Pornichet Infos

Et maintenant place aux courses !

Après les fastes de l'inauguration, les discours des différents intervenants, le champ est désormais libre pour les courses. D'ici le 14 novembre, 22 réunions sont inscrites au programme de la société hippique de la Cote d'Amour.
fotofrance®
fotofrance®

Les mois qui ont précédé cette inauguration en grande pompe, les travaux ont été effectués au grand galop et ont largement alimenté les colonnes des médias. Que dire, des palabres qui ont suscité les interprétations les plus farfelues ! Que penser des rumeurs les plus folles qui portent sur le coût de l'inauguration et sur l'investissement consenti pour l'hippodrome !

Bien évidemment, les Pornichétins se posent des questions sur le montant qu'ils devront supporter à travers leurs impôts locaux. Il n'y là, rien de surprenant et ces interrogations sont bien légitimes. Ce qui l'est un peu moins, ce sont les chiffres extravagants qui ont circulé. Tout et n'importe quoi a été dit. Une chose est sûre, il y a eu dans ce projet un « problème » de transparence et de communication de la part de la municipalité. Robert Belliot n'est sans doute pas exempt de reproche, à moins qu'il n'ait été mal conseillé. Bien évidemment, le maire s'est évertué lors de l'inauguration à faire taire les rumeurs. Utilisant la scène comme une tribune politique, l'édile Pornichétin a, à deux occasions, tenté de justifier les investissements réalisés. Il a également réglé ses comptes avec ses prédécesseurs, mais aussi avec ses détracteurs. Etait-ce vraiment le moment adéquat pour agir de la sorte ? On peut en douter, d'autant plus que parmi les spectateurs présents, il n'y avait qu'un nombre minime de locaux.
Qu'à cela ne tienne ! Chacun interprétera ces interventions comme il l'entend. L'avenir nous dira, qui sera gagnant. Maintenant la parole est aux professionnels. A vrai dire personne ne s'en plaindra et surtout pas les turfistes qui sont bien loin des tractations et supputations diverses et variées qui ont agité le microcosme Pornichétin.

Des impressions favorables.

Pour cette saison 2011, la société hippique de la Cote d'amour propose 23 réunions. Neuf sont consacrées exclusivement au trot, huit sont mixtes et six réservées au galop. Sur l'ensemble, 9 journées seront en PHH et devraient attirer de nombreux professionnels renommés dans les deux disciplines. Samedi, lors de la 1re journée, sept courses étaient inscrites  au programme (4 trot, 3 galop) avec 113 partants. L'histoire retiendra que dans le prix d'Escoublac (Attelé), David Ribemont associé à « Tornado du Triou » un hongre de 4 ans a remporté la 1re épreuve disputée sur l'hippodrome. A son retour aux balances, l'entraîneur-driver nous a livré ses impressions sur l'état de la piste (voire notre vidéo). De l'avis général, les deux pistes recueillent des impressions plutôt favorables dans l'ensemble. Chacun s'accorde aussi à reconnaître qu'il existe encore bien des améliorations à apporter. C'est le travail du président Rolland, et de Claude Simon président de la Fédération de L'Ouest qui, au cours de cette journée n'ont eu de cesse de recueillir les conseils de professionnels réputés tels que Henri-Alex Pantall, Jean-Claude Rouget, Franck Leblanc, Christian Boisnard pour ne citer qu'eux. Dans les jours à venir, voire dans les mois à venir, Almire Lefeurvre et toute son équipe prendront en compte les remarques et agiront en conséquence afin de donner satisfaction à tous les acteurs de la filière hippique.

Et les parieurs dans tout ça ? Si l'on se réfère aux commentaires entendus ici et là, au montant des enjeux sur l'hippodrome (+ de 74 000 euros), force est de constater qu'ils sont restés sur une impression assez favorable. Mais après tout n'était-ce pas le but recherché ? Plaisir de jouer, plaisir de gagner, plaisir de se détendre, tel est l'objectif du « miseur de fonds ».

 

Auteur : YE | 05/07/2011 | 7 commentaires
Article précédent : « 687 coureurs à la course nature. »
Article suivant : « Hippodrome de Pornichet .Essais concluants pour la piste de galop »

Vos commentaires

#1 - Le 07 juillet 2011 à 23h45 par patounet, Pornichet
Belle réalisation... Les Pornichétins peuvent être fiers de ce magnifique hippodrome ! avec ce restaurant panoramique. Et bientôt ce parc paysager En espérant une saison ensoleillée ; que les touristes et les turfistes profitent de ce que la ville leur offre, un bon environnement où il fait bon vivre !...
#2 - Le 08 juillet 2011 à 15h26 par Navrant
Si l'on en croit des statistiques des autres hippodromes , prenons Strasbourg par exemple (17 réunions en 2008), le montant moyen des enjeux par REUNION est de 63 000 euros, mais soit retenons le 74000 pour Pornichet.
A raison de 22 réunions la somme d'une saison donne : 1,6 M pour 2011.
Avec cela il va falloir payer les parieurs gagnants, les participants , le personnel de la Sté des courses de Pornichet, et tout ce qui constitue les frais de fonctionnement.
Doit plus rester grand chose pour payer l'équipement!
Pornichet-Infos peut-il investiguer ?
#3 - Le 08 juillet 2011 à 22h46 par H20
Navrant,
inutile d'investiguer. Le montage des course en France fait que les recettes vont entièrement à la filière cheval. Les bénéfices que fera la Société des Courses via les courses dites à pari national serviront à payer les emprunts contractés par cette dernière pour financer les pistes.
La Ville elle ne touchera pas de taxes sur les jeux contrairement à ce qui se passe pour les Casinos. La ville met à disposition (ou loue à prix modique) l'équipement à la société des courses les jours de course et loue à qui le veut le reste du temps. Donc le contribuable va payer les tribunes et le déficit de la SEM montée pour commercialiser la tribune.
Merci Belliot.
#4 - Le 11 juillet 2011 à 13h22 par Intox, Pornichet
A H2O qui n'a pas l'air trop au courant : l'amendement Myard permet aux villes de percevoir un pourcentage sur les courses. Un petit exemple ci-joint
http://www.sudouest.fr/2011/05/07/les-courses-hippiques-rapportent-a-la-ville-391632-2918.php.
70 000 euros, c'est toujours bon à prendre... Quant à l'équipement des tribunes vous dites bien qu'il sera loué à la fois à la société des courses ( il faudrait avoir les chiffres pour pouvoir affirmer que c'est à prix modique) et aux entreprises. J'oubliai les photovoltaïques. Voilà qui devrait rapporter à la ville non ?
#5 - Le 11 juillet 2011 à 16h46 par Gribouille, Pornichet
Patounet reprend des propos entendus en conseil municipal, propagande de la ville dans laquelle il fait bon vivre. Je viens d'entendre sur une chaine nationale que Pornichet est dans le top des cinq dernières villes de France pour les logements sociaux, derrière Neuilly (ville très bon chic bon genre dont monsieur Sarkosy était le maire). Pas mal comme célébrité, cela vaut bien un hippodrome à défaut de valoir une messe.
#6 - Le 11 juillet 2011 à 21h36 par Navrant
Eh bien voilà a bon payeur salut !
En 2014 il faudra remettre cette SEM sur le tapis.
#7 - Le 15 juillet 2011 à 22h41 par dessauvages, Pornichet
Pour Gribouille la diffèrence entre NEUILLY et LEVALLOIS et PORNICHET c'est que les deux premieres villes,font des logements sociaux avec le peut de terrains constructibles et doivent acheter des immeubles pour combler le retard.J'ai habitè 40 ans à Neuilly,habitant maintenant à Pornichet, je peut vous dire que, comparer Pornichet au deux autres villes ,est une insulte.pour tout renseignements suplementaire internet pa

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter