Pornichet Infos

La section PS de Pornichet fait sa rentrée politique

On ne les avait pas entendu depuis les dernières élections municipales. La section du Parti Socialiste de Pornichet retrouve des couleurs au travers son nouveau journal « Plein Vent » Ils souhaitent réagir sur certains dossiers et sur le manque de concertation de la municipalité avec la population. Comme quoi tout n’est pas rose.

Le PS pornichétin justifie sa position aux dernières élections municipales « Nous avions fait le choix de nous retirer afin de mettre fin à l’execice plus que contestable de l’équipe municipale sortante. Malgré les oppositions politiques avec le nouvel édile, ce choix, responsable, douloureux mais courageux, devait permettre un avenir plus serein et plus radieux pour notre ville. Loins de vouloir faire de l’opposition systématique  et politicienne comme certains s’y complaisent, nous regrettons le manque de débat avec la population. »

Le PS Pornichétin dénonce la fermeture de l’école Jean Macé, « une rentrée amère, une école qui ferme, les familles qui n’ont plus leur place dans notre ville, une population qui diminue et vieillit dans le même temps…  Ou est le dynamisme des années 2000 et sa politique volontariste pour faire de Pornichet une ville littorale, touristique, vivante toute l’année. » Regrette Josiane Robert  qui pense qu’une autre politique que celle menée actuellement est possible.

Jean Macé : Conséquence d’une politique de l’habitat sans vision d’avenir

La ville de Pornichet se retrouve avec le constat d’une baisse des effectifs dans ses écoles (chute vertigineuse à partir de 2010) et d’un patrimoine logiquement vieillissant.

 Devant ce constat, le Maire a décidé de fermer l’une des écoles de Pornichet : traitement de choc au prétexte que des travaux de maintenance lourde coûteraient 1M5€ à la Ville. La configuration du groupe scolaire Jean Macé le permettant, le coût de la rénovation pouvait être moindre en réduisant l’occupation foncière de l’école et en se limitant aux modules effectivement dédiés aux classes.

 Quel sera le coût réel d’une construction d’école aux Ramiers et d’une extension importante de l’école du Pouligou ?

La situation géographique et sociologique de l’école Jean Macé devrait inciter à tout faire pour la conserver dans ce quartier.

Ste-Marguerite (un peu) et St-Sébastien (beaucoup) sont les secteurs où se concentrent le plus de familles, où se trouvent presque tous les logements locatifs sociaux qui accueillent des familles. De plus, à l’heure où l’on prône l’importance des circulations douces et la proximité des centres d’intérêt, on va inciter les familles à prendre leur véhicule ou mettre en difficulté celles qui n’en ont pas !

 Avec ce même constat, notre vision d’avenir pour Pornichet est différente : plutôt qu’une solution uniquement comptable, il convient de se poser  les seules questions importantes : pourquoi cette baisse des effectifs dans nos écoles ? Que faire pour inverser les choses ?

 Quelques chiffres clés de l’INSEE sur la démographie de Pornichet peuvent nous interpeller :

En 2007, 28% de notre population sont des familles avec enfants (représentant 4946 personnes) alors qu’en 2012 elles ne représentent plus que 26,2% (4593 personnes). En 2007 les enfants de 0 à 14 ans représentent 15,7% (1634 enfants) alors qu’en 2012 ils ne représentent plus que 14,8% (1523 enfants). Dans ce même temps les personnes de plus de 60 ans sont passées de 28,6% (2987 personnes) en 2007 à 34,4% (3548 personnes) en 2012. Alors que la population de Pornichet a diminué de 119 habitants.

 Pour permettre l’attractivité et la vitalité d’une ville, il faut réunir quelques qualités essentielles :

- la proximité d’un bassin d’emploi : nous avons ceux de St-Nazaire et de Nantes ;

- des infrastructures  nombreuses et diverses : de 1995 à 2008 Pornichet a eu la chance d’avoir un maire tourné vers l’avenir, soucieux d’offrir aux Pornichétins l’accès au sport, à la culture, aux loisirs, dotant notre ville d’un pôle enfance primordial pour l’accueil des familles (crèche, halte garderie, centre de loisir, point jeunes, relais assistantes maternelles, école, etc.) ;

- la qualité de vie : c’est une évidence pour Pornichet et plus globalement pour la Loire-Atlantique ;

- et des logements accessibles à tous : la seule ville de notre littoral qui n’a pas eu de stagnation, voire de diminution, de sa population est La Turballe qui a eu une politique très volontariste du logement accessible à tous !

 Démographie, sociologie des habitants, typologie et coût des logements, etc. sont intimement liés à l’attractivité et à la vitalité d’une ville.

Gérer c'est anticiper : Une autre politique du logement est possible

Une autre politique du logement aurait eu un effet inverse !

« Pendant les mandats de Jacques Lambert, la ville a préempté des surfaces foncières pour près de 5 millions d’euros. La maîtrise du foncier permet un développement cohérent : mixité sociale, typologie des logements, dessertes routières, environnement. La maîtrise du foncier permet des exigences par rapport aux promoteurs et aux bailleurs sociaux.

 Depuis 2008, la politique du logement est mise à mal avec les réserves foncières abandonnées aux promoteurs, des nouveaux immeubles concentrés sur l’axe de l’avenue de St-Sébastien, une perte de la qualité de vie pour les anciens et les nouveaux habitants de ce quartier, des rues envahies par le flux routier et les voitures en stationnement, des logements essentiellement de type T2 ou T3 (inadaptés aux familles !) et aux coûts de location élevés.

 Par cette urbanisation anarchique et forcenée, l’arrivée encore plus conséquente de retraités et de résidents secondaires et  la fuite des familles pour des villes plus accueillantes pour elles se sont accentuées. La conséquence quasi immédiate a été la fermeture de classes dans nos écoles.

Monsieur Belliot a l’outrecuidance de protester sur cette fermeture d’école alors qu’il a voté le projet en Conseil Municipal et qu’il en est responsable par sa gestion en 6 ans de mandat : il a préféré la vision à très court terme et vendre aux promoteurs les réserves foncières pour mener jusqu’au bout un projet contesté et contestable (le Parc dit « paysager »).

Monsieur Pelleteur va-t-il poursuivre dans la même voie ?

On s’en inquiète quand il argumente la fermeture de l’école Jean Macé par une vision à court et moyen termes !

Comme Monsieur Belliot avec le lotissement du Pouligou, Monsieur Pelleteur insiste sur la dimension « sociale » d’une partie de lotissement dédiée aux « primo-accédants ».

Ce ne sont pas ces quelques familles qui vont repeupler nos écoles ! C’est ignorer la grande majorité des jeunes et des familles qui ne peuvent acheter un bien mais qui ont besoin de logements locatifs abordables.

Ceux-ci augmenteraient les effectifs scolaires et le renouvellement régulier des locataires avec enfants.

On s’en inquiète encore quand des réserves foncières sont dédiées à un lotissement pour séniors. S’il devait être utile pour les Pornichétins âgés, éloignés du centre de Pornichet et souhaitant se rapprocher des services, cela pourrait s’entendre. Mais qu’en est-il ?

Il ne sera pas en centre-ville et sera sans doute accessible aux séniors désirant venir en retraite à Pornichet.

Ce choix d’urbanisation ne pourra endiguer le vieillissement galopant de notre population et permettre le renouvellement générationnel indispensable. Selon Neige Roux »

Vente à un promoteur de l'ancienne gendarmerie maritime : Une occasion manquée

L’ancienne Gendarmerie Maritime est une unité foncière communale de 1213 m², en plein centre-ville, à proximité de la Poste.

La décision de Mr Pelleteur et de l’équipe municipale de vendre ce foncier à un promoteur (société Les Nouveaux Constructeurs) va à l’encontre des intérêts de Pornichet.

 Là encore, la seule vision comptable fait vendre une unité foncière qui pouvait lier à la fois un renouvellement urbain nécessaire et une volonté de faire venir des familles en plein centre-ville.

 L’opération immobilière prévoit 35 logements de type T2 (1 chambre = pas d’enfants) au type T4 (2 ou 3 chambres = 1 ou 2 enfants). Gageons que pour faire 35 logements et pour que ce soit le plus rentable possible pour le promoteur (c’est son métier !), il doit y avoir beaucoup plus de T2 que de T4 ! Et il y aura sans doute beaucoup de volets fermés hors saison !

 Là encore, la Municipalité ne saisit pas l’occasion de faire du logement locatif abordable pour des familles avec de jeunes enfants afin de rajeunir un quartier vieillissant, de revitaliser l’école Gambetta aux effectifs réduits. Elle consent à faire 7 logements sociaux (obligation légale) : de quelle typologie seront ces logements ?

 Là encore, sans doute des T2 pour faire juste ce qui est légal et pour coûter le moins possible.

La maîtrise du foncier par la Ville lui permettait de ne faire que de l’habitat locatif abordable et lui donnait une belle occasion de réduire le déficit de logements aidés (loi SRU).

 Comme le dit la publicité du promoteur : « belle copropriété à proximité du marché et des commerces ».

 Des familles auraient sans doute été heureuses d’être là à l’année, près des commerces, des lieux de sport et de culture, des services publics, d’une école.

La mixité générationnelle y aurait eu toute sa place avec des logements en rez-de-chaussée accessibles aux personnes âgées de Pornichet  voulant se rapprocher des services, des cabinets médicaux, du foyer des anciens.

 Les belles paroles entendues dans les discours sur la nécessité d’accueillir des jeunes se heurtent aux actes en totale contradiction.

 Prendre en charge les intérêts d’une ville, c’est gérer le quotidien certes, mais c’est aussi et surtout lui donner un avenir.

Comme on le voit ici la section du parti socialiste de Pornichet commence à regretter ses choix électoraux des dernières  municipales. Elle reproche  au maire et à l’adjoint à l’urbanisme (de sensibilité de gauche) et sans le nommer, une politique de l’urbanisme qui ne colle pas avec ce que devrait être une vision d’avenir de Pornichet. Mais l’adjoint à l’urbanisme a-t-il les mains libres ? C’est toute la question.

Auteur : JR | 08/09/2016 | 16 commentaires
Article précédent : « Pornichet : La ville brade ses terrains »
Article suivant : « Création d’un collectif « Pornichet Urbanisme Raisonné » »

Vos commentaires

#1 - Le 09 septembre 2016 à 11h11 par William, Pornichet
Pelleteur se comporte comme Belliot en communication et concertation. Il fera comme lui, il sera battu, s'il souhaite faire un 2e mandat
#2 - Le 09 septembre 2016 à 14h57 par dupont
Quand on voit ce que ça donne à l'échelle nationale, je crains le pire à l'échelle locale...

Comment peut on encore se revendiquer du PS à notre époque ? Honte à tous ces assistés qui pompent tout ce qui peuvent et qui ont mis la France plus bas que terre
#3 - Le 11 septembre 2016 à 11h52 par constat
Pelleteur sera évincé comme Belliot et Lambert a vouloir bétonner Pornichet . Il vend aux promoteurs les bijoux de famille(gendarmerie maritime, leroy plaisance) et les poumons verts de la ville comme louis mahé et prieux avec la complicité de Beaurepaire son adjoint à l'urbanisme
#4 - Le 12 septembre 2016 à 12h37 par liberté
Beaurepaire a t'il les mains libres, quel question ??, les socialistes veulent sauver le soldat Ryan qui est attaqué par l'équipe Belliot . Si il est en désaccord avec le Maire il démissionne, autrement il est complice. Mais il a trop le gout du pouvoir sous n'importe quelle étiquette .Il gère l'urbanisme comme il a géré les emprunts toxiques sous les socialistes. Il laissera comme empreinte après ses 3 mandats (taux d'emprunts exorbitants et défiguration de Pornichet par le bétonnage en hauteur ,de 12m à 17m)
Aucune concertation de sa part avec les riverains et les conseils de quartier, pour les nouveaux immeubles, d'où le nombre de recours
Bonne question par contre pour le type de logements sociaux de la gendarmerie maritime . Cela m'étonnerait beaucoup que ce soit des T4 pour des familles avec enfants pour remplir nos écoles
#5 - Le 12 septembre 2016 à 12h57 par Lemere
Jean Macé sera-t-il le tombeau de l'équipe en place, comme le fut l'hippodrome pour R Belliot, hippocampe pour J Lambert, et les Oceanes pour Empereur ?
Le point commun, une vision et ou des projets imposés sans vraie concertation et écoute, alors que dans tous les cas, les propositions contraires avaient du sens. Et malheureusement dans les cas passés en force, un résultat désastreux.
#6 - Le 12 septembre 2016 à 15h19 par Confessions intimes
Voilà un tract pour annoncer le retour du PS qui vaut le détour ! très joli préambule pour se confesser (il n'est jamais trop tard pour recevoir l'absolution :-)) Oui, le PS s'est désisté au profit de Jean Claude, mais c'était sans penser à mal. Plus loin on apprend que finalement c'est bonnet blanc et blanc bonnet. dans un syllogisme simple comprenez : nous (le PS) n'aurions pas dû soutenir Pelleteur. Une certitude pour Jean Claude : ce n'est pas la peine de compter sur Josiane et la famille Berthaud la prochaine fois ! A bon entendeur...
#7 - Le 12 septembre 2016 à 15h50 par sulivan
Il en existe encore? C'est pourtant une espèce en voie de disparition. Vous avez raison ils doivent ^tre protégés les pauvres , en général sourds et aveugles.....
#8 - Le 13 septembre 2016 à 09h29 par Lemere
Contrairement á Sullivan et confessions intimes, je pense au contraire et je crois que les positions du PS et sans aucun doute au- delá, ont toutes leur légitimité et leur bon sens. En effet, les Pornichétin-es, peuvent constater que malgré un capital de départ considérable ( les voix de gauche et du centre) , J.C Pelleteur n' a pas retenu les leçons du passé. Ses envolées sur la concertation, n' ont pas résistées longtemps á la jalousie du pouvoir. Il suffisait d'assister aux premiéres réunions du conseil muunicipal pour s'apercevoir, qu' il lui faut des têtes de turcs pour avancer. Les prises de bec avec son opposant, n' ont jamais cessées, malgré les " je veux un Pornichet apaisé" et les " M. Belliot je ne ferai pas de polémiques....comme vous " . Je pourrai presque ajouter "SIC".
M. Belliot a trouvé egalement dans ces échanges puérils un carburant pour avancer, du coup il se met de nouveau á rêver. D'autant que les nuages s'accumulent au dessu de l'équipe en place. Que M. Pelleteur, sait bien l'opposition grandissante sur des sujets comme Mace, ou il fait le grand écart entre PS et Belliot en passant par les parents d'élèves! Mieux tu meurs!
Et le centre a disparu, á l' instant ou Mme Gallerneau partait pour une autre assemblée, peu de chance qu'elle abandonne son fauteuil, si durement et chérement payé ( une alliance avec les LR, tout de même).
Alors oui en 2020, tout sera prêt pour une alternance, et si le programme est au rendez-vous avec des engagements ( une charte?) auprés des Pornichétins, pour qu'enfin nous puissions sortir des querelles politiciennes stériles. Et faire en sorte que le potentiel de Pornichet soit pleinement exploité, au bénéfice de tous, toutes générations confondues. D'ailleurs il serai logique qu' arrive, y compris coté PS une nouvelle génération. Elle aura toutes ses chances face aux déjá vus , cités plus haut.
#9 - Le 15 septembre 2016 à 09h55 par Loup
Allons allons Lemere vous ne faites plus des commentaires ....mais des articles sans fin .... Et bla bla bla
Pour votre info les Oceanes ont été construites après concours d'architectes et concertation et si cela ne vous plait pas demandez à ceux qui y vivent!!!
#10 - Le 15 septembre 2016 à 20h18 par Vivette
Loup,
L'ensemble des Oceanes est un naufrage architectural qui avait à l'epoque été contesté par les riverains.
-esthétique massive, ringarde, allure prison sur l'arrière...
-coupure d'accès à la mer en provenance de le chapelle
-parvis et place minérales, sans espaces verts
-matériaux bon marché ne valorisant pas l'image de la ville
-copropriété impossible et complexe dans sa gestion sclérosant toute action de rénovation.

Depuis, les différentes municipalités n'ont rien fait pour valoriser cet ensemble qui suscite la risée des touristes. On voit même l'été une cabane a chichi en plein centre qui fait concurrence aux commerces en dur.
Un des bâtiments vient d'être repeint en gris. Cela a duré presqu'un an et la couleur choisie est un message subliminal de tristesse . Le travail est fait à moitié et illustre sa déchéance.
Sans parler des grafitis grossiers qui sont la depuis plus de 10 ans.
#11 - Le 16 septembre 2016 à 07h50 par Marius, Pornichet
Du calme ,Vivette , la peinture grise est sinistre et un responsable urbaniste digne de ce nom n'aurait jamais dû accepter cette teinte mortuaire, je suis d'accord
Ce n'est pas un désastre architectural,mais l'entretien reste à désirer
Enfin en ce qui concerne les tags et les graffiti il est temps que la mairie se penche sur ce problème car il ne faut pas donner l'impression d'une ville à l'abandon car ces saletés sur les murs et les villas des Pornichetins sont inacceptables et de plus en plus nombreuses,en général les municipalités ne doivent pas laisser
se dégrader l'aspect général donnant une impression de laxisme
#12 - Le 19 septembre 2016 à 14h38 par sulivan
ATTENTION les equipes alliées de St Nazaire et Pornichet ont un but aujourd'hui un peu caché: aprés totues les concessions à la Carene, la dernière le Tourisme, ils ont décidés de profiter de la modification du SCOT pour attaquer la "coupure verte" et lancer une opération style St Marc. C'est la mort programmée de Pornichet. Comment le collectif des Associations ne s'en est pas encore rendu compte? IL FAUT AUJOURD'HUI LANCER UN APPEL IMPORTANT POUR SAUVER PORNICHET
#13 - Le 19 septembre 2016 à 17h13 par blachon
Franchement la teinte grise est discrète et plutôt moins moche que le marron des années 70.
Dans 15 ans il faudra changer de couleur.
Mais il est vrai que cet ensemble néo stalinien à la Ricardo Boffill un jour de déprime est moche. A raser ?
#14 - Le 21 septembre 2016 à 11h06 par pornichet, Pornichet
sulivan le lanceur d'alerte Pornichetin ?
précisez donc vos pensées ou vos infos, j'ai tant hâte ...
#15 - Le 21 septembre 2016 à 16h08 par vincit omnia veritas !, Pornichet
Ah Sulivan!
Toujours fidèle à vous même.
Toujours dans le complot judeo-maçonnique de gauche apparu après les dernières municipales!
Toujours des buts cachés que vous seul découvrez ou connaissez (imaginez pour ne pas dire rêvez opportunément ou dogmatiquement?) communs à une municipalité toujours affichée de droite et une de gauche.
Au fait, la Loi NOTRe et les conséquences légales de son application, celà vous parle?
CAPA n'est-elle pas pour cela contrainte aujourd'hui de gérer elle aussi le tourisme sous la forme d'une SPL intercommunale en cours de réalisation? Tiens elle aussi ?
Bonne journée
#16 - Le 24 avril 2017 à 22h03 par Françoise, Pornichet
Je suis entièrement d'accord avec Sulivan. On confier les concessions à la Carène attention danger !!! Samzun a de grandes ambitions urbanisantes. Il faut être vigilant. Ce n'est pas de la paranoïa

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter