Pornichet Infos

Les Bonnets rouges font leur marché d'idées

Samedi matin les militants des listes « Agissons pour Pornichet» et «Priorité Pornichet » tractaient avec bonne humeur sur le marché de Pornichet. Ils n'étaient pas les seuls : les Bonnets rouges distribuaient des invitations pour les États généraux du 8 mars à Morlaix.
Les Bonnets rouges préparent leurs Etats généraux
Les Bonnets rouges préparent leurs Etats généraux

Les Bonnets rouges veulent une Bretagne « belle, prospère, solidaire, dans une Europe et un Monde plus uni ». Leur but est de « dynamiser l'économie, soutenir l'emploi et décider en Bretagne ». Ils appellent à les rejoindre  « pour bâtir la Bretagne de demain » et lançaient leur invitations sur le marché de Pornichet.
Le collectif qui s'est rendu célèbre par ses actions de démontage des portiques écotaxe prépare ses États généraux, et constitue un « cahier de doléances » ou « cahier de propositions » précisent les militants. « Agriculteurs, transporteurs, commerçants, artisans, salariés, tous les acteurs sociaux, économiques, culturels des cinq départements bretons » sont invités. « Le but est d’organiser une expression citoyenne ouverte et plurielle ».
Les Bonnets rouges sont « favorables à la Bretagne unie », « à ce que la Loire-Atlantique la rejoigne administrativement », « pour tracter économiquement la Vendée aussi». « Cela ne défavorisera pas Angers, ni les autres villes de la Région des Pays de Loire » disent-ils.
Notre-Dame-des-Landes ? « C'est vrai que nous ne sommes pas tous du même avis, mais ce que nous voulons c'est que les décisions soient prises avec les populations locales, pas seulement qu'on nous explique que c'est bien pour l'Ouest ».

Le Pacte d'Avenir pour la Bretagne a été traité par le leader Christian Troadec d'«écran de fumée» et d'«escroquerie intellectuelle». Les Bonnets rouges  considèrent qu'il est insuffisant et « n'apporte rien de nouveau» et soulignent le côté « packaging » de la proposition.
Après les deux grandes manifestations à Quimper et Carhaix en novembre le mouvement devra montrer qu'il ne faiblit pas, mais  d'ici-là, il lui faudra aussi éclaircir sa communication : « pas assez  Bretons »  disait un militant radical, « vous êtes manipulés » s'exclamait un autre sans préciser par qui... ce samedi matin sur le marché de Pornichet. « Où étaient-ils pour défendre la Bretagne, ces dernières années ? » se demandait un troisième, « le tourisme, les algues, les productions agricoles, l'agroalimentaire, les subventions européennes ? ». Les Bonnets rouges ne laissent pas indifférents.
Après le camouflet infligé à Christian Troadec (co-porte-parole) au sujet de Notre-Dame-des-Landes, les Bonnets rouges devront aussi se structurer s'ils veulent faire entendre une seule voix.
Les Etats généraux feront-ils émerger des solutions pour « redynamiser » l'économie en Bretagne ? Réponse le 8 mars à Morlaix.


Pratique :
Ceux qui veulent donner leurs idées, et prendre la parole, en français ou en breton peuvent intervenir  sur http://breizhimpacte.org/
 

Au passage

« Stationnement passage et circulation » sont les mots à la mode ces jours-ci sur le marché de Pornichet. La table des Bonnets rouges avec son Gwenn-ha-Du était installée à l'entrée du marché, face à l'avenue du 18 Juin 1940. Légère et facile à déplacer, elle ne présentait aucun danger, mais une  dame faisait remarquer que le porte-parole de campagne du maire et l'adjoint  à la voirie « devaient être... Bretons, ou absents,  pour ne pas s'être préoccupés de la sécurité » , « on ne sait jamais, s'il y avait besoin de faire passer les pompiers… » se moquait-elle en référence à l'incident de la semaine dernière largement commenté encore ce matin devant les étals. L'épisode de campagne va faire parler longtemps et aura eu comme conséquence de bien faire connaître la permanence roulante du candidat Jean-Claude Pelleteur, laquelle était sagement garée à côté du Bazar du marché.
À Pornichet, le maire sortant a choisi un directeur de campagne qui fait (involontairement certes) la promotion d'une liste adverse, c'est inédit mais remarquablement efficace. Les autres listes d'opposition auront-elles droit au même « soutien » ?  À suivre…

 

Auteur : LY | 01/02/2014 | 3 commentaires
Article précédent : « L’étude financière sur la sortie de Pornichet de la CARENE révélée au conseil communautaire »
Article suivant : « Encore une démission au conseil municipal de Pornichet »

Vos commentaires

#1 - Le 03 février 2014 à 12h09 par A la loupe, Pornichet
Connaissez-vous un Maire qui loge son collaborateur de campagne dans une maison inaccessible au commun des mortels?
Cela rappelle un célèbre adage :
"Servir Pornichet et non pas se servir" !
J'ai peur que les mots ne soient pas dans le bon ordre.
#2 - Le 03 février 2014 à 17h49 par Emile Jane, Pornichet
Le directeur de campagne de Belliot ne pouvait pas faire une meilleure pub au candidat Pelleteur. Renseignements pris le dir. de campagne s'est mis toute la presse de la presqu'île à dos il est mal parti pour sa com le pauvre Robert.
#3 - Le 13 février 2014 à 22h01 par pragmatique, Pornichet
Je crois savoir que l'équipe de Jean claude Pelleteur avait envisagé de stationner le véhicule de campagne sur le parc paysagé,mais voyant qu'il n'attirait pas grand monde,ils ont optés pour la place du marché.Bonne idée je crois,mais cela n'a pas plu a tout le monde.joyeuse campagne.Ca promet.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter