Pornichet Infos

Municipales : Laurent Wauquiez annonce la couleur

Le président des Républicains vient de faire une mise au point très ferme sur les prochaines élections municipales.
12/06/2018 | 3 commentaires
Article suivant : « Pornichet Municipales 2020 : La campagne sera passionnante face aux incertitudes »

Vos commentaires

#1 - Le 12 juillet 2018 à 14h47 par Chenu, Pornichet
En très grande difficulté dans l’opinion et prétendre donner des leçons ?
Quand on est autant que lui contesté dans sa propre chapelle, vouloir prêcher en d’autres clochers pour tenter de récupérer quelques absidioles est présomptueux.
Ayant tellement pris l’habitude de le balader que Wauquiez comme le clan Belliot croient tenir leur électorat en laisse. Que nenni ! Faire élire fortuitement un rogue amateur ne se répète pas. L’épisode des non réélections Empereur, la raclée Bob, ont eu beau le prouver, il n’y a pas de place pour deux fauteuils à droite, mais bien deux camps. Conjecturer sur un aussi médiocre postulat est d’une inconscience suicidaire. D’autant que Pornichet a retrouvé cette vitalité absente durant six ans à cause de mentalités désuètes soutenant et les idées et une gestion contracyclique.
D’une autre époque!
Alors, si ça leur chante de lui rouvrir les portes de la salle des sports une troisième fois ! Lui déroulé le tapis acquis aux grands frais de la ville ! Rameuter le chef-videur de campagne ? Renouer aux tambouilles politiciennes dont Wauquiez parle, et pour cause… avec ou contre Gatien Meunier ?
Ici nombres (62%) ont opté pour la pluralité à valeur de partage d’opinions, animée d’un vrai leadership. La différence moderne, évolutive, certainement accrue en défaveur des 38% d’hier.
Les partis on s’en fout, prendre parti pour Pornichet, un objectif réfléchi, consensuel, réaliste.
#2 - Le 10 août 2018 à 16h36 par Apostrophes, Pornichet
Dixit Jean-François Coppé «à LR, un parti où le débat est interdit» «ceux qui pouvaient le porter ont été soit écartés, soit exclus avec une violence absurde» «mon intuition c’est que la révolte viendra du terrain et que les maires en seront les hérauts».
Soit Pornichet à un temps d’avance, ou le LR local et EPP sont similaires à ce qu’évoque Coppé ? à lire les florilèges du scribouillard cf encarts opposition du mag’ municipal, ou ses tracts truffés de ‘fake news’ (c’est à la mode) dont la trame "idéologique" tient sur la face d’un confetti, c’est le deuxième cas.
Wauquiez irait-il jusqu’à booster une énième pantalonnade de l’équipée Belliot (ou reste de protagonistes)?
Faudrait vraiment être à un point pour se laisser lobotomiser, pareil à 2008, par un gazier sans compétences sorti de nulle part.
#3 - Le 28 août 2018 à 10h02 par C.Q.F.D, Pornichet
Si les contestations fusent autant c’est que les maires (leurs fonctions) ont perdu le pouvoir au profit d’un autoritarisme fonctionnaire léonin. En cause les inégalités qu’impose les technocrates, traitement de dossiers, rapports humains, etc, la liste est longue. Elles sont devenues insupportable aux opinions. L’autocratie fonctionnaire gagne du terrain. Ronge le système. Le pouvoir se montre tel qu’il est. La fumée d’élection dissipée on voit ce qu’il y a derrière : La technocratie, le narcissisme et la solitude. L’exemple venant de là-haut, l’état, le macronisme, Sarko, Hollande avant ça, en sont illustration. Manière ultra-hiérarchique, personnel brimé, non impliqué, bon sens absent (urba, environnement), cette façon de ne voir que par la technobureaucratie écœure les plus fidèles.
La e-génération jeunes cadres en permanence à la recherche de ce que l’on connaît déjà est suffisante. Brouille la gestion, à vouloir robotiser le savoir faire humain, à ne trouver des solutions que dans l’ordinateur. Soit-dit en passant, les ordinateurs reproduisent ce que l’on sait déjà. Le passé (récent) est la seule chose qu’ils sont capable de prédire (ils le font à la perfection !). Mais, modifiez une règle, la plus basique, et ils se transforment en Robocop gauche et impuissant, dépassés par la réalité du terrain, obsolète en une seconde. Son maître, formaté itou, ne saura y répondre plus.
Endormir son électorat à vanter, flatter, les tronches qui décrètent et régentent à l’envi est une erreur. Penser que l’opinion n’est que brebis bêlantes mais consentantes est pire. Aux urnes le citoyen glissera son choix ! Sans quiproquo sur la fonction (décideur-responsable) du maire. Quid de l’élite carriériste mutant, le standing qu’il s’octroie à s’en beurrer le portefeuille.
Dénonçons ces pratiques faisant fi d’avis et au mépris des gens du cru. La démocratie électorale, le moment de remettre le pouvoir à l’endroit.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter