Pornichet Infos

Jenny Craig Women’s cup : Les filles en rose chahutées dans la baie

C’était la journée des femmes. Le dieu Eole leur a réservé une drôle de surprise. Dans le cadre de la 2e édition de cette régate, les 140 régatières mobilisées pour les droits des filles dans le monde ont eu droit à de sérieuses secousses. Le dimanche, elles ont dû rester aux abris, pas un temps à mettre une jeune femme dehors. Cela n’a pas terni l’ambiance.

Pendant deux jours sur le port de Pornichet, le Yacht Club de l’APCC a été le centre névralgique de la « jenny Craig Women’s Cup ».  Cette compétition sportive 100 % féminine aux couleurs, à prédominance rose fushia,  du programme «  Because I am a girl » de l’ONG Plan avait fait le plein avec 28 équipages, composés de cinq navigatrices,  venus de toute la France et plus car l’équipage belge de l’an passé était revenu goûter les embruns de la plus belle baie du monde au parfum si particulier. Professionnelles ou amatrices, souvent adeptes de disciplines de voile différentes, elles avaient là l’occasion de se confronter sur un même plan d’eau, et sur 14  J80 identiques appartenant au club  ou prêtés par le CNBPP et au club de Pornic.

Une APCC dévorante

Un plan d’eau présentant une mer formée et un vent forçant qui eut raison de quelques spis déchirés et autres avatars marins que, selon les mauvaises langues, les hommes plus prévoyants auraient sans doute pu éviter. Dixit José le pilote du canot caoutchouté de ces dames.
La célèbre navigatrice britannique Samantha Davies, marraine et ambassadrice de PLAN, n’a pu se classer qu’à la 16e place. Les « voileuses » locales, avec l’avantage du « terrain », ont porté haut les couleurs de l’APCC. Christelle Philippe, championne d’Europe de match Racing en 2004, avec ses équipières s’est logiquement imposée en « claquant » sous sa voile toutes les manches qu’elle a disputées. Pendant ce temps, sans démériter, Catherine Lepesant s’offrait une belle 5e place alors que Anne-Claire Le Berre, la favorite, venait « mourir » à la frustrante seconde place.

Une météo implacable

Cette année, la météo n’a pas permis au comité de course de respecter le programme des courses. Samedi, sous un soleil intermittent, deux manches ont pu être validées dans chaque poule avec un vent mollissant de sud-ouest  de 14 à 9 noeuds.
En prévision d’une mauvaise météo annoncée pour le dimanche, le comité de course décidait en fin de journée d’envoyer au moins  une autre manche pour les classements ronds d’or et argents et d’assurer ainsi un classement qui tienne la… mer.
La soirée des équipages a pu se terminer tard dans la nuit sachant qu’au petit matin du dimanche les embarcations restaient sagement à l’abri. Avant les ripailles, une table ronde sur le thème des femmes dans l’univers de la voile était « barrée » par Sylvie de Ligondès et Sylvie Viant, héroïnes de la jeune Samantha Davies à ses débuts. Chacun a pu raconter, avec humour, ses histoires de mer avec leurs plus grands moments de course au large.
Vivement la troisième édition !

Classement :

1 - FIFA GIRLS  avec  PhilippeE Christelle,  Raymondi  Gaëlle,  Sadoc Amélie, Devaux Céline et Noesmoen Marie (APCC Voile Sportive)
2 – LA GALERNE-Chika Breitz avec Anne-Claire  Le Berre
3 - PRINCESSES DE BRETAGNE avec Julie Bossard
4 - LADIES NORMANDIE avec Clara Scheiwiller
5 - MODULE IMAGE LADIES avec Catherine Lepesant

 

Auteur : JLM | 05/03/2012 | 17 commentaires
Article précédent : « Les ''vieux'' du Ninon tennis Club ont manqué la marche »
Article suivant : « Les « Vikings » du Roller Club de Pornichet très prolixes »

Vos commentaires

#1 - Le 05 mars 2012 à 16h50 par claire
Quels commentaires, c'est pas croyable! "pas un temps à mettre une jeune femme dehors", "les hommes plus prévoyants auraient sans doute pu éviter" ... c'est bien triste de voir que ça ne change pas vraiment...
Qu'on ne vienne pas me dire après que le monde de la voile n'est "absolument pas macho"...
Moi, les hommes marins que je connais sont pour la plupart bien plus imprudents que les filles que je connais, et auraient pu casser bien plus que le spi, en voulant faire les malins...
Enfin, bien contente d'avoir un retour sur cette régate qui avait l'air bien sympa!
#2 - Le 06 mars 2012 à 17h11 par Marion, Paris
Je n'ai certes pas navigué ce samedi, mais j'ai cotoyé ces filles professionnelles et amatrices durant tout le weekend, et je peux vous dire qu'elles ont été loin d'être chahutées ! les filles savent elles aussi maîtriser Eole.
Et surtout " pas le temps à mettre une femme dehors" vous auriez du être là dimanche matin quand elles étaient là, ces 140 régatières, toutes parées à naviguer à 9h sous la pluie et le vent, attendant la décision du comité de course.

à Claire si tu souhaites avoir un retour sur la régate : www.womencup.fr
#3 - Le 06 mars 2012 à 17h14 par cecil
Monsieur,

C'est une concurrente qui vous écrit. Je vous invite à vous mettre à la voile. Vous vous ferez nettement moins chahuter que sur un zodiac… Le plan d'eau était tout au plus "clapoteux" mais loin d'être une "mer formée" !

De plus, la météo de dimanche ne permettait à aucun compétiteur de naviguer… Qu'il soit homme ou femme…

Quant à relater ce que disent "les mauvaises langues"… Je rejoins Claire sur son commentaire. Les hommes sont souvent plus enclins à "tirer" sur le matériel au-delà des limites.

Sachez que le jury de cette course, lui même, a noté un fair-play sur l'eau rarement vu dans d'autres courses (majoritairement masculines).

Quand à "mourir" à la seconde place… Anne-Claire Le Berre n'était pas la seule favorite et a admirablement navigué. Seulement, il faut une gagnante… Et la seconde place reste tout aussi méritante.

A bon entendeur.
Sportivement,
Cécil
#4 - Le 06 mars 2012 à 17h18 par sybille
Mais qui a écrit cet article ?...
Un homme forcément !
C'est bien de parler de cette super régate, mais bon il ne faut pas écrire n'importe quoi.
#5 - Le 06 mars 2012 à 17h35 par jacqueline
quels commentaires! mer....formée! on ne devait pas être au même endroit; j'ai pour ma part passé la journée sur l'eau à silloner le plan d'eau et cela m'a paru bien plat; il me semble que la plus part des ces jeunes femmes ont un passé de régatières pour qui justement les conditions étaient en jargon de marin "un temps de demoiselles"; le coup de vent n'est arrivé que dimanche; à ma connaissance quand il ya "BMS" (bulletin de météo spécial) mecs ou nana on reste à terre. Quand à la place de Sam elle n'a rien du à sa non connaissance du plan d'eau; lisez ses tweet.
#6 - Le 06 mars 2012 à 21h18 par DELTOUR
****MODERATEUR ***.. dis, tu étais où toi dimanche pendant qu'on était toutes aux abris ? A priori pas sur le port... On était toutes en "tenue de combat" prêtes à faire feu. Quant à samedi, faut te mettre d'accord avec toi-même JLM, le vent, "forçant" ou "mollissant" ?
Impressions d'une jeune femme en rose fuschia : un super we, comme l'année dernière, sensations, émotions, rires, rencontres... le tout pour une bonne cause.. Bravo à vous toutes les filles et vivement l'année prochaine !!
#7 - Le 07 mars 2012 à 19h08 par Sylvie
J'hésite: premier, deuxième, troisième, nième degré? J'ai habituellement le sens de l'humour, mais là.. ;-)

Merci à Cécil, entre autres, d'avoir rectifié quelques "vérités".. En voulant faire de la prose, ce rédacteur (homme? Femme?) a décrit des faits totalement inexacts sur la météo du samedi (était-il vraiment là?)
Je ne m'étendrai pas sur les élégants propos sur les spis déchirés que les hommes auraient soit disant évités: outre que c'est totalement faux, je ne pense pas que José ait dit ou voulu dire ça..
Rendons donc à César (qui ne signe pas d'ailleurs) ce qui lui appartient, sans le faire assumer par d'autres..

Cette régate méritait mieux que cet article digne de la presse people...
#8 - Le 07 mars 2012 à 19h37 par Allyson
Quel drôle d'article...et rédigé par un local en plus.
J'ai moi-même participé à cette régate, et il semblerait qu'on ne soit pas allé au même endroit.
Cet article est bourré de phrases toutes faites et de mots condescendants envers la gente féminine.
"La soirée des équipages a pu se terminer tard dans la nuit sachant qu’au petit matin du dimanche les embarcations restaient sagement à l’abri." Vous n'étiez manifestement pas là dimanche matin à 9h au briefing. Nous oui.

On se demande l'intérêt d'un tel article sur un site de la ville de Pornichet, réduisant 140 régatières pro et amateurs, venues de la France entière pour se rencontrer sur l'eau tout en soutenant une association, à une bande de filles qui ont peur de la 1ère raffale...
#9 - Le 07 mars 2012 à 19h45 par Sarah F, Vannes
Cher JLM,

Ravie de vous lire. Nous avons là un bel exemple de ce que peux être une bonne analyse : sociologique, météorologique, presque psychologique, et même journalistique ! Tout y est.

La prochaine fois, n'hésitez pas à venir "ripailler" avec nous pour échanger nos points de vue !

Et je suis bien d'accord, "Vivement la troisième édition !", que votre site change de rédacteur.

Cordialement
#10 - Le 07 mars 2012 à 20h00 par Cécile, Paris
Cher monsieur,

tout d'abord permettez moi de vous remercier chaleureusement pour ce bel article qui (pour reprendre votre humour) tombe complétement à l'eau!!

Sachez qu'à bord nous avions deux novices qui ne demandent qu'une chose: retourner se faire "chahuter" comme vous dite car aucune manœuvres ratées (on a même pas réussi à faire de cocottes avec le spi... je sais pas si vous savez ce que s'est??) du soleil, un peu de vent (il a même manqué sur la fin) et quelque embruns (c'est très bon pour la peau, mieux que le thalasso) c'est tout se qu'on demande. Nous avons pris beaucoup de plaisir et maitrisions tout à fait notre bateau. Quand au chahut vous avez, je pense rater un épisode, car il me semble qu'a part les tables d'un certain haut lieu de Pornichet personnes n'a souffert de ce chahut...
Un dernière petite question: seriez vous sorti dimanche en mer par BMS, sans être, du coup, couvert convenablement par les assurances???
Sachez monsieur que la licence FFV est la même pour les hommes que pour les femmes et les règles qui en découlent également. Qu'avez vous fait de votre dimanche pendant que nous rangions les bateaux sous la pluie et le vent ( le tout avec le sourire)?

Aprenez a connaitre les femmes qui naviguent (et celles qui ne naviguent pas) avant de vous lancer dans de tel maladresses!!

Cécile
#11 - Le 07 mars 2012 à 20h26 par Bab
Et bien, de la part d'une autre concurrente....un article bien pathétique...que dire de plus....rien.....!
Dommage, vraiment d'écrire sur ce ton!
Limitez vous à commenter les régates masculines....puisqu'elles doivent vous paraître moins ridicules!
#12 - Le 07 mars 2012 à 23h38 par Ze Cunning Linguist, Pornichet
Ah ça, effectivement, pour les blagues de mirliton à la c.., ça y va :
- pas un temps à mettre une jeune femme dehors.
- les hommes plus prévoyants auraient sans doute pu éviter. Dixit José le pilote du canot caoutchouté de ces dames.

On a échappé à la blague avec les frites (il y avait un équipage belge, une fois) et je crois que le rédacteur n'a pas osé la "poule de poules", mais ce n'est pas passé loin.

Ce serait possible d'éviter ce genre d'âneries dans les articles ?

Ah juste une dernière chose : je suis un homme, mais j'ai aussi un cerveau.
#13 - Le 08 mars 2012 à 08h19 par Jean-Luc Merlet, La Baule
JLM - Vraiment désolé si j'en ai blessé certaines.
Dans l'entête, la phrase "pas un temps à mettre une jeune femme dehors" pose problème. Je le conçois.
Il eut été de bon ton de rajouter :"un homme non plus d'ailleurs". Rassurez-vous, je ne suis pas machiste. Pour vous en assurer, reportez vous à la présentation de l'épreuve quelques jours avant où au compte rendu de l'an passé sur un autre support.
Natif du coin, tout bambin je naviguais avec mes parents dans la baie. Donc, la voile... j'aime et je connais un peu.
C'est un milieu que j'apprécie. La preuve, cette année j'étais présent le vendredi soir, le samedi j'étais à bord d'un Zodiak (les photos c'est moi) et le dimanche matin j'étais là.
Mer formée ? Aux abords des Evens oui... j'ai failli passer par dessus bord. Cela aurait peut être mieux valu. Mon humour est lui vraiment tombé à l'eau. je vous renouvelle mon regret de voir avoir offusquées. Ce n'est pas volontaire. J'espère bien que l'on se retrouvera sur le plan d'eau l'an prochain.
Regardez l"article du dessus avec les "vieux" du tennis.Ils n'ont pas réagi. C'est mon style d'écriture. Cette fois, il n'est pas bien passé. On ne peut pas toujours être pas trop... mauvais.
Salut marin !
#14 - Le 08 mars 2012 à 11h13 par Sandrine, Pornic
Bonjour,
Je m'apprêtais à gronder comme toutes mes amies navigatrices qui ont pris la mer ce week-end : c'est vrai qu'on a eu chaud ?... pas un temps à mettre une fille dehors ... ni à lui confier un bateau ... La mer, c'est une affaire d'hommes bien entendu ... Ca sentirait pas le zodiac frustré, ça ?
Votre mea culpa tombe à point nommé et va vous éviter un savon supplémentaire. Il y a des fois où il vaut mieux ne pas jouer, les égarements de langage mal maitrisés pouvant coûter cher.
Sandrine
#15 - Le 08 mars 2012 à 11h16 par Ze Cunning Linguist, Pornichet
@Allyson
S'il vous plaît, par pitié, je vous en conjure, c'est la GENT féminine, sans e ; je n'aime pas pointer ce genre d'erreurs, mais celle-ci, je ne peux plus la voir.
#16 - Le 08 mars 2012 à 15h14 par Allyson
@ Ze cunning linguiste : je prends note de votre remarque.

Tant qu'on est sur ce terrain, vous auriez également pu souligner le fait qu'on parle d'un vent qui forcit et non d'un vent qui force, et que par conséquent l'auteur de cet article aurait du écrire un vent forcissant et non "un vent forçant".
#17 - Le 11 mars 2012 à 17h46 par Ze Cunning Linguist, Pornichet
@Allyson

Je n'ai pas été très "cunning" sur ce coup là car j'ignorais cette acception de forcir (je ne suis pas navigateur, hélas).

Et pourtant, pas d'excuse, mon dictionnaire donne précisément cet exemple : "le vent forcit".

Merci pour ce "pan sur le bec"

Cordialement

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter