuve en embauchant leur fils.
Cela mériterait bien qu'il soit demandé 1 €uro de dommages et intérêts par dérision vis à vis d'une telle démarche.

Ne restons pas dupes d'une telle manœuvre. Elle est constante chez M. Belliot, dans tous les domaines.
Comment encore accorder confiance dans sa vision de Pornichet, sachant que celle-ci est réduite à l'hippodrome et son parc paysager qui ne sont qu'une pauvre référence au projet de son prédécesseur qui avait au moins le bénéfice de rééquilibrer Pornichet aux autres communes de la Baie?

Avec M. Belliot, nous aurons perdu 30 ans pendant lesquels un Maire digne de ce nom, aurait pu doter Pornichet d'un projet structurant, au lieu de se livrer à des batailles interminables qui n'ont d'autres finalités que des revanches politicardes.
Pour permettre à M. Belliot de montrer son activité et présenter un bilan en 2014, il continue à creuser des trous dans le sol de Pornichet sans se soucier de défigurer notre belle commune.

Je ne sais qui il faudrait prier pour arrêter ce jeux de massacre.
Mais je m'en réfère à la sagesse des Pornichétins. Soyons lucides.
#9 - Le 30 novembre 2012 à 12h34 par Tambouille, Pornichet
Réponse à interrogatif :
1-le contrôle de légalité existe toujours, c'est le contrôle apriori qui a disparu avec la décentralisation
2-Le commissaire enquêteur n'a aucun pouvoir de décision : c'est le conseil municipal qui décide tout seul, c'est comme ça.
3- Les services de l'Etat ont donné un avis favorable et le PLU a passé le contrôle de légalité
4- le PLU n'est plus attaquable du fait des délais de recours qui ont été dépassés. Il est parfaitement légal et il a force de loi.
Relisez l'article: M Rabiller dit que le commissaire enquêteur a rejeté le PLU (ce qu'il ne peut pas, il ne rend qu'un simple avis) du fait de sa contribution. c'est donc bien à la fois prétentieux et faux.
#10 - Le 30 novembre 2012 à 12h46 par Politique politicienne, Pornichet
ça c'est quand même la meilleure ! Rabiller fait venir comme témoins les opposants à la municipalité ! Quelle crédibilité ! Quelle formidable aveu de manipulation politique et d'acharnement pour discréditer la personne du Maire ! Jérémy Rabiller n'est que le pantin dans cette histoire qui n'en est pas une : dire qu'on fait du social, qu'on a pitié de quelqu'un, qu'il n'habite pas la ville, qu'il ne paye pas d'impôts... c'est sûr que c'est vexant pour quelqu'un qui se croit sans doute très au dessus des autres mais dans l'absolu cela n'a rien de diffamatoire. Même H20 qui est de la même veine que le poulpe, nous dit déjà que ce ne sont pas des propos diffamatoires ! C'est dire si c'est ridicule !
#11 - Le 30 novembre 2012 à 18h30 par Lemere
Bien résumé H2O
#12 - Le 30 novembre 2012 à 23h00 par Nadia, Pornichet
D'accord avec H2o! il va falloir des explications et tracer les dépenses de justice personnelles que la population n'a pas à régler! Belliot doit faire très attention ...
#13 - Le 01 décembre 2012 à 09h43 par anonyme, Pornichet
OUI, c'est sur, toutes ces dépenses devant les tribunaux administratif pénal doivent commencer à cuber depuis 2008. Il serait intéressant de les comparer avec les dépenses des précédentes municipalités ! Cela serait un vrai sujet de discussion à partir de la réalité des chiffres !
#14 - Le 01 décembre 2012 à 17h47 par MINETTE
Je n'y comprend plus rien M. Rabiller fait partie de l'UMP et comme témoins prend des personnes, au demeurant respectables, du PS c'est curieux ! ils mangent à tous les "rateliers" pour se faire remarque.
Il est vrai que le domicile qu'il invoque est celui de sa soeur puisqu'il n'a pas de domicile fixe outre celui de ses parents à Ponchâteau.
quand au social de M. Belliot, il a eu tord de l'embaucher, essayer d'aider les gens on voit ou sa mène, la preuve, il espère avoir des dommages et intérêts pour sa prochaine campagne, le pauvre il va devoir travailler dur dur pour lui.
#15 - Le 03 décembre 2012 à 23h56 par Cecile, Pornichet
Bonjour tristesse

Les récentes révélations de Pornichet infos sur l'attitude de M. Belliot vis à vis de M. Rabiller commencent à agiter le petit monde de Dom Belliot, ci-devant Maire de Pornichet.

Ces derniers qui utilisent que les seuls pauvres arguments que leur leader et son conseil ont utilisé pour abaisser encore plus qu'il n'était fait d'habitude, M. Rabiller.
Il est évident qu'en dehors de ces propos qu'ils prennent pour vrais, à force de les répéter, ils ne sont pas capables de développer un argumentaire nouveau.
Si l'affaire s'arrêtait là, elle serait risible. Si ils ne répandaient pas dans leurs entourages leur haine vis à vis d'un homme qui n'est victime que d'un seul reproche, celui de leur déplaire.

Quelle pauvreté, quelle méconnaissance d'un seul principe, celui de la liberté d'expression qui a comme frontière, la politesse.
C'est ce qu'a voulu énoncer la loi de 1881.
Mais Monsieur Belliot ne s'estime-t-il pas au dessus des lois?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter