Pornichet Infos

Polémique autour d'un poste d'ATSEM

A Pornichet, la fermeture d'une classe à l'école primaire Jean Macé a entraîné le reclassement d'un poste d'ATSEM. Une initiative prise par la mairie, mais qui a engendré une polémique sur la manière. La CGT dénonce une situation scandaleuse et indécente.

"L'école maternelle Jean Macé est victime de son succès" selon Cédric Turcas de la CGT. Pour le responsable syndical, la fermeture d'une classe était inévitable."Dans une ville qui vieillit, il n'y a plus d'enfants" ironise-t-il. Comme dans pareil cas, une suppression de classe s'accompagne souvent d'une réorganisation des effectifs au niveau du personnel d'encadrement et plus spécialement des ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles). S'il n'y a rien de surprenant dans ce cas de figure, il n'en est pas de même sur la façon de désigner la personne susceptible d'être reclassée dans un autre service. C'est en tout cas ce que pense Cédric Turcas : " La municipalité a réuni les 9 personnes concernées, leur indiquant que la mairie était en droit de licencier, mais qu'elle préférait la conciliation et la concertation dans le cadre d'un hypothétique reclassement. Mme Garçon a précisé que plusieurs postes étaient disponibles sans pour autant en préciser la nature. Les agents concernés ont été invités à se rendre chez le DRH pour exprimer leur souhait. Ce dernier a donné 1 mois aux ATSEM pour réfléchir sur le sujet, ajoutant qu'en cas de « non-accord », la mairie prendrait la décision finale sur trois critères, à savoir la personne concernée directement par la fermeture (une syndiquée CGT), l'ancienneté dans l'emploi, le grade. Lors de la réunion entre la municipalité et les neuf employées (Une en arrêt maladie), la CGT s'est vue refuser sa présence indésirable. La mairie n'étant pas venue avec les critères retenus par le syndicat et en l'absence de propositions du personnel a sorti les bulletins de vote selon le critère qu'elle souhaitait retenir, sachant pertinemment qu'il correspondait à un nom".

Scandale et indécence

Une méthode qui n'a pas été du goût de la CGT :" C'est une méthode de management d'une autre époque digne des rois de France. Elles bafouent toutes les règles élémentaires du droit du travail". Le critère retenu à savoir l'ancienneté, a entraîné la mise sur la touche de la personne la plus jeune, mais aussi la plus qualifiée. Précisons que sur les 9 personnes concernées, une ne possède pas le grade d'ATSEM. "Ce type de désignation est une façon de semer la zizanie entre le personnel". L'agent désignée par le vote a notifié le refus de son reclassement et la démarche consécutive à cet aboutissement. Elle a été reçue dans la continuité du vote par un comité de 6 personnes composé de Mme Garçon et Mme Carnac ainsi que 4 personnes de l'encadrement. "On se serait cru dans un tribunal" a déclaré Myriam Le Parc déléguée syndicale. Selon la CGT, on aurait donné à l'agent quelques jours pour émettre elle-même le choix de son reclassement. Mais cette dernière a refusé sollicitant le fait d'être reçue par Robert Belliot en personne, tout en étant accompagnée de la CGT. L'agent souhaite par ailleurs prendre connaissance visuellement du compte-rendu des deux réunions. Mercredi matin, sur le marché de Pornichet et devant les écoles, la CGT a distribué des tracts dans lesquels le syndicat dénonce une situation humiliante, discriminatoire et irrespectueuse des bases élémentaires. Elle demande à Robert Belliot de rétablir cette situation chaotique et de rappeler à ses responsables de service de respecter la loi et le personnel de la mairie.

 

Auteur : YE | 30/06/2011 | 5 commentaires
Article précédent : « Le coup de colère de Daniel Bachelier au CCISP ! »

Vos commentaires

#1 - Le 30 juin 2011 à 23h10 par H2O
On connaissait le management à la Belliot à l'Aérospatiale, il est venu avec à la mairie. Ils ont l'air malin la CGT de découvrir les méthodes de ce maire. Comment-a-t-il agit avec les cadres qui avaient eu tort de bosser avec Lambert ? On a rien entendu côté CGT.
Plutôt que de pleurnicher aujourd'hui, la CGT ferait mieux de mettre sur la place publique ce qui se passe en mairie, même si elle perd quelques avantages habilement négociés par le maire en début de mandat.
#2 - Le 02 juillet 2011 à 20h30 par CGT UMP, Pornichet
La CGT ne peut rien dire à Pornichet car dans ces Adjoints deux ont leurs cartes, un spp et un responsable sécurité.Et tout ce beau monde est passé à droite pour l'argent municipale qui vient d'augmenter de 25 pour cent.
#3 - Le 09 juillet 2011 à 13h36 par Minette
En ce qui concerne la CGT tout le monde sait que c'est le cancer de notre société, dailleurs il y a de moins en moins de sympatisants heureusement pour la France, ils ont un travail assuré qu'il s'estiment heureux avec 13 mois payé. beaucoup de francais aimerait faire parti de ce personnel. Plus on leur en donne plus ils en veulent, ils ne sont jamais content de ce qu'ils ont. ce n'est pas en provoquant qu'il obtiendront quelque chose.
#4 - Le 10 juillet 2011 à 10h58 par Navrant
Minette vous dévoilez la votre vrai visage de conservatisme réactionnaire
Ce n est pas la cgt que vous exécrez mais le droit au syndicalisme .
Et la vous pouvez vous accrocher, vous ne serez plus de ce monde que les syndicats vivront encore pour longtemps . Préparez vos enfants !
#5 - Le 10 juillet 2011 à 15h57 par Cunning linguist, Pornichet
Minette, par pitié, je vous en conjure, relisez-vous !
On ne peut pas comme ça, en plus des lieux communs, aligner des fautes d'orthographe, d'accord, de syntaxe.

Dommage, avec des pseudos comme les nôtres, nous étions faits pour nous entendre

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter