Pornichet Infos

Les Territoriaux CGT Pornichet sont en colère et ils l’expriment

Déclaration des élus représentants du personnel Municipal au CHSCT de Pornichet du 29 Mai 2020.

" Nous, élus représentants du personnel des agents territoriaux de Pornichet, souhaitons par cette déclaration vous alerter sur les conditions mêmes de l’exercice de notre mandat d’élu et les conséquences sur le travail, l’hygiène et la sécurité des personnels que nous représentons dans cette instance.


Comme nous vous l’avons fait remonter à de nombreuses reprises depuis 2 ans maintenant, nous sommes toujours dans l’attente d’une véritable prise en compte du mandat d’élu CHSCT ainsi que des moyens d’informations et de consultations permettant le plein exercice de ce mandat afin de garantir un dialogue social de qualité dans l’intérêt des agents et de leur santé au travail.


Si le climat n’était déjà, avant cette période de confinement et de reprise du travail, pas satisfaisant de notre point de vue, il en devient déplorable tant le déni de reconnaissance de notre mandat fait peser aujourd’hui un risque sur l’organisation même du travail et un accroissement des souffrances au travail que nous soulevons à chaque instant et semble peu intéresser l’employeur que vous représentez ici même aujourd’hui.


Prenons-en pour preuve les dernières semaines écoulées.
Le 16 Mars dernier vous nous avez sollicité pour mettre en place une organisation de la période de confinement permettant de répondre aux besoins essentiels de services durant le Plan de Continuité d’Activité ainsi que les modalités de placement des agents non concernés en ASA pour raison sanitaire afin de préserver la santé de toutes et tous et sauver des vies comme vous en fait la promotion de manière publique sur les panneaux de communication de la ville.
Or, durant cette période nous avons découverts des velléités de déroger à cette organisation mise en place en engageant des travaux sur le remblai, des reprises en Espaces Verts…


Nous vous avons dès lors alerté sur ces dysfonctionnements et avons été obligés de nous engager pour faire cesser ces activités non essentielles qui ne pouvaient pas vous être inconnues jusqu’à preuve du contraire.
Nous avons souhaité qu’un CHSCT extraordinaire se tienne à la suite pour corriger ces manquements et préparer la reprise du travail.


Vous y avez préféré un dialogue social qui n’a aucune valeur institutionnelle afin de nous communiquer des protocoles établis à la hâte, sans que l’on soit concertés puisque destinataires de ceux-ci la veille au soir.
 Lors de ce dialogue social nous vous avons interpellé sur notre rôle dans de telles circonstances et vous avons fait part de notre disponibilité pour accompagner la mise en place de réelles procédures partagées avec les agents, en créant les conditions d’une véritable concertation avec eux sur le terrain en confrontant ces protocoles aux réalités du travail.
A ce jour nous n’avons été conviés qu’aux quarts d’heures de sécurité correspondants à nos services de rattachement uniquement car nous étions présents à ce moment-là.


Cela n’a rien de surprenant en soit, ça dénote simplement une volonté d’entrave à nos prérogatives d’élus au CHSCT pour se concentrer uniquement sur une reprise rapide de tous les agents quelles qu’en soient les conditions et parfois en ne respectant même pas les préconisations ministérielles.


Nous tenons par cette alerte, isoler de ces remarques l’agent de prévention qui elle, a sans doute fait de son mieux compte-tenu des moyens et des délais qui lui ont été attribués, pour réaliser cette tâche qui recouvre une responsabilité particulière qu’elle ne peut être seule à porter.


Nous avons pu constater en réalisant le tour des services la semaine dernière, l’étendue des incompréhensions, des tensions et des souffrances qu’engendre une telle gestion de votre part et dénonçons cette attitude une fois de plus inhumaine et ses conséquences sur la santé mentale et physique des agents.


Des services mobilisés tout au long de la période de confinement ont continué à travailler sans réelles mesures de protections et pour l’un d’entre eux, les agents n’ont même pas été concertés lors de la reprise du 11 Mai pour mettre en place un protocole pourtant indispensable lorsque l’on intervient au contact des enfants accueillis dans ce service.


Pour d’autres agents, ce sont les plannings et changements de lieux de travail décidés arbitrairement et du jour au lendemain qui génèrent des souffrances et des tensions non seulement entre agents exécutants et encadrants mais également au sein des équipes elles-mêmes.


Les encadrants de leur côté, subissent une pression permanente dû aux injonctions, directives et notes de services, parfois rédigées de manières virulentes, qui mettent clairement en danger la relation de confiance nécessaire vis-à-vis des agents qu’ils encadrent. Certains se sentent en insécurité, contraints et n’ont aucun soutien de la direction pour les accompagner dans ces moments difficiles à gérer.


Dans les services techniques, bien que des protocoles aient été défini pour la reprise du travail, il est aujourd’hui impossible de les respecter et chaque agent se met en danger au quotidien pour fournir un service nécessaire à la population au dépend de sa santé et de celles des autres.


Pour exemple, il n’y a qu’un ou deux flacons de désinfectant pour 10 voir 15 véhicules et des dizaines de matériels partagés ( outils motorisés, électriques, manuels ), cette situation a été soulignée mais rien n’avance et les habitudes sont dorénavant prises et seront quoiqu’il arrive difficiles à changer.


La liste est loin d’être exhaustive, seulement comme elle n’est pas de nature à vous émouvoir comme à l’habitude, nous n’allons pas nous acharner à un détail point par point qui est avant tout de votre responsabilité d’employeur.
Contrairement à vous, nous sommes allés à la rencontre des agents sur leur lieu et temps de travail sans alerter le chef de service afin qu’il prépare la réception et le tapis rouge sur lequel vous vous essuierez les pieds.


Nous avons rencontré des agents et des encadrants en souffrance, des pleurs, des incompréhensions, de la colère parfois et de l’injustice souvent.
Voilà ce qui nous amène à rédiger cette déclaration tant vous avez méprisez non seulement les représentants que nous sommes mais surtout l’ensemble du personnel. 
Comment agir quand nous recevons encore hier soir les derniers protocoles ? 
Comment agir quand nous attendons toujours le compte-rendu du dialogue social du 6 mai dernier qui devait nous être transmis le 11 mai au plus tard pour la reprise du travail ?
Comment vous faire confiance quand les paroles ne sont jamais suivies de faits ?


Nous ne sommes pas ici dans un exercice de communication comme sur les sucettes publicitaires de la ville ou les belles plaquettes colorées ; nous sommes ici dans le vrai, la santé et la vie des agents qui font tourner cette ville, ne vous en déplaise.
Ajoutez à cela les notes de services, qui elles ne tardent pas pour prélever des jours de congés, pour enjoindre les agents à revenir compte-tenu de la reprise de l’école…
Pour toutes ces raisons, pour l’accumulation d’autant de mépris de votre part, pour la défense des intérêts de tous les agents de la ville de Pornichet, nous ne vous accompagnerons pas dans cette réunion qui s’apparente à une vaste mascarade.


Dans l’ordre du jour même d’aujourd’hui, l’intitulé « pour avis » qui suggère un vote vient d’être remplacé par l’intitulé « pour débat », vous nous prenez pour qui ?
Nous ne serons pas les pangolins de votre inconséquence et vous laissons assumez seuls et en connaissance de causes vos décisions et l’ensemble des risques qu’elles font peser sur les agents.
Cette pandémie laissera de réelles traces dans l’esprit de tous les agents et votre gestion en sera la cause principale.


Bonne journée à vous, nous vous demandons évidemment de mettre cette déclaration au PV de cette réunion et nous nous laissons la possibilité de la faire connaître publiquement par tous les moyens dont nous disposons."

30/05/2020 | 49 commentaires
Article précédent : « Pornichet : Qu’elle peut être sombre cette ville ! »
Article suivant : « Le Conseil municipal de Pornichet s’installera mercredi »

Vos commentaires

#1 - Le 30 mai 2020 à 10h29 par Aliport, Pornichet
Et voilà, l'exemple de l'homme "à l'écoute des Autres" qui a été re-élu je le rappelle avec seulement 2594 voix sur 10395 inscrits et 4461 exprimés..... Lors de son "intronisation" Mr Pelleteur a bien redit, me semble-t-il, qu'il n'a fait "aucune promesse mais un programme".... visiblement la partie humaine semble lui "échapper"... Il préfère"parader" devant les médias et pleurer sa condition d'élu (lire les précédents articles...) Cela dit, toute proportion gardée, les Agents territoriaux,avec tout le respect que nous leur devons ne sont pas forcément les plus à plaindre... Sans faire de pub, nous avions pour moins de 7 euros, 1litre de solution Hydro-Alcoolique dans une grande surface....Vous preniez un peu de temps sur votre travail, une note de frais et c'était plié.. mais je peux concevoir qu'un cumul de situations fasse déborder la coupe.... Alors bon courage..
#2 - Le 30 mai 2020 à 11h13 par Rouxel, Pornichet
J ai toujours salué le travaille des fonctionnaires pendant cette période. Mais alors que certains restaient chez eux en continuant de percevoir leur salaire plein des salariés du privé se trouvaient en chômage partiel ou étaient obliger de prendre des congés payés. A partit du moment où les enfants sont accueillis à l école , rien ne s oppose à la reprise du travail des parents ( sauf personnes à risque bien évidemment) . Et pour ceux et celles qui font le choix personnel de ne pas remettre leurs enfants à l'école rien de choquant à leur demander de poser des congés. Cela ne me choque pas du tout non plus qu on demande de poser quelques congés . Je suis moi même fonctionnaire , le respect des gestes barrières est difficile, fait perdre du temps et on se rend bien compte que tout n à pas été pense et qu il faudrait démultiplier les moyens matériels . Pour autant c est aussi une responsabilité de chacun et il ne faut pas peut être pas tombé dans de la sur protection. J' espère que la photo qui illustrel'l article n'a pas été prise au moment de la déclaration parcequ ´en terme de gestes barrières c ´est pas joli joli. A l'heure où l économie doit répendre, voilà la cgt qui ressort ( pourquoi maintenant ....) dur dur de devoir reprendre le travail.....
#3 - Le 30 mai 2020 à 13h19 par jacky
C'est a CGT Sandouville ?
De qui se moque-t-on ? les entreprises privées d'espaces verts ont repris 2 ou 3 semaines avant les agents communaux.
Que le personnel des salles de sports oua ssociatives soit affecté dans les écoles semble cohérent.
On aimerait avoir un décompte complet du nombre de fonctionnaires communaux qui ont perçu leur complet traitement sans avoir travaillé, du nombre d'agents qui n'ont toujours pas repris, du sort réservé aux congés payés, RTT, récupération, journées du maire etc pendant le confinement.
Pour mémoire, les salariés du privé ont au maximum touché 84 % de leurs salaires...
#4 - Le 30 mai 2020 à 16h25 par Pierre, Saint-nazaire
Vous n'échangez pas assez avec nous alors pour nous venger, nous ne viendrons pas à la réunion d'échange.

C'est sur, on va avancer.
#5 - Le 30 mai 2020 à 18h37 par Coppola, Pornichet
Mon total soutien aux agents et cadres territoriaux. Leur santé et de bonnes conditions de travail sont les garantes
d'un service public de qualité
#6 - Le 30 mai 2020 à 20h46 par emma, Pornichet
Très chers élus représentants du personnel Municipal , vous devez signer nominativement votre déclaration même si vous signer pour un groupe. Surtout si un jour vous souhaitez exercer votre droit d'ester en Justice.
#7 - Le 31 mai 2020 à 00h37 par kimono, Pornichet
****MODERATEUR***** la cgt la confédération des non travailleurs tout est bon pour se tourner les pouces à la maison avec un plein salaire, vous devriez avoir honte !
#8 - Le 31 mai 2020 à 00h40 par kimono, Pornichet
#5 merci pour ce trait d'humour car pour assurer le service public, il faut travailler mais les militants cgt n'en n'ont aucune envie !
#9 - Le 31 mai 2020 à 01h35 par petit nez, Pornichet
Il est logique et obligatoire que la protection de la santé de tous soit prisent en compte.
Mais ne mélangé pas tout,je pense que beaucoup de travaux extérieurs auraient pu et du être repris bien plus tôt notamment espaces verts,entretien des routes...
Des entreprises ont repris ces travaux bien avant,et le personnels pour la plupart ont été soulagés de pouvoir reprendre le travail et par conséquent un salaire plein.
Et par la même garantir la pérennité de leurs entreprises.
Mes propos ne cautionnent pas une guerre Public/Privé qui celons moi est stérile.
Vous devriez avoir un peu plus,a mon avis conscience que PORNICHET est quasi exclusivement tourné vers le tourisme et que Nantais,Parisien mais aussi vos familles pour ceux qui résident sur la commune, attendent de vous à minima que le travail soit exécutés.
En quoi étiez vous en danger avec une tondeuse,débroussailleuse,balayeuse?
D'autres collectivités,donc vos collègues.Non pas renoncés sous des motifs parfois illégitimes à servir leur collectivité.
PORNICHET doit et devrait de votre part mériter un peu plus de respect,que vous même revendiqués.
Beaucoup de salariés aimeraient avoir la possibilités de servir cette ville.
Montrez vous dignes de vos missions et de l'attente de ceux qui vivent ici ou de ceux qui y passent leurs moments de repos ou leurs retraites.Les responsables syndicaux ne devraient pas tout mélangés.
Ayez conscience que l’attractivité de cette ville vous permets d'avoir un emplois dans ce moment de crise inédite et incertaine pour tous.
Alors au travail!!!
Et bonne continuations à tous.
#10 - Le 31 mai 2020 à 07h14 par Isabelle, Pornichet
Le vote du maire..... je n ai pu voter etant à risques alors que ce maire élu ne se glorifie pas de cette élection, volée pour beaucoup .... quant à ces agents territoriaux , la honte .... allez ... faites redémarrer le pays , pauvre FRANCE ,
#11 - Le 31 mai 2020 à 08h56 par R.A.S, Pornichet
on entend que la CGT , il n'y a pas d'autres syndicats ?
#12 - Le 31 mai 2020 à 10h15 par #JeSuisPornichet, Pornichet
Hihihi!!! Trop drôle en ce dimanche matin de lire cet article! C'est rafraîchissant!
Ah non? Ce n'est pas une blague? Il y a vraiment des gens qui écrivent de genre de chose? C'est dans la vrai vie ça???
Alors non, ce n'est pas drôle du tout, c'est affligeant...
Pour avoir continuer à travailler tout au long de ce confinement, j'ai traverser Pornichet dans tous ses sens sans avoir vu l'ombre d'un agent communal, si ce n'est les policiers municipaux et uniquement autour du marché. Et de fait, bien au chaud et bien payé, il valait mieux rester chez soi.
Et la continué du service public??? Si 1/3 ou même 1/5 des agents s'étaient relayer pour entretenir notre ville, je ne vois pas où aurait été le danger.
Mesdames et Messieurs, HEUREUSEMENT que vous avez choisi la fonction public territoriale et non la fonction public hospitalière... nous aurions été dans une belle panade!!! Nous aurions compter les morts par millions!
Le salaire que vous touchez n'est pas une rente, c'est le fruit d'un travail. Vous avez la chance d'avoir cette garantie d'emploi, que d'autre n'ont pas. Ces autres qui aujourd'hui n'ont plus de travail, ces autres qui aujourd'hui sont décédés car ont été obligés d'aller travailler dans des conditions de sécurité déplorables... Vous avez eu le choix de pouvoir rester chez vous, payés intégralement je suppose, alors que cela aurait été possible de se remettre au travail avec un minima d'organisation et de sécurité. Mais peu importe hier, aujourd'hui la situation est toute autre. Vous DEVEZ reprendre le travail, comme tout le monde. La crise sanitaire a bon dos quand on ne veut pas travailler. Vous devriez au contraire remercier le ciel d'avoir l'emploi sécurisé que vous avez et vous en montrer digne.
Pauvre France... Pauvre Pornichet...
J'ai mal à ma ville.
#13 - Le 31 mai 2020 à 10h40 par oui oui, Pornichet
#10 : il existait le vote par procuration et beaucoup y ont eu recours, de plus, le maire élu a déploré la faible participation à cette élection et j'ai lu nulle part qu'il se glorifiait de a réélection mais vous avez raison, honte et honte à ces agents territoriaux cgtistes !
#14 - Le 31 mai 2020 à 10h43 par oui oui, Pornichet
Si ces gens étaient au pouvoir, ils seraient les premiers à faire travailler les autres à la schlague !
#15 - Le 31 mai 2020 à 12h17 par Aliport, Pornichet
#13
Désolé mais je ne l'ai pas entendu déplorer la faible participation aux élections mais je peux vous assurer l'avoir entendu dire que sa liste avait été élue avec une très nette majorité. On pourra dire les paroles s'envolent, les écrits restent, sauf que le film du conseil le prouve. Alors, un peu d'humilité SVP... Rien que de voir la tête de certains membres de son Équipe au dernier conseil, c'est pas la joie pour tous!
#12
Je suis entièrement d'accord sur le fait que certaines Entreprises auraient pu continuer leur activité sans mettre en danger le Personnel et/ou les Clients. Mais elles ont préféré bénéficier des aides en tout genre de l'État, la région, le département..... ! C'est scandaleux! Je remercie celles qui ont maintenu leurs activités. Et ça, c'est responsable voir remarquable!
#16 - Le 31 mai 2020 à 14h10 par Rouxel, Pornichet
#15 effectivement les écrits donc oui le maire à déplorer l' absention record et oui on vu du score il a nettement battu les autres.
#17 - Le 31 mai 2020 à 16h18 par Agent municipal, Pornichet
Je suis employé municipal dans notre belle ville de Pornichet, de catégorie C soit dans l’échelle la plus basse. Et quand je lis cet article je reste sans voix, quelle HONTE.
Comment ce syndicat CGT peut se targuer de représenter l'ensemble des employés et parler en leurs nom?
Lorsque que vous croiserez un agent en service, pensez que tout le monde ne partage pas ce " Sectarisme".
Bien cordialement
#18 - Le 31 mai 2020 à 18h50 par deplorable
Il y a le corona et maintenant la CGT pour mettre le pays parterre
Sur la photo les cegetistes communaux(nantis avec 100% du salaire sans risque d'être licenciés) manifestent sans respecter les gestes barrières
La plupart travaillent à l'air libre , donc avec des risques limités
Dans le privé effectivement les ouvriers qui travaillent dans les espaces verts ont repris le travail depuis longtemps
Ils veulent peut être la prime de 1000 Euros pour être resté chez eux
Quel honte !!
#19 - Le 31 mai 2020 à 18h54 par JAF
Les salariés malheureux de la CGT peuvent démissionner si vraiment les conditions de travail sont d'un autre temps et aller dans le privé .Pourquoi ne le font-ils pas ? D'autres jeunes seraient preneur de leurs postes surtout quand quand voit les perspectives sur l'avenir . Non seulement pratiquement 80 % du personnel pouvait travailler après une période d'adaptation d'une à 2 s (ex : les caissières et toute la filière) .Effectivement quand on travaille encore moins que la règle des 35 h , on préfère pour certains rester au ''chaud'' que d'affronter la vraie vie du travail
#20 - Le 31 mai 2020 à 20h19 par insoumis, Pornichet
Ces propos ici haineux contre les travailleurs de la CGT sont scandaleux. Ceux qui les profèrent n'ont jamais du travailler durement en usine. Heureusement qu'il y a des syndicats comme la CGT pour défendre les abus du patronat, pour combattre une mauvaise réforme des retraites pour le pouvoir d'achat des retraités.
#onnoublierapas
#21 - Le 01 juin 2020 à 08h22 par R.A.S, Pornichet
il faut se rappeler que Martinez a fait un appel à la grève en pleine crise sanitaire... # on oubliera pas ça aussi .
#22 - Le 01 juin 2020 à 09h49 par Candidat
@ JAF
Vos propos sur les compétences du personnel et des métiers comme celui des caissières que vous citez , sont scandaleux. Relisez vous et mesurer la teneur de vos propos. Y compris sur les 35 h dans la fonction publique. Les personnels soignants affiliés à la CGT apprécieront.
#23 - Le 01 juin 2020 à 10h21 par Choupie, Pornichet
Mauvaise manœuvre du leader cégétiste local (ex permanent). Ce n’est ni un communiqué, ni une déclaration, c’est une attaque en règle. Faut remettre les choses dans leur contexte. Par le biais CHSCT il trouve écho près d’un hébergeur ad hoc. Se sert, mine de rien, pour faire propagande (deuxième sur la liste Bénizé-Thual candidat à la mairie de St Nazaire). Pas bien malin. Au prétexte de défense des conditions de collègues, il use d’influence sans séparation des droits qui lui sont attribués, détourne la notion humanitaire vers un profit politique. Imaginer qu’il soit élu, premier adjoint, VP à la Carène, de quelle légitimité userait-il ? Dangereux mélange des genres contradictoire ! Où est le lien social qu’il prône ? Pas si solidaire que ça le gars Cédric !à l'image de Martinez.
#24 - Le 01 juin 2020 à 13h44 par Isabelle, Pornichet
Désespérant au plus haut point de devoir lire un tel article .... c est stupéfiant, écœurant ! ce syndicat , c est la plaie de notre pays ..... l honnêteté serait de réfléchir à ce dont vous bénéficiez par rapport à ceux qui travaillent dans le privé mais ça c est une autre histoire , réfléchir ! pfffff
#25 - Le 01 juin 2020 à 14h40 par oui oui, Pornichet
#20 ce sont des propos ''haineux'' contre ces non travailleurs de la cgt (fainéant étant prohibé) et les gens qui les écrivent ont raison quand on constate le mal que ces gens font à la société !
#26 - Le 01 juin 2020 à 16h10 par JAF
22 - Candidat : je pense que vous n'avez pas voulu comprendre mon texte . La comparaison n'était pas par rapport au personnel soignant mais une réaction par rapport au communiqué de la CGT .Chapeau aux caissières et autres de la filière alimentaire par rapport aux membres de la CGT de la Commune qui auraient pu travailler durant cette période en toute sécurité par rapport aux caissières .Quand aux 35 h , je ne parle pas du personnel hospitalier mais communal à Pornichet et autres communes
#27 - Le 01 juin 2020 à 18h49 par Jean luc
C'est marrant cette haine que certains développent vis à vis de certaines professions, les agents municipaux, les fonctionnaires qui ne font rien, ils n'ont qu'à démissionner..., tout celà teinté d'anti syndicalisme...!
Si les agents municipaux en arrivent à écrire une telle tribune, cela m'inspire 2 réflexions :
La première c'est que ces agents croient à ce qu'ils font,sans ça ils ne se battraien pas, à l'utilité de leur métier, et ils font remonter leurs difficultés à travailler dans de bonnes conditions.le chstc est là pour ça et c'est la bonne méthode.
La deuxième c'est que si les agents municipaux en arrivent à publier une telle tribune, c'est qu'il y est temps de rétablir le dialogue social au sein de la municipalité et d'écouter les problème soulevés par ces agents, et de trouver des points d'accords.
Le conseil municipal n'est il pas là pour mettre en place les conditions du "mieux vivre ensemble"dans la commune ?
#28 - Le 01 juin 2020 à 20h39 par In vino véritas ?, Pornichet
Insoumis!
Désolé mais les propos tenus ne sont pas haineux mais pragmatiques. Vous avez raison, heureusement que des gens se sont impliqués pour accéder au droit de grève, à la reconnaissance des syndicats, ont résisté aux oppressions de toutes sortes. Mais ils n’avaient pas la protection juridique derrière laquelle se retrancher pour écrire ou dire n’importe quoi. Ils l’ont souvent payé de leur propre vie. Ne pensez-vous pas qu’aujourd’hui à la lecture d’un tel pamphlet inique, ils ne se retournent pas dans leur tombe en constatant que leur lutte a été dévoyée ? Mais, comme vous, je fais fausse route car nous ne sommes pas là pour s’attacher aux réelles luttes sociales, aux méfaits de l’approche strictement économique comme pour les hôpitaux, du libéralisme à outrance...Il est surprenant que la CGT à Pornichet dénonce un carcan dans l’action des membres du CHSCT alors que manifestement ils ont toujours pu, selon leur propre dire, utiliser tous les outils et droits que leur confère leur fonction? Des réunions regulieres et au moins obligatoires n’ont elles pas eu lieu? N’y a t il pas un document unique que les membres du CHSCT doivent faire vivre?…Les risques du personnel communal à fonctions égales au privé sont-ils supérieures? Les mesures imposées par l’Etat prises en concertation avec les principales instances représentatives nationales dont les syndicats ne sont-elles pas appliquées ? Pourquoi aujourd’hui ? Faut-il y voir une transposition locale de la position nationale de la CGT qui, n’étant plus la principale confédération syndicale au niveau professionnel sauf dans la fonction publique territoriale, cherche surtout à polluer le dialogue social en boycottant classiquement toute reunion? Faut-il y voir un lien avec la candidature du délégué CGT de la Ville aux municipales de St Nazaire sur une liste très à gauche?
Que de questions sans réponses aux allégations de ce tract. Ce serait pourtant intéressant pour se faire une idée réelle de cette municipalité.
#29 - Le 01 juin 2020 à 22h54 par In vino véritas ?, Pornichet
Jean-Luc#27,
Ne croyez-vous pas que parfois le « fonctionnaire-baching » dont on nous rebat les oreilles au niveau des dirigeants politiques pour diviser pour mieux régner ne puissent aboutir à une certaine haine des fonctionnaires comme vous dites. Tout le monde sait-il que ne serait-ce pour les retraites, alors que l’on dit que le montant de la retraite est de 75% du dernier salaire, ce qui peut paraître inéquitable pour le privé, que ce n’est que 75% du salaire sans les primes qui peuvent représenter jusqu’à 50% du dernier net à payer? Bien sûr que les agents publics ont cette vocation et n’ont pas hésité dans leur très grande majorité à meme être plus disponibles encore dans cette crise (CCAS, portage des repas, soutien aux personnes isolées, urgences, infirmières, pompiers...) y compris avec des risques supplémentaires. De là à voir un lien avec l’anti syndicalisme ? J’avoue que je ne le vois pas sauf peut-être que l’on n’entend pas les syndicats catégoriels du public quand il y a des atteintes au privé. Quant au dialogue social à la mairie de Pornichet qui serait inexistant, ce n’est pas parce que c’est écrit que c’est une vérité pour un esprit critique tel que le vôtre je l’imagine. Ne croyez-vous pas que pour se faire une opinion définitive telle que vous semblez vous l’être déjà faite, il faille connaître la réalité des conditions d’action des membres du CHSCT, les irrespects factuels de leur droit, le nombre de réunions exact ( les 4 par an règlementaires ou beaucoup plus?), les refus de l’administration en tous genres et empêchements patents dans leur mandat. Seuls ces indicateurs permettraient un diagnostic objectif. Dois-je rappeler que d’autres acteurs interviennent dans la sécurité et la santé des agents comme la médecine du travail, la psychologue du travail? Font-elles ce même diagnostic ? Si tel n’était alors pas le cas, la CGT se serait alors peut-être tiré une balle dans le pied notamment en s’érigeant dogmatiquement en victime inexistante.
#30 - Le 02 juin 2020 à 00h58 par Oui non, Pornichet
#27 Ben tiens, la cgt qui cherche un accord, on aura tout vu de plus, je vous signale qu’il y a d’autres syndicats qui défendent beaucoup mieux les intérêts de ceux qui travaillent pour le bien de tous !
#31 - Le 02 juin 2020 à 08h19 par pornichétin
*****MODERATEUR*****
#32 - Le 02 juin 2020 à 10h13 par Oui non, Pornichet
Ces syndicalistes cgt n’ont aucune honte et ils croient agir pour le bien du peuple ce sont vraiment de pauvres types !
#33 - Le 02 juin 2020 à 18h54 par Gaston, Pornichet
En tout cas, s'il gagnait au 2sd tour des municipales de St-Nazaire on peut
garantir un mandat particulièrement difficile pour les Pornichetins.
Les vilains capitalistes de droite, les riches propriétaires, les bobos de la côtes ne seront pas prêts d'intéresser le monsieur de la CGT.
#34 - Le 02 juin 2020 à 23h14 par Candidat
@ Oui Non

Sincèrement, vous pensez ce que vous écrivez? Il ne vous vient pas à l' esprit que ce sont des êtres humains dont vous parlez ainsi.?
Mais de l'esprit vous n' en n' avez que du simple, du primaire , sans doute est ce pour cela que vous les traitez de pauvres types.
#35 - Le 03 juin 2020 à 16h24 par JAF
20 - Insoumis : Je connais très bien le monde ouvrier . A mes débuts je travaillais 50 à 55 h par semaine au pied d'une machine et très heureux de gagner ma vie. J'étais très proche du P.C. et de la C.G.T. que j'ai quitté rapidement compte tenu du caractère sectaire de ses deux organisations comme le message posté par le représentant de la CGT de la mairie .Face au COV-19 le métier de jardinier est certainement moins dangereux et plus rémunéré que celui de caissière . Le représentant de la C.G.T. a plusieurs possibilités si les conditions de travail sont si pénibles à Pornichet : demander sa mutation sur Saint-Nazaire ou il se présente ou autre ville de gauche, ou démissionner pour aller vers le secteur privé , mais il est plus confortable de rester à Pornichet
#36 - Le 03 juin 2020 à 22h27 par Oui non, Pornichet
#34 je pense vraiment ce que j’ai écrit, ces militants cgt ne sont pas des personnes intéressantes, ils ne pensent qu’à détruire la société dite capitaliste, ils haïssent toute forme de contrainte et surtout les patrons, l’éden pour eux c’était le Cambodge des années 70 ou l’ex urss, un délégué cgt est un type qui passe son temps à trouver les raisons pour empêcher les travailleurs de travailler !
#37 - Le 03 juin 2020 à 23h06 par Jean luc
M'enfin, les conditions de travail décentes, la réduction du temps de travail on ne nous l'a pas accordé spontanément. En 35h on produit aujourd'hui 3 fois plus qu'en 50h il y a 30 ans.pour que les salariés puissent profiter de cette richesse dégagée par le travail, il a fallu se battre, aujourd'hui, tous nous remplissons une feuille de sécu quand nous sommes malade.merci M. Croizat qui s'est battu contre la droite pour l'obtenir. Et les congés payés ? Accordés en remerciement du travail fourni ? NON.Tout cela, il a fallu aller le chercher, et pas dans la douceur, et TOUS nous en bénéficions.donc oui, merci à tous les syndicats qui défendent nos emplois, nos droits et nos conditions de travail.
#38 - Le 04 juin 2020 à 14h05 par Oui non, Pornichet
#37 D’accord avec vous sauf que les 35 heures ont été une hérésie d’ailleurs aucun pays au monde ne nous a copié de plus, la cgt est devenue un syndicat nuisible infestée d’islamistes et d’extrémistes de tous bords qui rêvent chacun d’un grand soir !
#39 - Le 04 juin 2020 à 17h22 par Jean luc
La réduction du temps de travail, une spécificité Française ? Ben non.
Pour la CGT, là, j'abandonne.
#40 - Le 04 juin 2020 à 18h08 par Candidat
@oui non

Vous-même êtes dans l'extrême. Je ne sais pas de quelle religion vous êtes, mais je n'aimerai pas être un de vos coreligionnaires.



jean-Luc à raison de souligner que nous ne sommes pas le seul pays à avoir réduit le temps de travail.
Ainsi en Allemagne il est même descendu à 32 heures dans des usines VW.


A propos de la CGT sur Pornichet, ses élus ( oui ils sont élus) se doivent de prendre la défense de leurs électeurs et pas seulement.
Que ne dirait on pas, s'ils ne le faisaient pas.

La liberté syndicale est un droit, les élections se font à bulletin secret, et rien n' interdit à quiconque de prendre une autre étiquette et de monter une section sur la commune. Si la CGT est majoritaire c'est qu' elle a ses électeurs. Si vous insultez ( islamistes comme vous dites ) les représentants du personnel CGT, vous insultez également une grande partie du personnel qui a voté pour eux.

Attention Oui Non à la diffamation !
#41 - Le 05 juin 2020 à 10h18 par Oui non, Pornichet
#40 j’insulte ceux qui ont voté pour ce délégué cgt qui fait sa campagne électorale sur leur dos !
#42 - Le 05 juin 2020 à 10h34 par JAF
38 Oui-n0n : les 35 h et la retraite à 60 ans ont été une hérésie de la gauche . Aucun pays au monde ne les a fait .Il fallait faire l'un ou l'autre . Peut être les 35 h avec une diminution du temps de travail de 60 à 65 ans . Les conséquences sont lourdes : manques d'investissement, dans les hôpitaux, maisons de retraite ,etc... futures retraites ?
#43 - Le 05 juin 2020 à 10h54 par JAF
38 Oui-non : J ai oublié dans mon texte n° 42 que je suis d'accord avec vous
#44 - Le 06 juin 2020 à 16h54 par Oui non, Pornichet
#43 merci à vous, mais le dénommé candidat veut me diffamer parce que j’ai dit ma vérité sur cette organisation syndicale dont le seul but de ses dirigeants actuels est la destruction de la structure économique de la France
#45 - Le 08 juin 2020 à 07h04 par Herbert, Pornichet
D’accord sur le côté démocratique de la représentation syndicale. Mais on ne peut dire merci à ce monsieur sur sa manière d’opérer. Quel est le sens de son message ? à qui s’adresse-t-il ? Le maire ? L’adjointe au personnel ? Hiérarchie administrative ? Donne-t-il du sens au travail ? 50% syndicat, 50% travail(?)payé 100% ville. Maladresse ou derniers feux d’un illusionniste cégétiste qui déteint sur ses collègues, pas forcément d’accord sur la méthode, n’ayant pas choisi la voie la plus fiable pour exprimer le mal être d’une profession que se chargent d’amplifier les commentaires.
Heureusement que le taux d’audience ne représente pas l’opinion pornichétine, pour la plupart conscients que le travail ce n’est pas le discours mais des actes concrets et des compétences au service du public. Non pas des convictions très élastiques voire carrément opportunistes à essayer de se faire une place en politique.
#46 - Le 08 juin 2020 à 08h55 par Candidat
@Oui non #44

Vous avez bien évidemment des preuves de ce que vous avancez.
Et je suppose que derrière la CGT vous voyez toujours le PC Soviétique !
Réveillez-vous, le mur est tombé en 89 (1989).

@Herbert

Je suis d'accord avec vous...même mal exprimé, comme vous et moi il dénonce je vous cite "le mal-être d'une profession "

Sur les derniers feux de la CGT, vous êtes bien affirmatif, les résultats des élections, comme celle de nos élus sont sans appel. Il faut faire avec et comme vous dites également être " d' accord sur le côté démocratique ".
Il n' y a que "Oui non" pour ne pas reconnaître la légitimité des votes. Lui qui l' écrit " insulte les électeurs " (SIC).
Sans doute a-t-il, lors des dernières élections municipales voté pour une liste aux résultats plus que faibles. Peut-être faisait-il même partie d' une liste qui aujourd'hui et selon les critères de Ouinon ne représente rien. Je dis bien selon Ouinon.
#47 - Le 09 juin 2020 à 00h10 par petit nez, Pornichet
28/29 IN VINO VERITAS
Quoi écrire de plus,les mots on effectivement le pouvoir de combattre les maux.
Quand de plus ils font référence à notre histoire commune.
INSOUMIS devrait,je l’espère se sentir moins à l'aise sur le trône de sa "Tribune".
N'est pas JAURES qui veut avec sa magistrale tribune "J'ACUSSE" de l'affaire Dreyffus.
#48 - Le 10 juin 2020 à 14h02 par R.A.S, Pornichet
comme disait Coluche qui nous manque beaucoup :" crasuki kiki syndicats caca " mdr
#49 - Le 11 juin 2020 à 17h44 par Professeur
@ petit nez

C'est pas Jaurès, c'est Zola pour "J'accuse "

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Denis Lambert
 Twitter réseau Média Web
Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter