Pornichet Infos

Les résultats du club d'ultimate TCHAC COTE D’L’EAU.

En cette fin d'année le club qui nous a enchanté par ses nombreux succès, fait le point de la saison 2015-2016
Le club d'ultimate TCHAC COTE D’L’EAU.
Le club d'ultimate TCHAC COTE D’L’EAU.

Le club TCHAC COTE D’L’EAU est composé de 7 équipes adultes qui participent aux championnats en salle.

L’équipe 1,  constituée des meilleurs joueurs du club et évoluant en division 1, a remporté ses cinq matchs de la phase aller à Angers le 24 et 25 octobre. Elle est bien partie pour retrouver son titre de champion de France perdu l’an dernier.

L’équipe 2, constituée  essentiellement de jeunes joueurs accompagnés de quelques expérimentés, évoluait quant à elle, en division 3. Elle a disputé sa première phase de championnat le 24 et 25 octobre à Nantes. Malgré sa jeunesse et son manque d’expérience à ce niveau, elle décroche la 5ème place sur 8. Cette équipe attend avidement la deuxième phase pour montrer tout son potentiel et ainsi accéder au play-off.

L’équipe 3, une équipe  « mixte » avec 4 filles, 4 jeunes et 2 « anciens » jouait en division régionale niveau 1. Elle s’est déplacée à LAVAL le 28 et 29 novembre dernier. Malgré aucun match gagné et un samedi un peu laborieux, l’équipe s’est réveillée le dimanche en proposant un beau jeu et en mettant en difficulté les équipes adverses. 

Le même week-end, l’équipe 4 constituée de joueuses de l’équipe féminine accompagnées du président du club était engagée dans le championnat division régionale niveau 2. Le but était de travailler et de chercher de la cohésion dans le jeu pour préparer leur prochaine sortie les 12 et 13 décembre au Tournoi des Oufettes (Tours). Objectif atteint car ce que l'on retiendra (plutôt que les défaites) ce sont les matchs accrochés qu'elles ont pu mener.

Mais le club  TCHAC c’est aussi trois groupes  juniors engagés en U13 (moins de 13 ans), U15 et U17. Ils ont participé le dimanche 22 novembre à leur première phase de championnat à Fontenay-le-Comte. Ces jeunes ont aussi participé à la coupe de France junior en intérieur le week-end des 12 et 13 décembre, à Blois. Les 7 gymnases de la ville étaient mobilisés pour accueillir 43 équipes comptabilisant 500 jeunes joueurs venant de près d'une trentaine de villes. Les U17 avec 3 équipes engagées terminent 6e, 12e, 14e (sur 15), et les U15 8e et 11e (sur 18). Les U13 avec 2 équipes engagées terminent 3e et 8e, montant ainsi sur le podium.

L’année s’est terminée pour les plus âgés par un grand tournoi de Noël où près de cinquante joueurs du club ont bravé la pluie et le vent pour ce dernier moment fort de l’année.

23/12/2015 | 4 commentaires
Article précédent : « Basket : L’ES Pornichet confirme son sa progression vers le haut niveau »
Article suivant : « Pornichet Basket : 60 stagiaires pour une semaine tonique »

Vos commentaires

#1 - Le 03 janvier 2016 à 11h38 par Sports-Boyards, Pornichet
Tchac côté d’l’eau (La Loire) = ¼ de Nordistes (Pornichetins) ¾ de Sudistes = 100% subvention côté Pornichet, 0% de l’autre côté. Ajoutez environ 95% de créneaux à Pornichet, 5% ailleurs? De quel côté ? Quel équilibre dans la répartition !
Çà reflète le sport d’aujourd’hui ! Il y a les nantis, et les smicards qui se contentent des restes des autres, mais… ils ne sont pas du même côté ! Facile de se la jouer dans ces conditions. Comme gestion il y a mieux. Comme image aussi. Comme égalité n’en parlons pas ! Alors du coup pour l’enchantement, appelons ça autosatisfaction de leurs parrains jouant les décideurs avec la complaisance de l’autre côté des services.
#2 - Le 07 janvier 2016 à 14h52 par ras, Pornichet
de toute évidence les subventions attisent toutes les convoitises mais peut on connaitre celle des Tchacs ? sport assez confidentiel.
#3 - Le 12 janvier 2016 à 14h23 par Sports-Boyards, Pornichet
L’argent ne doit pas être l’unique curseur des valeurs du sport. Malheureusement, c’est l’image qu’il donne. Nombreux sont ceux qui laissent à penser qu’ils n’existent que dans la consommation : Subventions, moyens, équipements. Les nouveaux, soi-disants émergents, se nourrissent par stratégie individuelle. Les anciens se sont élevés dans la durée grâce à leur travail, l’abnégation, et souvent leurs propres deniers. Sacrée différence de mentalités !
Ce qui pose problème aujourd’hui ? C’est que certains veulent détricoter le maillot des uns pour s’en faire un à leurs goûts et couleurs éphémères. Le complexe, dans son état actuel, n’est pas adapté pour recevoir tous les sports, ceux qui l’ont cru ont manqué de vision et de responsabilités. A la municipalité d’être vigilante, aux services de rendre un travail règlo en concordance avec les exigences fédérales et la réalité des faits.
#4 - Le 22 janvier 2016 à 11h02 par Dominique
Sports-Boyards, Saturnin

Remarques consternantes !!! Que de jalousie !

S'il n'y avait pas de joueurs issus des communes avoisinantes,le club n'existerais sans doutes pas.

Pouvez-vous me dire quel est le pourcentage de Pornichetains qui pratiquent une activité sportive, ou culturelle, dans les communes limitrophes ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter