Pornichet Infos

Jean-Pierre Coffe parle du scandale de la viande de cheval à l’hippodrome

Devant une belle assistance environ 800 personnes, Jean Pierre Coffe, a fait son show sur l’évolution de « la bouffe » en France. À l’hippodrome de Pornichet le lieu était prédestiné pour évoquer le scandale de la viande de cheval.
Jean Pierre Coffe
Jean Pierre Coffe

Jean-Pierre Coffe est un animateur de radio et de télévision, critique gastronomique, écrivain, cuisinier et comédien français né le 24 mars 1938 à Lunéville, Meurthe-et-Moselle. Il a évoqué des sujets de « mal bouffe » que beaucoup connaissaient déjà mais aussi ceux trop souvent cachés par les groupes industriels et les médias.

Pour Jean-Pierre Coffe l’histoire de Findus est « une escroquerie extrêmement » grave commise par une coopérative agricole, alors que « ces coopératives sont par vocation destinées à défendre l’agriculture l’élevage et le bétail».
Pour Jean-Pierre Coffe cette histoire remet en cause toute la traçabilité des produits : « qu’une entreprise comme Findus qui dépend du plus grand groupe alimentaire du monde, Nestlé, puisse passer des ordres dans une société comme la Comareg qui est présidée par le Président de la FNSEA , cette société Comareg n’a même pas de cahier des charges de ses fournisseurs, pour moi c’est la taule tout de suite. »

Jean-Pierre Coffe explique qu’il y a des consommateurs de viande de cheval « malgré tous les enfants qui montent à cheval et qui ne veulent plus manger de cheval. » « N’oubliez pas qu’en 1900 aux abattoirs de la Villette à Paris on distribuait tous les matins un verre de sang de cheval pour les gens qui étaient malades. » Jean-Pierre Coffe précise que l’on reconnaît facilement la viande de bœuf de la viande de cheval, il ne s’explique pas qu’un professionnel de l’alimentation ne sache pas reconnaître les différencier.
Quand Dominique Labarrière lui demande s’il y avait en France une amélioration de la qualité, Jean-Pierre Coffe précise qu'il y a eu des progrès et le consommateur « a été extrêmement précieux pour les industriels. On est dans une période hygiéniste, plus personne ne doit être malade, on prend des précautions, on bourre les animaux d’antibiotiques pour éviter les problèmes, on met des colorants et des arômes dans les aliments. » Jean-Pierre Coffe a travaillé pour Leader Price pour lequel il a réalisé 1 300 recettes de cuisine. Il prétend garder sa liberté et son franc-parler. Il cite comme exemple l’industriel qui fabrique un pâté de lapin auquel il a conseillé de ne prendre que des lapins mâles car les femelles font 8 à 10 portées par an et sont toutes piquées aux antibiotiques. « Je ne veux que des mâles dans le pâté de lapin. » Il démontre qu’avec des herbes, il est moins cher.

Il dénonce la législation européenne, car un produit importé en France, s’il est transformé en France, prend la nationalité française. « Une merde chinoise dans un pâté transformé en France ça devient un pâté français. »

Il explique que pour le pain ça va mieux, car il y a maintenant une distinction entre les artisans boulangers qui fabriquent le pain et les industriels qui réchauffent des pâtons.

Jean-Pierre Coffe se veut néanmoins optimiste car dans le commerce «il y a de plus en plus de jeunes qui souhaitent pratiquer de la qualité ».
La deuxième partie de l’entretien était plus people. Jean Pierre Coffe a édité un livre sur les recettes faites pour les stars de la politique et du showbiz, lors des émissions de Michel Drucker. Est-ce que ça l’autorise pour autant à ranger Rachida Dati dans « la catégorie des chieuses suprêmes » ?


 

Le livre
Le livre
Le public venu nombreux à l' hippodrome
Le public venu nombreux à l' hippodrome
Auteur : JBR | 14/04/2013 | 4 commentaires
Article précédent : « Le SIVU dissous sans être dissous »
Article suivant : « Travaux sur les canalisations d’eau potable »

Vos commentaires

#1 - Le 14 avril 2013 à 17h51 par mirko
Une fois de plus M.Coffe ne sait pas de quoi il parle,Findus n'appartient plus à Nestlé depuis 12 ans et les produits qu'il developpe ne sont pas mieux que les autres en additifs etc...il se fait juste avoir par les industriels et manipuler par Leader Price qui profite gracement de son image de marque et de sa naîveté...
#2 - Le 15 avril 2013 à 08h35 par VIVEMENT DIMANCHE( 16 mars 2014)
Mr Labarrière et ses chroniques qui font peur ou froid dans le dos parfois, est il le seul à pouvoir nous organiser ce genre de conférences ? elles sont inintéressantes? Coffe est juste là pour commercialiser son livre, et le public, (photo bien représentative du public dynamique par excellence), ne serait-il pas là aussi pour le petit apéro dinatoire offert par nos impôts?? Inadmissible Monsieur Belliot!!!!
Et le "mieux" si ce n'est pas un gag.... c'est que M Labarrière lui même se met en scène la prochaine fois!! lui même pour ses propres "écrits", si on peut dire pour rester poli... Il faut que tour cela cesse: VIVEMENT DIMANCHE( 16 mars 2014)
#3 - Le 15 avril 2013 à 14h46 par aec, Lille
LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE

NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !

Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :
AEC
Résidence La Pléiade
98, rue de Canteleu
59000 LILLE

Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.

Merci aussi de visiter les sites :

http://vimeo.com/60651643

http://aec89.site.voila.fr

http://www.lapetition.be/en-ligne/parlons-enfin-des-quids-2589.html

http://www.feracheval.com/petitions.php

Rejoignez la groupe sur :

http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203218

Faites passer le message à vos amis.

Amitiés.

AEC.

>

>

>
AEC.
#4 - Le 15 avril 2013 à 16h15 par Lemere
C'est vrai ça, qui paye ?
Puisque c'est la mairie qui organise
( les annonces sont sur le site de la mairie).
Que les inscriptions sont gratuites.

Est-ce M. Labarrière? ou est-ce la SEM?
On ne trouve pas sur le site de la SEM, de références à ces "rencontres".

Qui paye les petits fours?

La rédaction de PI, peut -elle enquêter?

Je n'ai rien contre le fait, que ce type de rencontre soit organisée, mais elles ne peuvent être gratuite et pour les organisateurs, et pour les invités (le public, ou l'auteur).

Qui défraie les auteurs, de leurs frais de déplacement?

Quels sont les auteurs, ou maison d'édition qui ont payés pour ces rencotnres?

La rédaction de PI peut-elle enquêter?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter