Pornichet Infos

Grand débat : Pornichet va faciliter la libre expression des Pornichétines et des Pornichétins

La Municipalité entend bien jouer un rôle de « facilitateur » pour permettre à chacun de s’exprimer librement.
Le Président Macron a ouvert le grand débat hier avec les maires en Normandie
Le Président Macron a ouvert le grand débat hier avec les maires en Normandie

Le 10 décembre dernier, le Président de la République, Emmanuel MACRON, annonçait la tenue d’un Grand débat national, du 15 janvier au 15 mars 2019, dont il a défini les contours dans une Lettre aux Français publiée dimanche soir. Dans un courrier adressé aux Maires, hier, M. le Préfet a précisé les modalités de ce débat en demandant expressément de construire cette concertation en s’appuyant sur les élus locaux, « en particulier les maires », qui devront avoir un rôle de « facilitateur ». 

C’est la raison pour laquelle, la Municipalité de Pornichet fait le choix de faciliter, de manière républicaine, l’expression des Pornichétines et des Pornichétins dans le cadre du Grand débat national. 

Ainsi, la Ville a d’ores et déjà ouvert un cahier de doléances à l’accueil de l’Hôtel de Ville (120 avenue du Général de Gaulle) pour permettre aux Pornichétins de prendre connaissance de la Lettre du Président aux Français et d’apporter sa contribution écrite au Grand débat national.

Par ailleurs, et afin que tous les Pornichétins puissent s’exprimer librement, la Ville propose de mettre en place un questionnaire reprenant les grandes questions énoncées dans la Lettre du Président aux Français, ainsi qu’une réunion publique participative, qui se déroulerait début mars au Centre des Congrès de l’Hippodrome. 

Enfin, l’ensemble des contributions seront ensuite directement adressées à l’Etat, via la Préfecture.

Dans cette perspective, la Municipalité a décidé de réunir dès la semaine prochaine le Comité Consultatif de la Démocratie Locale de Pornichet pour recueillir son avis et ses propositions sur les modalités de cette concertation locale. Il s’agit d’une instance pluraliste composée de représentants de l’ensemble des listes en présence lors des dernières élections municipales de 2014.

La Municipalité reviendra vers les Pornichétins début février pour préciser les modalités d’organisation du questionnaire et de la réunion publique participative.

Plus d’informations sur :

https://granddebat.fr/

La lettre du président Macron aux Français

La France n’est pas un pays comme les autres.

Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.

Dans une période d’interrogations et d’incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l’éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les difficultés de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontées, grâce à l’effort partagé par tous.

C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans l’élaboration des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c’est tout cela, la Nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d’être Français ?

Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n’offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d’où l’on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.

Cette ambition, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d’effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n’accepter aucune forme de violence. Je n’accepte pas la pression et l’insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n’accepte pas la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

 

C’est pourquoi j’ai proposé et je lance aujourd’hui un grand débat national qui se déroulera jusqu’au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, des maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J’ai eu de premiers retours que j’ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l’intermédiaire légitime de l’expression des citoyens.

Pour moi, il n’y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d’accord sur tout, c’est normal, c’est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n’a pas peur de parler, d’échanger, de débattre.

Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d’accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu’on ne le croit.

Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu’il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse, car l’un va avec l’autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l’emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu’il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours que nous devons rebâtir une souveraineté industrielle, numérique et agricole et pour cela investir dans les savoirs et la recherche. Je pense toujours qu’il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n’a pas changé.

Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d’envisager l’avenir, de nouvelles idées.

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d’entre nous, puisse participer.

Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C’est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la Nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d’ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n’épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations.

 

 Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l’action publique.

L’impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C’est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d’avenir, notre recherche, notre culture, ou d’entretenir nos infrastructures. C’est aussi l’impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin.

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu’il en soit, poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

 

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? À l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d’autres trop cher en raison des cotisations qu’ils paient. L’efficacité de la formation comme des services de l’emploi est souvent critiquée. Le Gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour améliorer notre santé, pour lutter contre la pauvreté et contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

 

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c’est l’organisation de l’État et des collectivités publiques. 

Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale.

Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? À quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l’État soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l’administration et comment ?

Comment l’État et les collectivités locales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

 

 La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. 

Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air. Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous.

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos agriculteurs et nos industriels ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. 

Être citoyen, c’est contribuer à décider de l’avenir du pays par l’élection de représentants à l’échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l’issue des élections.

 

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus ?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Économique, Social et Environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d’écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l’initiative ?

La citoyenneté, c’est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c’est le droit d’asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s’est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d’un avenir meilleur : c’est comme cela qu’elle s’est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd’hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l’immigration et aux défaillances de notre système d’intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d’importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu’elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’État et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l’avenir de notre Nation. Je souhaite aussi que

 

C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes, je souhaite que le plus grand nombre d’entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l’avenir de notre pays.

 

En confiance,

Emmanuel MACRON

16/01/2019 | 30 commentaires
Article suivant : « Pornichet Sénatoriales : Joël Guerriau UDI publie le soutien du maire à sa candidature »

Vos commentaires

#1 - Le 17 janvier 2019 à 09h31 par Lemere
" transformer les colères en solutions." (SIC)
Mais qui fait les discours du Président ?

Si le but c'est d'apaiser les colères ( qui se trannsformeraient en solutions) , inutile alors de faire ce grand débat .

Exemple L'ISF suffit de le remettre pour calmer une des ( grosses) colères , et au passage engranger 4 Mds d'Euro .
Augmenter l'assiette de la tranche la plus basse des impôts , la passer de 9964 eur á 13000 eur .
C'est redonner du pouvoir d'achat à plusieurs millions de ménages .
Créer une tranche supplémentaire pour les 20% les plus riches
Diminuer la TVA sur tous les produits de bases alimentation et hygiène de 5,5 à 0% C'est la aussi redonner du pouvoir d'achat. Et á tous.
Augmenter les prix des matériaux importés avec taxe carbone sur la part du transport domestique.
Rendre aux retraités les plus faibles ( moins de 1800 eur nets ) l'augmentation de la CSG.

Diminuer les traitements de TOUS les élus qui disposent dejà d'une retraite du montant de cette dernière .

Diminuer de moitié le revenu des députés et sénateurs en supprimant la partie du remboursement des frais qui reste encore trop opaque. Tout compte fait jamais après Si peu de temps une majorité ne nous aura coûter aussi cher et montrer une telle incompetence !

Voilá , après des gestes comme cela difficile de rester en colère .
Notez que je ne demande pas sa démission , ni une dissolution de l ´AN , mais je ne serai pas surpris si la situation persiste qu'il faille en arriver là si la colère ne se transforme pas en solution.
#2 - Le 17 janvier 2019 à 17h00 par eneber, La Baule
Corrections des "Lemerismes" :
L'ISF suffit de le remettre pour calmer une des ( grosses) colères , et au passage engranger 4 Mds d'Euro ( erreur : 3Mds €) .
Augmenter l'assiette de la tranche la plus basse des impôts , la passer de 9964 eur á 13000 eur .
C'est redonner du pouvoir d'achat à plusieurs millions de ménages : seulement 35 €/mois, contre 100 €/mois, avec Macron ! .
Créer une tranche supplémentaire pour les 20% les plus riches : il y en a déjà deux,depuis 7 ans, avec des surtaxes de 3%, pour plus de 250 000 € et 4%, au - delà de 500 000€ (personne seule)
Diminuer la TVA sur tous les produits de bases alimentation et hygiène de 5,5 à 0% C'est la aussi redonner du pouvoir d'achat. Et á tous. : Certains veulent surtaxer la viande ! Alors ?
Augmenter les prix des matériaux importés avec taxe carbone sur la part du transport domestique . : ce terme de domestique est contradictoire avec importés
Rendre aux retraités les plus faibles ( moins de 1800 eur nets ) l'augmentation de la CSG. : c’est fait, par Macron

Diminuer les traitements de TOUS les élus qui disposent dejà d'une retraite du montant de cette dernière : Les élus locaux n’ont pas de traitements, mais des indemnités
#3 - Le 18 janvier 2019 à 08h20 par ras, Pornichet
@eneber
pour les retraités c'est faux
#4 - Le 18 janvier 2019 à 09h33 par Lemere
Á Eneber je l'attendais cette réaction

1 Pour la tranche d'impôt si Macron refile 100 eur ce n'est pas á ceux qui payent des impôts aujourd'hui . Et sur les 100 , combien vont retourner aux impôts du coup ?

2 TVA votre réponse typique de l'afficionado macroniste. Qui évite de prendre parti ( de gauche et EN MEME TEMPS de droite)

3 part du transport domestique , signifie que je suis conscient du faible pouvoir de ce Président au niveau national que par conséquent je ne rêve pas d'une taxe qui se ferait sur la partie Non européenne des transports mais bien sur les derniers kms qui eux se font sous régimes nationaux.

3 ) Pour la CSG Ok mais c'est bien parce que la liste est courte des gestes Macronesques que je la remet sur la table . Mais Si vous avez d'autres idées n'hésitez pas c'est le GRAND DÉBAT .

4 indemnités , traitements, salaires, revenus ., appelez le comme vous le souhaitez mais dites nous que vous êtes Ok pour le diviser par deux , ou le réduire de moitié ou encore en prendre le 1/4 et le multiplier par 2, c'est comme vous le voulez .... ou pas !

Mais le fond du problème avec vous c'est que
vous refusez , comme Macron de débattre et que vous restez sur la forme plus que sur le fond comme Macron veut rester sur son cap.

Ne vous étonnez pas ensuite de ce qu'aujourd'hui 2 Français sur 3 ou 66,3333 % jugent que ce grand débat ne mènera à rien.
Ou si la encore vous préférez qu'un seul sur trois á une opinion favorable à ce débat.
#5 - Le 18 janvier 2019 à 16h26 par eneber, La Baule
Précisions utiles pour ras :
Taux de CSG selon la pension nette pour un couple ou une personne seule
Selon le ministère des solidarités et de la santé, les limites de revenus à ne pas dépasser pour bénéficier des différents taux de CSG sont les suivants :
- Exonération de CSG (0%) : jusqu'à 1.040 euros de retraite nette pour une personne seule, jusqu'à 1.590 euros pour un couple
- Taux réduit de CSG (3,8%) : au-delà de 1.040 euros et jusqu'à 1.350 euros de pension nette pour une personne seule, au-delà de 1.590 euros et jusqu'à 2.070 euros pour un couple
- Taux intermédiaire de CSG (6,6%) : au-delà de 1.350 euros et jusqu'à 2.000 euros de pension nette pour une personne seule, au-delà de 2.070 euros et jusqu'à 3.060 euros pour un couple
- Taux plein de CSG (8,3%) : au-delà de 2.000 euros de pension nette pour une personne seule, au-delà de 3.060 euros pour un couple
A noter : les revenus indiqués correspondent aux situations où les revenus des retraités sont entièrement constitués de pensions versées par les régimes de retraite obligatoires.
#6 - Le 18 janvier 2019 à 22h34 par Pierre-Jean, Pornichet
Question pour le grand débat

Combien de temps faut-il cuire un oeuf et qu'il soit mi mollet ?
#7 - Le 18 janvier 2019 à 22h55 par orgos, La Baule
Les taux les pourcentages,on s'en fout car on s'est fait bel et bien tarauder. Dire que avoir travaillé comme un c... toute un vie pour vivre et faire vivre les autres,nos vieux,des chômeurs ect..
et se faire enfler de la sorte on se sent vraiment minable!
L'enfumage va continuer!
#8 - Le 19 janvier 2019 à 08h59 par Spirou, Pornichet
Ce grand show , ce grand bla bla ,ces questions des maires , (que l'ostentation abusive et obligée de l'écharpe déguise en pingouins tricolores, dociles ,attentifs ,passifs et pourtant oubliés voire mêmes rejetés jusqu'alors par EM !..) bien préparées avant la représentation théâtrale diffusée par toutes les chaînes info....il est vrai que EM a eu un très bon professeur de théâtre !!!! Ce n'est que de la com , du temps perdu, va-on devoir supporter cette mascarade encore 10 fois ?
que le "grand débat "se fasse mais pas sous influence, il ne peut s'agir que d'un "grand déballage " les Français ne sont pas des moutons à tondre ....
A 18 mois des dernières élections EM repart en campagne, c'est triste et lamentable !Mais où est EM "président de la République" ?15h par semaine a la Tele. Ce n'est pas le rôle d'un président de la République :"Y a-t-il un pilote dans l'avion?"
"Redonnons vite la parole aux Français par les urnes par une dissolution immédiate de l'assemblée Nationale, repartons sur des bases nouvelles ..... "C'est urgent
#9 - Le 19 janvier 2019 à 14h32 par Lemere
Donc Eneber lorsque je disais 1800 euros pour retraité soit 3600 par couple j'étais bien au delà des seuils actuels donc ce n'était pas un lemerisme comme vous dîtes.
Et je tiens à préciser que et tant mieux pour moi je fais partie de ceux qui ne bénéficieraient pas d'une telle mesure.
Au minimum que jusqu'à 1500 par retraite et 3000 par couple il y ait exonération totale.
#10 - Le 19 janvier 2019 à 22h42 par Pierre-Jean, Pornichet
En soutenant Macron Pelleteur joue gros. Les électeurs vont s'en souvenir, dans une élection municipale de Pornichet qui sera très politique.
#11 - Le 20 janvier 2019 à 09h06 par Spirou, Pornichet
@Pierre-jean si vous étiez maire de Pornichet ou de Clocher les bécasses...ou Q de Trifouillis-les-oies ou d'ailleurs...vous agiriez comme Pelleteur : il fait son travail d'élu ,mais il est aussi le "représentant de l'Etat".
Donc à ce titre le maire est dans son rôle de "facilitateur " de cette mascarade..à priori il ne faut pas y voir là un soutien à Macron .....du moins je l'espère !!!
#12 - Le 21 janvier 2019 à 08h24 par Betonnage, Pornichet
Spirou,

pelleteur n'a pas été élu par l'état mais par nous les habitants .…….

Cela vous embête pas de payer encore pour des incompétences du gouvernement?
#13 - Le 22 janvier 2019 à 08h27 par Spirou, Pornichet
@betonnage
il faut tout lire et j'ai bien spécifié "il est "AUSSI "le représentant de l'ETAT
prêtez attention à #8 Je suis totalement hostile à cet enfumage qui n'est fait que pour berner les Français car il n'en sortira RIEN ........
#14 - Le 24 janvier 2019 à 14h53 par breizh44, Pornichet
Les commentaires à la lemere et Cie. montrent bien tout le dilemme dans lequel se trouve notre pays. Emotion prime sur raison. Y a qu’a, faut qu’on. Plein de fausses bonnes idées, mais pas de solutions. Remettre l’impôt de jalousie (ISF) ? Fait fuir les capitaux qui commencent tout juste à revenir dans l’économie française et ne représente qu’une goutte d’eau pour les recettes fiscales. Baisser les traitements des élus ? Vous croyez sérieusement que cela changera quoi que ce soit pour le français lambda ? « Il faut que Macron nous écoute ! » … mais on refuse de lui parler (ne participe pas au débat). Les esprits simples préfèrent se faire manipuler sur les réseaux sociaux par les bots et trolls russes pour vivre dans leur monde fait théories de conspiration et de contre-vérités.
Au risque de provoquer un "shit storm" - Macron est pour moi un excellent président qui met en œuvre les réformes trop longtemps repoussées par ses prédécesseurs. Les effets commencent déjà à se voir, par exemple par l’augmentation de 1,9% du pouvoir d’achat moyen en 2018. Mais il faut un peu de patience pour les voir pleinement. Et il ne faut pas tout anéantir en bloquant l’économie du pays sur les rond-points et chaque samedi dans les centre-ville. Tout ce que je souhaite, c’est que Macron ne change pas de cap et continue dans ses réformes pour le bien du pays. Tant pis pour le GJ.
#15 - Le 24 janvier 2019 à 16h12 par Gilet jaune 44, 44380
Est-il utile que les élus ramènent leurs fraises quand on connait leurs sous-performances en matière de concertation pour imposer leurs projets démesurés aux Pornichétins?
Résultat : plus de 30 recours encombrant le tribunal administratif ainsi que la cour administrative d'appel de Nantes...
La concertation à la Mode du Maire de Pornichet : on la connait !
Il peut la faire tout seul comme d'hab...
#16 - Le 26 janvier 2019 à 11h12 par Choupie, Pornichet
Des bla-bla du grand débat n’en resteront qu’un «marronnier». Des sujets qu’on nous resservira périodiquement sans avoir besoin de les renouveler. D’autant plus que Macron et sa Haute bureaucratie (Très bien payée) ont bien corseté le tout, à leur avantage.
Loin des sujets-questions des "vrais" GJ, détournés du véritable fond de leur contenu. Et dont les "cadres" infiltrés par LREM lâchent (déjà !) pour les Européennes.
Le subterfuge, c’est qu’il ne dit pas comment seront tranchés ces débats ? Quand on voit, malgré ses promesses, ce qu’il a fait de la consultation NDDL, ça ne donne pas envie de perdre son temps.
L’énigme Macron c’est Emmanuel lui-même. Hyper-présidentialisé, disruptif, n’ayant cesse de cliver.
Ses petites phrases : Le sens de l’effort, il le demande toujours aux mêmes… et le reporte sur eux. Les classes moyennes, les miettes jetées aux petits n’ayant déjà pas les moyens. Spirou voit juste, de cet illusionnisme intellectuellement provocant il n’en sortira RIEN. Sinon encore créer beaucoup de déception.
#17 - Le 03 février 2019 à 19h41 par Chenu, Pornichet
E.M. a écrit les conclusions avant même de poser les questions.
Il transforme et détourne le débat en monologue.
Comment peut-on tirer une gloire d’organiser un débat ?
Et au final combien ça coûte pour rien comme résultat ? Et combien ça pollue en déplacements et tout le bastringue qui l’accompagne et va avec ?
Salut l’écologie avec ses pneus brûlés et ces grenades à tire-larigot sur l’opposant sans faire de différence avec les casseurs !
Chapeau la République selon Macron manu militari !!! Au secours !
C’est quoi cette conception de la démocratie ?
Son parti, LREM, n’est qu’un régiment de pioupious qui ne suivent qu’au son de la bélière. En témoignent les arrogances, piques, petites phrases méprisantes, relayées par son état major : Marlène Schiappa « On est dans un pays où on aime se plaindre » : ou la formule selon Edouard Philippe « Le RIC ça me hérisse ». Aucun soucis de niveler les inégalités.
Ces atermoiements en disent long sur l’humanisme et le sens des responsabilités qui habitent ces politologues amateurs.
Débat ou non ce n’est pas ça qui changera son style ni sa façon de gouverner. On est mal barré !Très!
Mais pour l’instant on a pas mieux en rayon.
#18 - Le 06 février 2019 à 10h08 par Lemere
@Breizh44

"L'ISF fait fuir les capitaux , qui commencent tout juste á revenir" dites vous.

1) Des chiffres SVP avec leurs sources !
2) Vous donnez raison à ceux qui enfreignent les lois et que l'on absout en modifiant la loi.
3) Vous renforcez les inégalités lorsque dans le même temps , les plus faibles eux comparaissent et sont en garde á vue.
4) en bref vous mettez de l'huile sur le Feu comme le fait EM et son gouvernement .
5) pour le reste je vous ai déjà répondu et j'ose affirmer que vous mentez.
#19 - Le 06 février 2019 à 18h07 par muxu
Lemere aime bien l'ouvrir à tous propos, on a l'habitude.
Néanmoins si je comprends bien ce que vous dites "Vous donnez raison à ceux qui enfreignent les lois et que l'on absout en modifiant la loi" est une affirmation selon laquelle les riches qui s'expatrient avec leur fortune seraient hors la loi ou enfreindraient celle-ci. C'est totalement inexact : la circulation des personnes et des biens est libre dans l'espace Schengen. Les riches qui vont en Belgique ou ailleurs pour ne pas payer l'ISF sont dans la plus parfaite des légalités.
Ah ! L'idéologie...
#20 - Le 06 février 2019 à 18h17 par oui, Pornichet
lemere, je pense ne pas me tromper mais des habitants de noirmoutier payaient l'isf à cause des terrains qu'ils possédaient depuis des lustres !
#21 - Le 07 février 2019 à 20h10 par Lemere
@Oui

Vous ne pensez pas vous tromper, et bien désolé vous vous trompez
http://www.journaldunet.com/economie/impots/noirmoutier-en-l-ile/ville-85163

Et je pense même que vous vouliez dire Ile de Ré

Mais pour mémoire voici les seuils et taux
Barème IFI 2018
Tranches de patrimoine net taxable Taux 2018
Inférieure à 800.000 EUR 0%
Supérieure à 800.000 et inférieure ou égale à 1.300.000 EUR 0,50%
Supérieure à 1.300.000 et inférieure ou égale à 2.570.000 EUR 0,70%
Supérieure à 2.570.000 et inférieure ou égale à 5.000.000 EUR 1,00%

Alors certes il se peut que certains pour des terrains qu'ils ont depuis des lustres comme vous dites, aient payés, et continueront de payer, mais personnellement si j'avais hérité d'un terrain qui vaut entre 2.570M€ et 5.00M€, je me dépêcherai de le vendre, sinon cela s'appelle de la spéculation. Et si c'est pour que vos enfants héritent, pas de scrupule pour moi a taxer ce qui que vous le vouliez ou non ne résulte pas du travail quand il s'agit d'héritage.
Je pense également que vous vouliez parler plutôt que de l'immobilier toujours taxables des valeurs autres , et qui elles devaient être investies dans l'économie. Hors il apparaît que le fameux ruissellement n'a pas eu lieu. Certains reconnaissent publiquement que l'argent économisé ( 71 ooo eur en moyenne) à servi à se payer plus de voyages , et à ce prix on peut supposer à l'étranger.

@Muxu

Vous faites l’âne pour avoir du son.
L'évasion fiscale, qui n'est pas de l'optimisation , existe bel et bien, et en particulier en Suisse, qui n'est pas sauf erreur en U.E.
D'ou ma question à Breizh44, si l' ISF à fait fuir les capitaux (optimisés et évadés ), combien en retour depuis l'abolition ISF, qui je le rappelle à fait perdre 3.4 Mds €?

Mais si vous voulez apporter votre réponse Muxu , n'hésitez pas!
Et cela ce n'est pas de l'ideologie, c'est du débat, pour lequel vous ne semblez pas à ce jour d'éléments tangibles et vérifiables.
A vous lire.
#22 - Le 11 février 2019 à 10h04 par muxu
@lemere
je pense qu'il y a incompréhension, lorsque la fuite des capitaux était évoquée, je n'avais pas compris fuite illégale, mais fuite légale, dans l'espace Schengen, qui est plus importante que celle vers la Suisse. L'ISF favorise l'expatriation fiscale légale.
La supprimer n'est pas absoudre des comportements illégaux pour ceux qui ne le sont pas. En revanche, il est douteux que la fraude fiscale - puisque c'est de cela dont vous parlez - soit ISF dépendante. Les filous restent des filous
#23 - Le 12 février 2019 à 00h21 par Lemere
Merci Muxu

Manque hélas toujours la reponse de Breizh44 . Comme il manquera Toujours les 3,4 Mds d'euros de l'ISF.
#24 - Le 12 février 2019 à 19h28 par oui, Pornichet
lemere, hériter des biens de ses parents c'est absolument scandaleux, d'ailleurs tout devrait revenir à l'état car, évidemment, c'est grâce à la société que les parents ont accumulés autant de biens donc c'est normal qu'ils lui reviennent à leur mort et comme dit tout bon socialiste, la propriété c'est du vol, j'ai bon ? piketty dans toute sa splendeur !
#25 - Le 13 février 2019 à 09h58 par Lemere
@Oui

On peut ouvrir le débat sur l'héritage , pas de souci de ce côté là.
Partons du postulat :
-On naît sans poche et On part sans rien dans les poches. Corollaire pour vivre il nous faut seulement .....des poches.
#26 - Le 15 février 2019 à 08h19 par Help!, Pornichet
Mais bien sûr ! Lemere "Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu !"
Cessez de prendre les autres pour des demeurés. Comme si l’autosuffisance ne vous suffisait pas. Vous nous faites du Corneti bis, à la sauce de gauche. C’est avec des idées comme ça (et ce genre de personne) qu’on a foutu le pays dans la m...de. En fait vous n’avez aucunes solutions, que cette volonté de détruire l’existant et par dessus tout de contrecarrer l'autre. Rabâchage fatiguant !!!
#27 - Le 15 février 2019 à 23h38 par Lemere
@Help

Vous êtes un macroniste typique qui ne sait dire que des phrases creuses. Qui met tout sur le dos des prédécesseurs , mais qui s'empresse de leur accorder des postes. Dernier en date Juppé.

Et si vous n'étiez pas aussi arrogant je me serait fait un plaisir de débattre avec vous sur l'héritage. Et sur le fait qu'il existe des solutions pour allier plus d'humanisme et de solidarité sans mettre de frein à l'économie..

Mais il semble que vous n'ayez pas vous la volonté de vous sortir de votre zone de confort qui fait que nous sommes dans la situation que vous décriez tant.

Ça oui ça me fatigue
#28 - Le 16 février 2019 à 21h13 par breizh44, Pornichet
Comme lemere désire tant une réponse de ma part : Restez donc avec vos faits alternatifs trouvés sur les réseaux manipulés mais évitez tout de même de traiter de menteur ceux dont l’opinion ne vous convient pas.
#29 - Le 17 février 2019 à 10h21 par Pierre-Jean, Pornichet
Selon une journaliste du Figaro hier sur BFM, les maires se servent du grand débat de Macron pour commencer leur campagne aux municipales. C'est le cas à Pornichet. Pelleteur devra s'expliquer sur ses comptes de campagne.
#30 - Le 17 février 2019 à 11h56 par Lemere
@Breizh44

"Réseaux alternatifs manipulés " comme vous y allez. On frôle la paranoïa et le complotisme.

Mais non cher Breizh44 ce ne sont que des faits, et des réflexions qui en découlent.
Á vous de faire de même .
Et votre opinion est respectable dès lors qu'elle s'appuie sur des faits.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter