Pornichet Infos

Les couleurs de la vie au CCAS

Le CCAS propose une exposition de pastels réalisés par le groupe de participants aux programmes de l'UFCV dans ses missions d'aide à l'insertion.

Brigitte Douaud, est assistante sociale de formation, depuis 1992 elle travaille avec l'association UFCV et des groupes en difficultés comme animatrice insertion: « ce qui m'intéresse c'est la dimension collective » confie-t-elle. Elle nous a reçus à  Pornichet où la Municipalité prête des locaux rénovés trois jours par semaine, avenue de Saint-Sébastien, « nous sommes très bien ici, c'est agréable, nous avons tout ce qu'il faut, une cuisine, de la place, de la lumière, c'est très important ».
En Presqu'île 24 personnes bénéficient d'une convention de d'insertion. Elles ont entre 25 et 60 ans et reçoivent le RSA. Les programmes de travail s'établissent sur trois mois et sont renouvelables. Le « contrat » c'est de participer deux demi-journées par semaine aux activités définies par le groupe. Il faut sortir, aller voir la mer, observer les arbres, visiter un parc de loups, autant de prétextes pour pointer ce qui fait difficulté pour avancer.Le but est de «développer et réussir un parcours d'insersion
».

Changer le regard

Il s'agit de « regagner de l'estime de soi, d'évaluer son potentiel et ses limites et avant tout de sortir de l'isolement ».
Accident de la vie, addiction, graves difficultés financières ont plongé ces personnes dans de profondes dépressions. Souvent des femmes seules avec des enfants, ou « des jeunes qui n'ont pas démarré à 28 ou 30 ans, de plus en plus, et c'est préoccupant» observe l'assistante sociale.
« Le regard c'est important » explique Brigitte Douaud : celui qu'on porte sur les choses, sur les gens, « encore faut-il lever les yeux », « relever la tête ». Alors « il faut donner à voir », « mettre de la couleur » et peu importe qu'on sache peindre ou dessiner, « on peut copier, décalquer, personne ne dessinait ». Et pourtant le groupe a réalisé une série de pastels visibles au CCAS jusqu'à fin février. Un cahier est disponible pour que les visiteurs donnent leur avis : « c'est important que leur travail soit vu et qu'ils aient un avis», valorisant de savoir que ce qu'on fait a été perçu.« Il ne faut pas que nous restions entre nous ». Après la fin de l'exposition un bilan sera fait par le groupe, Pornichet-infos en rendra compte.
Brigitte Douaud, comme Guy Béart, va chercher les couleurs, pour changer un monde souvent trop gris.
L'exposition pourra ensuite se déplacer, appel est lancé pour accueillir des tableaux à  un café, un restaurant où tout autre lieu recevant du public.

Donner envie

Préparer un repas ensemble et le partager, aller faire ses courses, jouer en société.. en résumé sortir de l'isolement, parler avec les autres, décider d'aller « faire quelque chose » sont autant de victoires.
  Pour Brigite Douaud les liens ne sont pas seulement seulement ceux d'Internet. Elle souligne le paradoxe cruel de la communication «les sms, les messageries derrière son écran » et cependant la solitude terrible. « On ne verrait personne dans la semaine, si on ne venait pas ici » lui confient parfois les participants.
« Nous sommes la dernière chance pour une insertion future, nous travaillons avec toutes les associations d'aide », ensuite ce sera un emploi sous contrat aidé ; si tout va bien.

À 53 ans Brigitte Douaud affiche un enthousiasme intact, elle se souvient avec émotion, de ceux qui sont venus recevoir de l'aide, il y a 5, 10 ou 18 ans et qui repassent à l'association pour donner de leurs nouvelles et sait pourquoi elle travaille.


Pratique :
Expo au CCAS
UFCV 95 avenue de Saint-Sébastien
http://www.ufcv.fr/


 

Auteur : LY | 04/02/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « Aimer le soleil sans y laisser sa peau »
Article suivant : « Vente de gâteaux solidaires pour les Matelots de la Vie »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter