Pornichet Infos

Les aménagements du vieux Pornichet en question

L’association pour la protection du site du vieux Pornichet et de son ancien port organisait hier sa 44e assemblée générale. La réunion, animée, a permis d'aborder les questions de l'action de l’association et les projets d'urbanisation des quartiers du port et de la pointe du Bé ; en présence de Monsieur le Maire.

L'assemblée générale est pour la première fois présentée par le nouveau président de l'association, Alain Launay. Plus de soixante-dix personnes sont présentes au Foyer des Anciens sur les 107 adhérents. Tous sont là pour observer le respect des objectifs de l'association, la sauvegarde du caractère traditionnel et familial de la ville ainsi que la défense des intérêts collectifs
C'est avant tout l'occasion de revenir sur l'action de l'association pour l'année passée. Celle-ci a tenu un rôle de médiateur pendant les conseils de quartier, mais a aussi informé ses membres des travaux et modifications du plan d'urbanisme de la ville aux travers de lettres et autres bulletins d'information.

La construction de la Thalasso des Tourelles

Le projet de transformation du château en thalassothérapie a été formulé depuis plus de quatre ans. L'assemblée générale est néanmoins l'occasion de revenir sur les travaux engagés. Ceux-ci sont estimés à une durée de 18 mois, avec les destructions nécessaires commençant en octobre 2011, pour une durée approximative d'un mois.
La présentation des plans s'est faite devant un auditoire conquis par les nouveaux bâtiments présentés, notamment le restaurant et la piscine, ouverts à tous, clients de la thalasso ou non. Le permis de construire devrait être légèrement modifié au cours des prochaines semaines. En effet, certains projets de chambres ont été abandonnés, au même titre que la création d'un deuxième restaurant : en raison de restrictions budgétaires. Ces modifications n'auront pas d'effet sur l'aspect extérieur du nouveau bâtiment.
Le nouveau complexe devrait entraîner la création de quatre-vingts emplois, un point sur lequel insiste le maire, très favorable au projet.
Néanmoins les riverains présents, et notamment ceux résidant dans le voisinage direct du château expriment ouvertement leurs réserves quant aux travaux. Les craintes sont évidemment liées à la circulation et au bruit que vont entraîner les travaux, mais aussi le fonctionnement même du complexe. Une rencontre sera donc organisée entre l'entreprise chargée des travaux et les riverains, et ce dès la fin de l'été, afin de rassurer les voisins du château.

Des aménagements dans la ville

Sont soulignés les aménagements réalisés au niveau de la pointe du Bé, avec l'instauration de deux avenues à sens unique : l'Avenue Boitard et l'Avenue Dubas. Certains problèmes y persistent néanmoins avec des automobilistes plus enclins à dépasser les limitations de vitesse, ainsi que certains ayant emprunté la rue à contre sens. La voirie aurait aussi été endommagée, mais il faudra attendre la fin des travaux de la thalassothérapie pour la voir rénovée.
M. Goux exprime aussi la volonté de la mairie de construire des accès PMR (Personnes à Mobilité Réduite) dans tous les lieux ouverts au public dans la ville. Ceux de la place du marché ont été soumis à l'analyse de l'association qui en déplore le non-respect par les automobilistes. Un accès PMR a aussi été installé au niveau du nouveau restaurant de plage le « Nina », permettant un accès à la plage pour les personnes handicapées. Des plantes vont être plantées autour de cet accès, avec l'objectif de fixer la dune.
La question des dunes et de leur préservation est aussi abordée. Une Aire de mise en Valeur de l'Architecture et du Patrimoine (AVAP) remplace la ZPPAUP décidée l'année dernière avec le même objectif ; valoriser le patrimoine de la ville.

De nouveaux projets conformes à l'Agenda 21

Ce programme a pour but de favoriser le développement d'un urbanisme conforme aux exigences   du développement durable. Dans ce cadre de l'Agenda 21 est proposée une rénovation du remblai en partenariat avec la Baule. Le but est de réduire la taille de la voie réservée aux voitures et de construire une voie cyclable protégée des voitures afin d'éviter les accidents, aujourd'hui fréquents, entre les cycles et les automobiles. Ce projet sera néanmoins, selon M. le Maire « soumis à l'approbation des riverains du fait des frais engagés sur de tels travaux ». Le coût est en effet estimé à 20 millions d'euros. Sur la plage, il s'agit de préserver les dunes, en y empêchant le stationnement intempestif.

En concordance avec l'Agenda 21, M. Béliot présente aussi les travaux engagés par la ville dans le but de diminuer l'empreinte carbone de la ville , l'amélioration de l'isolation des bâtiments municipaux ou encore l'installation des panneaux photovoltaïques sur les toits de l'hippodrome.
 

Auteur : Gaël | 04/08/2011 | 7 commentaires
Article précédent : « L'association Pornichet Forum se mobilise pour la semaine du développement durable. »
Article suivant : « Conférence proposée par l'association Grain de ciel sur « Les déchets nucléaires », vendredi 5 février à 20h45, à l'espace Camille Flammarion. »

Vos commentaires

#1 - Le 06 août 2011 à 10h28 par JMP44, Pornichet
Tous les Pornichétins de bonne foi, savent très bien que ces fameuses dunes ne se sont formées qu'à partir de la fin de la construction du Port en eau profonde (en 1978). Ces 500 m de plage (neutralisées par l'ensablement naturel) sur les 2km que possèdent Pornichet sur la baie (soit 25%), sont défendues par les riverains de cette ancienne plage pour sauvegarder leur tranquillité personnelle : Pas de plage donc pas de nuisances associées à celle-ci ! Mais Chut ! il ne faut surtout pas le dire et il faut continuer à faire croire que ces dunes sont là depuis toujours*.
En fait, elles étaient bien là jusqu'au début des années 1900, mais ceci est une autre histoire qui concerne tout le remblai.
#2 - Le 06 août 2011 à 21h15 par rosalie, Pornichet
non, monsieur, ces dunes ne sont pas là depuis toujours.
Il n'est pas si loin le temps où il existait à cet emplacement un espace qui, comme à ste marguerite ou au "goulot" était utilisé par les cultivateurs et les maraichers du secteur à stocker le goemon qu'ils récoltaient aux grandes marées, avant de le transporter dans leurs exploitations pour l'utiliser comme engrais. Mon beau-pere l'a fait.Mon grand pere l'a fait aussi. Voilà, la vérité historique......
#3 - Le 07 août 2011 à 09h31 par JMP44, Pornichet
Merci à Rosalie pour cette précision.
Effectivement, à l'époque de l'existence de l'étier et des marais salants (situés à la place de l'hippodrome actuel), la plage de l'arrière petit port du village de pêcheurs de la Pointe du Bé était bien indemne de toute dune et était aussi exploitée par les ostréiculteurs.

Effectivement, il y avait des voitures qui se stationnaient sauvagement à cet emplacement les jours de marché principalement, en empruntant la cale de descente des bâteaux, mais ceci ne justifie en rien le fait de dire qu'il faut sauvegarder ce tas de sable très récent.

Merci à tous les anciens Pornichétins qui détiennent des informations de complèter les commentaires de cet article afin de tordre le cou définitivement à cette fable de la dune qui aurait toujours existé à cette emplacement et qu'il faudrait à tout prix sauvegarder !!
#4 - Le 08 août 2011 à 11h32 par anonyme
Le problème n'est pas forcément celui de la "légitimité" historique ou environnementale de la dune.
C'est seulement le problème qui se poserait si un quelconque projet envisageait de la supprimer. Qui pense sérieusement que la tutelle de l'état laisserait faire ? Qui pense sérieusement que les écolos locaux et non locaux laisseraient faire ?
Cette dune est là et risque bien d'être inamovible, hélas.
#5 - Le 09 août 2011 à 09h46 par Lemere
La question est : Quel intérêt à conserver les dunes dans l'état.
Ensuite devrait se poser la question de leur aménagement.

L'historique, est beaucoup trop récent pour être un argument à retenir. En effet selon la mémoire de chacun , écrite ou non, on peut en déduire ce que l'on souhaite. Ce n'est pas comme si on ne connaissait pas leur origine et donc le pourquoi elles furent créées, ou de quoi furent-elles la conséquence. Donc le risque écologique doit être facile à évaluer selon qur l'on veuille les maintenir ou les supprimer.
Mais pour quel(s) intérêt(s) ?

Seul l'intérêt général doit primer.
Voici bien l'exemple même, de ce qui pourraît être soumis à un référendum, auprès de TOUS les Pornichétins, et non pas seulement auprès d'une association de quartier, quelque soient ses bonnes intentions. On ne saurait écouter qu'un seul son de cloche
Il ne faut pas oublier que cette association de quartier, se pose actuellement en opposante au projet Eoliens du plateau de la Banche.
Et que son objectif premier , c'est d'abord la défense des intérêts particuliers d'un quartier. Défense légitime certes, objective et générale certainement pas.

Sans compter que grand nombre des memebres du bureau de cette association ne se cache pas d'être un soutien à M. Belliot et son équipe.

Encore une fois, donc, quel est l'intérêt pour Pornichet à conserver ces dunes ?
#6 - Le 09 août 2011 à 23h37 par polémikeur
La municipalité Outtier voulait supprimer le tas de sable et faire un parking pour le marché. Pour des raisons aujourd'hui inconnues ça ne s'est pas fait. Mais c'est la bonne idée une question de bon sens car de dune point. Robert voilà un acte fort où vous ferez l'unanimité.
#7 - Le 10 août 2011 à 14h47 par Lemere
@ Polemikeur

Voilà une information et une proposition fort intéressante.
En effet, si ce parking est correctement aménagé, non bitumé, et qui plus est à vocation multiple ( autre que seulement parking les jours de marché) pourquoi pas ?
Avec les matériaux et ingéniosité de(s) architecte(s) urbaniste(s) qui travaille(nt) à la mairie, on devrait effectivement obtenir un consensus.
Et là on est sur un objectif d'intérêt général.
Le concours d'idées est ouvert .

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter