Pornichet Infos

Les commerçants et artisans ont répondu massivement à l'invitation de la Mairie

La Mairie avait invité les commerçants et artisans à participer une réunion d'information concernant l’intérêt de constituer une, ou des associations à Pornichet, ils étaient plus de 120 à s'être déplacés.

Mercredi soir, salle des Evens à Flammarion à 19 h 30, pour un peu il aurait manqué des chaises. À voir le sourire étonné des arrivants dans la salle déjà bien occupée, on comprenait que la réunion serait un succès. En s'asseyant, il se chuchotait, « c'est bien, je ne pensais pas qu'on serait si nombreux ».
La réunion organisée avec la CCI avait pour but de susciter des vocations pour constituer des associations de commerçants et d’artisans. Le vice président de la CCI notait qu'en 10 ans il n'avait jamais vu une aussi large assemblée.

Il rappela qu'il y a environ 180 associations de commerçants en Loire-Atlantique et certaines couvrent plusieurs petites communes. Celle de Nantes compte environ 350 adhérents et celle de Saint-Nazaire 120.
Pourquoi se regrouper en association quels sont les intérêts pour les adhérents, pour la commune,les avantages d'en créer une seule association, ou plusieurs sur une seule commune, comment la CCI  peut aider ...furent les sujets développés avant un échange avec la salle et un pot apéritif.
Pour le maire et ses trois conseillers présents Nadia Levesque,Gérard Chesneau et Christophe Daguizé chargés du tourisme, du commerce et de l'artisanat et du développement économique, il est nécessaire que plusieurs groupes se forment plutôt par secteur géographique : Mazy-Gare-Dauphin, marché, Sainte-Marguerite-Saint-Sébastien-Hecqueux-PAPA. C'est aussi l'avis de la majorité des présents.

À Pornichet depuis des années la vie des associations de commerçants et artisans a été plus que chaotique. La dernière a été dissoute l'année dernière. D'autres se sont constituées, celles des hôteliers, des campings, de la plage, des artisans et commerçants du Hecqueux qui représente environ 130 emplois ou celle du Parc Atlantique avec 300 salariés et dont le président Jean-Pierre Sambron explique qu'elle se réunit une fois par mois. Toutes sont prêtes à partager leur expérience et à se rapprocher des nouvelles qui pourraient se créer. Par quartiers, ou par professions les entreprises cherchent le moyen de résoudre des questions communes par exemple la signalétique. « Il ne faut pas se voir comme des concurrents, mais comme des partenaires, des entreprises qui ont des problèmes identiques, on a mis trois ans à se parler » explique la propriétaire de l'Hôtel Marina  à Sainte-Marguerite.

Rien sans vous

Pour le maire  qui se réjouit devant le nombre de participants : « on a envoyé 400 courriers mais on ne savait pas ce que cela allait donner », « on a des économies à faire mais s'il y a un besoin particulier on mettra des moyens. Nous devons être des facilitateurs, les services travaillent avec ceux de la CARENE, je vous rappelle que si vous engagez des travaux de vitrine la CARENE en subventionnera 25 % plafonné à 2500 € ».

Jean-Claude Pelleteur répétera les propos de ses  conseiller et de la CCI, « sans vous nous ne pouvons rien faire ». Le maire est dans son élément pour fédérer les entreprises, il ne se noie pas dans de longs discours. Avec humour et réalisme, il définit les premiers adhérents des associations à créer « il faut que vous soyez suffisamment inconscients pour tirer et pousser les autres, vous aurez des opportunistes, des critique-tout, on le sait c'est une difficulté ». « Vous nous guiderez par vos demandes ».

Et maintenant ?

Les associations vont-elles se créer, solides et solidaires ? Pourront-elles être des interlocuteurs reconnus par la Mairie. Les semaines à venir le diront mais ce mercredi à voir les groupes qui se formaient discutant avec passion, bouillonnant d'idées « ce qui serait bien, tu vois, ça serait de faire…. », « et si on demandait à des commerçants en retraite de venir, ils ont l'expérience et plus de temps »… Il est possible de le penser. Pour l'instant les volontaires ne se sont pas précipités mais une réelle « envie  de faire » était perceptible, autant parmi les récents installés que parmi les anciens, ainsi Jean-pierre Hocquy (garage  Renault) s'est proposé pour animer l'avenue De Gaulle côté Dauphin, et Flavie Louérat est prête à participer  côté marché, « sans oublier les halles ».
Cette réunion a été un réel succès, moins pour ce que les  acteurs économiques ont appris sur les associations, que pour l'impression qu'ils ont eue « d'être écoutés », que « peut-être ça va changer ». Et surtout de ne pas être « chacun tout seul dans son coin », de se rencontrer « on se connaît mais on ne se voit jamais ! ». L'ambiance était très chaleureuse  autour du pot, des copains heureux de se retrouver.

Si l'enthousiasme ne faiblit pas, il devrait y avoir aussi une belle assemblée à Quai des Arts le 17 novembre pour la présentation du plan de rénovation et de circulation la chapelle à Mazy, troisième volet* d'une communication énergique vers les acteurs économiques,présenté en moins d'un mois,après sept mois d'exercice.

Si la Mairie maintient ce niveau d'intérêt et de soutien pour l'économie, elle pourrait réussir à redémarrer le gros moteur à énergie renouvelable que constituent les dizaines de commerçants et d'artisans de Pornichet. Cependant certains l'ont dit, il faudra une aide à la fois mentale, (reconnaissance et dialogue ) et logistisque à ces associations car chacun a « aussi sa boutique à faire tourner ».

* annonce des travaux de rénovation, réunion des commerçants et artisans, présentation de la rénovation du quartier et du plan de circulation.

Auteur : LY | 06/11/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « Décret plages : fermeture des restaurants le 12 novembre »
Article suivant : « Municipalité cherche associations de commerçants »

Vos commentaires

#1 - Le 07 novembre 2014 à 22h13 par Vieille Canaille, Pornichet
Bravo Monsieur le Maire et félicitations aux commerçants réunis. Un coup d’essai qui vaut pour un coup de maître. Le succès en revient à l'assemblée. Les idées et les bonnes volontés sont là, la parole retrouvée en même temps que renaît l’envie. Saine idée de conjugaison. Ne plus rester dans l’attente, être dans l’engagement, clefs à reproduire avec toutes les composantes de la vie communale, sans exception. Un retour au bon sens permettant de jeter aux oubliettes les stigmates de baragouins qu’engendrait la godillocratie. Attention, il reste pourtant quelques épines dont l’ex locataire sait se servir encore.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter