Pornichet Infos

Pornichet : Commerces « Pire qu'à Saint-Nazaire »

Le commerce à Pornichet s'essouffle depuis des années. La campagne électorale qui s'ouvre devrait permettre aux différents candidats d'apporter leurs idées sur un sujet sensible.

À Saint-Nazaire, l'avenue de la République est reconnue comme sinistrée, avec plus de 80 vitrines vides de la gare à la mairie. Les causes souvent évoquées, à part la crise économique est l'installation de la ligne de bus hélYce puis les travaux du Cœur carré. Le ratio commerce fermé/habitant est largement supérieur à Pornichet. Plus d'une vingtaine de boutiques sont fermées du marché à la gare, mais au contraire de la sous-préfecture, de la Baule, de Guérande ou encore de Batz ou du Pouliguen, il y a eu peu de gros travaux en centre-ville. Comme à Saint-Nazaire, les parkings payants ont été installés au cours du dernier mandat, les avis sont très partagés concernant leur efficacité, « pour faire tourner quelles voitures ? Regardez toutes les places disponibles, il n'y a personne ! » observe une commerçante de l'avenue De Gaulle.

Ville inanimée

À part les Renc'Art, les animations sont rares depuis deux ans, sinon celles que tentent bravement quelques associations, au point que pendant les dernières vacances de Noël, dans la ville éclairée plus qu'à l'économie, aux quelques visiteurs qui demandaient « s'il y avaient des animations » les commerçants devaient répondre « non, pas cette années », avec la furieuse envie de dire « l'animation, c'est de chercher les animations... ». « C'est minable », à la Baule même si le Noël est plus ou moins Magique les jours de tempête, « l'avenue de Gaulle au moins, elle est éclairée, ici c'est à tâtons ».
Au marché, la place et les halles sont plus fréquentées mais ailleurs « à part à l'église pour les enterrements, il n'y a pas grande animation, dommage que le cimetière ne soit pas en ville, au moins on verrait passer du monde à pied » grinçait un autre commerçant.

Libres échanges

Le linéaire commercial ? Les quelques commerçants qui sont informés de la mesure de préemption récemment votée sont furieux. « Un bon moyen de faire baisser les prix des fonds».« Les commerces fonctionnent quand il y a des clients, on n'est pas là pour décorer la ville ».
Encourager le commerce de proximité ? « Pff, proximité de quoi ? Vous les voyez, vous, les élus faire leurs courses à Pornichet ? « La petite (boucherie ndlr) Pornichette près du marché, elle a fermé avant même d'avoir obtenu des panneaux pour se faire connaître ! ». Les commerces fermés agacent bien des passants, « c'est pire qu'à Saint-Nazaire ». Et effet, des vitrines douteuses placardées de pancartes « à vendre » découragent les promeneurs, et les possibles acquéreurs, « ça ne marche pas à Pornichet le commerce ? » Disent ceux qui viennent « avec l'idée de s'installer ». Place du marché après un feu, une boutique reste fermée depuis des mois, la façade dévastée, obturée par de mauvaises planches clouées. « On croirait que la guerre est passée ».
En ce qui concerne l'hôtellerie, les autorisations d'installation ont été décidées sans concertation avec la profession, au risque de mettre en péril les entreprises implantées. La nouvelle maison de retraite, construite à distance du centre interdira aux pensionnaires de venir facilement (à pied) en ville.
L'avenue de Mazy reste déserte ; la mairie a eu beau « acheter les Licence IV par paquets de cinq », dit un patron de bar,  « ce n'est pas la solution». « On va être une ville de vieux dit un autre, parodiant les Guignols, souper à 7 h 00, à 8 h 00 les dents dans le verre, et au lit ». La Charte des « dépits de boissons » a laissé des traces.
Pour les autres quartiers, pas mieux, à Sainte-Marguerite les commerçants restent isolés, dans les nouveaux immeubles de Saint-Sébastien, les cellules des rez-de-chaussée seront « réservées » aux commerces... « s'il en vient, et surtout s'il en reste ».
L'office de Tourisme « à qui on ne demande rien d'autre que d'aller chercher du monde » patauge et s'enlise chaque année davantage de déficit en déficit, en faisant « ce qu'il ne sait pas faire », (référence aux concerts), « génial de pouvoir se permettre de perdre 100 000 € en une seule soirée, et de se faire renflouer par la commune  » raille un commerçant qui vient de discuter une facilité de découvert à la banque. La « nouvelle » directrice de l'office de Tourisme , ne visite pas les commerces, n'a provoqué aucune réunion, « on n'a reçu que les appels de cotisations et la demande de pub » se plaint un hébergeur professionnel. Les affiches, contraires pourtant à la règlementation communale fleurissent pendant des mois pour la promotion de la vedette de l'été à l'hippodrome, alors « forcément ça agace » ceux qui « payent pour leur communication extérieure ».
Les entreprises, de la zone du PAPA sur la route de Saint-Nazaire peinent à s'implanter. Pornichet n'a pas su développer son économie dans cette zone qui semble favorable géographiquement. « C'est sympa d'habiter Sainte-Marguerite et de travailler ici», indique un salarié d'une société de services. Oui, si l'entreprise ne décide pas de déménager zone de Brais...autre « zone CARENE » mais en en plein développement.

La municipalité continue de réglementer, fermant par exemple le pourtour du marché dès avril, pour raisons « de sécurité » y compris le mercredi, « pour apprendre aux clients à passer par ailleurs » note une commerçante dépitée. « Il faut faire venir des « enseignes et des commerçants » entend-on. Mais « tant que les élus prendront le problème à l'envers, les rues seront vides, les commerçants viennent et restent quand ils savent trouver des clients pour leurs produits ou services, certains appellent cela « des études de marché », s'amuse un jeune créateur d'entreprise qui n'a pas retenu Pornichet. « Un choix d'image, d'énergie, d'environnement économique, je reçois des clients... Pourtant j'aurais préféré, ça aurait été plus cool pour les gamins, mais avoir un bureau ici, c'est comme aller discuter un gros contrat et arriver en guenilles avec une bagnole pourrie, ça ne donne pas confiance ». Mais l'hippodrome ? Le parc paysager ? La Thalasso des Tourelles ? « Sûrement, mais mes clients, ils ne restent pas dans des boxes ou dans la piscine, ils passent en ville aussi.»

Avenir

Les commerces avaient réussi la conversion vers une ville « habitée à l'année », « on rebascule vers le commerce d'été, et encore... », s'insurge un commerçant du centre ville, « si c'est comme ça, je ferme en octobre et je reviens en mai, non, même pas, en juin ! ». Conclut-il, bougon.

La prochaine équipe municipale devra être très expérimentée en ce qui concerne le tourisme et le commerce. Les adjoints devront parfaitement connaître le tissu de la ville et surtout être capables de fédérer les « acteurs économiques » autour d'actions préparées en concertation, en « corrigeant les maladresses de relations des années passées, et je ne parle pas de politique » indique un artisan « toujours prêt à jouer le jeu » mais qui ajoute « sinon je me barre ! ».

L'attente est forte mais à la veille des élections, les programmes que vont présenter les différents candidats ont-ils des réponses ? Quels seront les adjoints pressentis pour ces postes techniques et très relationnels, comment seront-ils perçus par un groupe très hétérogène qui a souvent du mal à s'engager dans des actions communes ?  Il leur reste quelques réunions pour « vendre » leurs solutions. Les visites des candidats ont commencé, laissant  les commerçants dubitatifs, « on les aura vus au moins une fois, ils viennent nous faire des sourires pour avoir nos voix...», s'amusant de « ceux qui sont déjà venus et de ceux qu'on n'a pas encore vus ». C'est dit comme sur l'air de La famille tortue (jamais on a vu, jamais on ne verra, la famille Tortue courir après les rats).
 

« S'agit pas de mettre des gens à des places pour les récompenser de ci ou de ca, nous faut des compétences. On s'en fout de la politique, ce qu'on veut, c'est bosser ! »  Résume un restaurateur.

D'été seulement, dortoir, ou animée toute l'année, la ville doit choisir son futur, et pas seulement pour son économie.





 

Auteur : LY | 06/02/2014 | 23 commentaires
Article précédent : « Municipales : Nom d'une liste ! »
Article suivant : « La Liste de Christophe Martin "Agissons pour Pornichet" lance sa campagne »

Vos commentaires

#1 - Le 11 février 2014 à 18h59 par Fin
Les commerces fonctionnent dans des zones à forte densité. Les nouvelles règles PLU et les limitation de hauteur vont dans un sens défavorable.
Même un parc paysager excentré (au détriment de l'aménagement d'une promenade aménagée en front de mer) à des effets négatifs.
Quai des Arts aurait été implanté à la place de la station Total, on aurait pu avoir une animation pré et post spectacles.
Les aménagements et les architectures actuelles sont d'une banalité qui sont autant d'occasions manquées pour faire parler, susciter des visites. On profite heureusement des villas audacieuses du siècle dernier.
A Pornichet on ne sait toujours pas si on veut rester un village ou une ville.
En tout cas les candidats actuels ne nous font pas rêver!
#2 - Le 11 février 2014 à 19h09 par Pierre BAREL, Pornichet
Nos élus peuvent se plaindre de la mort des commerces en centre ville et même s'ils rénovent les centre ville, c'est pas ça qui va maintenir les commerces, ce sont les clients qui font vivre les commerces...et nos élus continuent de multiplier les zones commerciales partout ouil y a une rocade, un rond point. Autoriser l'agrandissement d'intermarché pour y vendre de l'électroménager et des télévisions, autoriser le transfert d'une pharmacie centre ville vers l'intermarché, et maintenant autoriser une boulangerie au rond point du carrefour market...c'est ça qui tue lentement et surement le commerce du centre ville.
Pourquoi les gens viendraient en centre ville si oninstalle tous les commerces en périphérie des ville...l'équation est là...la mort des centres ville est programmé et nos élus font tout pour, demain il n'y aura que des vitrines closes et les résidens des centre devront prendre leur voitures pour le pain, le lait...
#3 - Le 11 février 2014 à 19h12 par Arrêtez de vous plaindre ! , Pornichet
Qui a dit que tenir un commerce ou une entreprise était facile ? On compte plus de 3 millions de chomeurs en France. Heureusement, il existe aussi des nouveaux commerces qui marchent bien à Pornichet : La Giraffe, Nina, le bijoutier avenue de Gaulle, La petite cour... C'est la preuve que quand on se donne les moyens, on peut réussir.
Les horodateurs, c'est bien les commerçants qui les ont demandés ? Si ils n'en voulaient pas, il fallait le dire plus tôt, ça aurait couté moins cher ! Cet article partisan ne fait que reprendre des propos de café du commerce. Heureusement que tous les commerçants ne pensent pas comme ça ! Et pour ceux qui ralent, ils n'ont cas proposer des animations et les financer ! Ce n'est pas toujours aux pornichétins de payer ! Et d'abord, existe-t-il une association ? Qui en sont membres ? Que propose-t-elle ?
#4 - Le 12 février 2014 à 00h36 par Resident
On devrait pouvoir faire vivre et le centre et la périphérie.

Le centre est abandonné depuis trop longtemps, comme le dit Mme Gallerneau, " c' est Verdun"

Refaisons du centre un lieu de vie, ou le piéton trouve intérêt á venir flâner et consommer.
#5 - Le 12 février 2014 à 11h21 par Jacqueline
Franchement, on va tous pleurer ! Que le commerce en centre-ville, ce soit difficile, c'est une évidence et une inquiétude que les pouvoirs publics, quels qu'ils soient, ont à aborder. Mais que ce soit à Pornichet ou ailleurs, les commerces de centre-ville en effet souffrent du développement des zones en périphérie ! Merci mais ce constat, tout le monde peut le faire.
Quelle est la réelle valeur ajoutée de cet article avec ce ton si partisan ?
Pour rappel auprès de tout le monde, aucune association de commerçants ne s'est remobilisée depuis plusieurs mois à Pornichet malgré les mains tendues de la commune ; aucune autre dynamique provenant des acteurs éco ??.
Dans un contexte économique en crise, faut pas déconner, est-ce à la Ville et donc aux habitants de toujours mettre la main à la poche et trouver les bonnes idées d'animations pour nos commerces?????? Ils peuvent aussi se bouger non ?
Vous vivez dans quelle époque ? Les bons commerces tournent bien et la qualité de l'accueil y est pour beaucoup. Pornichet regorge d'animations - rappelons le elles ne sont pas gratuites - tout cela a un coût pour les habitants - quand M.Boucard organise ses Rencart's : les commerçants de De Gaulle râlent car cela les gêne, alors faudrait savoir ce qu'ils veulent nos amis ???
Qu'ils se parlent entre eux déjà et fassent des propositions constructives !
Pour info, la compétence économique relève de intercommunalité. Bien sûr, les villes interviennent car cela relève du dynamisme apporté à la commune, mais qu'a proposé la Carène pour les acteurs éco de notre ville ???? Pas grand chose, si ?
La commune organise des voeux pour les acteurs éco, la Ville a ouvert ses pages de magazine pour faire de la pub aux nouveaux commerces et activités, la commune a mis en ligne un annuaire éco sur le site de la commune, la Ville essaie de travailler en arrangeant les tracas des acteurs éco quand elle peut, elle soutient les salons et séminaires à l'hippodrome ; reste des choses à faire certes!
#6 - Le 12 février 2014 à 12h10 par Vérité, Pornichet
Pierre Barel a raison. D'ailleurs Robert Belliot s'était opposé au transfert de la pharmacie avenue de Mazy. L'ARS qui a d'abord été dans ce sens à finalement autorisé le transfert.
La mise en place du linéaire commercial par Robert Belliot permet d'empêcher la disparition lente et progressive du commerce en centre ville et de diversifier l'offre commerciale en évitant l'invasion des guichets de service comme les banques, assurances, agences immobilières au détriment des commerces de proximité. La Mairie est d'ailleurs intervenue pour empêcher que le Bazar du Marché ne devienne une banque ! Il y en a déjà 5 sur la place ! Merci Robert Belliot !
#7 - Le 12 février 2014 à 16h24 par Bertaud
Avant de citer des commerces qui marchent il faudrait se renseigner à par Nina ouille ouille ouille!!!!!!!!!
#8 - Le 12 février 2014 à 17h15 par commercante
je vais me permettre de répondre à quelques remarques. Tout d'abord le déplacement de la pharmacie, le Maire ne peut e aucun cas s'opposer au déplacement d'une pharmacie dans une ville, il a essayer d'intervenir pour la pharmacie de la gare (Intermarché) mais l'ARS et le conseil de l'ordre ont donné raison au pharmacien.
En ce qui concerne les animations des commerçants la ville n'a pas vocation à animer la ville, l'Office de tourisme anime la ville avec plus de 450 animations diverses et variées dans tous les secteurs de Pornichet que voulez vous de plus.Il y avait une Union de Commerçant qui n'a rien fait preuve, certains commerçants ont réclamé le remboursement des cotisations puisque rien ne bougeait.
Un essai a été fait pour Noël deux jeunes commerçantes pleine de bonnes volontés ont essayé d'animer la ville, les pauvres devant beaucoup de mésententes et de jalousie entre commerçants elle ne renouvelleront pas l'opération.
En ce qui concerne les vitrines vides, les 3 listes de gauche qui se disputent feraient mieux de s'unir afin de trouver de vrais solutions.
Nous les commerçants nous serions tous preneurs de nouveaux commerces à Pornichet. Demandez aux propriétaires de baisser les loyers serait une bonne chose.
En ce qui concerne le petit commerce qui a brulé près du marché, vous pouvez faire avancer les assurances si vous le voulez nous serions tous heureux de voir autre chose que petit commerce qui est vrai n'attire pas l'œil.
Vous parlez des places payantes, ce système a été demandé par les commerçants pour éviter les voitures tampons qui étaient les voitures des commerçants stationnées de 8 H à 19 H empêchant les clients d'approcher les commerces.
Alors proposez des vrais solutions nous sommes près à discuter pas se blabla de campagne électoral.
#9 - Le 12 février 2014 à 18h39 par Crabe vert, Pornichet
@ Pierre Barel
Mauvais exemple que celui des boulangeries. On n'en manque pas à Pornichet. Et celles qui font du bon pain et dont le personnel est sympa ont des clients. Facile de savoir si ces conditions sont réunies en regardant la file de clients. Ce n'est pas lié à l'emplacement. Il y a quelques années la queue à l'une des boulangeries de la place du marché allait régulièrement jusqu'à l'angle de l'avenue suivante. J'ai compté plusieurs fois plus de 20 personnes sur le trottoir. Depuis quelques années les rares clients -quand il y en a- tiennent tous dans la boutique.
Quant à la nouvelle boulangerie installée près de Carrefour Market, c'est surtout à ce supermarché qu'elle fait du tort. C'est une boulangerie de relative proximité pour tous les habitants situés entre l'avenue du Baulois et le boulevard de St-Nazaire. Manifestement elle marche bien. Et si j'en crois ce que j'ai lu dans la presse elle emploie 8 personnes.
#10 - Le 12 février 2014 à 23h15 par VT
Je viens à Pornichet régulièrement depuis 20 ans et franchement je ne comprends pas grand chose aux réalisations récentes.
Ou est la cohérence, quelle vision?
Le parc paysager est une énormité financière alors que le front de mer à bien vieilli.

Et puis impossible d'avoir l'agenda des différents spectacles sur le site de l'Office de Tourisme .
C'est quand même grave que cet Office n'ait pas une rubrique récapitulant tous les spectacles, concerts, conférences, musiques de bar etc
Il faut vraiment rajeunir tout ça.
#11 - Le 12 février 2014 à 23h38 par Guillaume , Pornichet
@commercante
Je faisais parti de COM ART et c'est le President de l'ancienne asso des commerçants qui a décider avec son équipe du rembourssement des cotisations et non les adhérents ! Alors arrêtez de dire n'importe quoi !
#12 - Le 13 février 2014 à 11h10 par Pierre BAREL, Pornichet
Crabe vert
Vous comprenez pas qu'une grande partie des clients de cette boulangerie entraient dans la ville auparavant pour leur pain, et voyaient qu'ils y avait des commerces autre dans pornichet...maintenant il diront..."des commerces à Pornichet, je sais pas, je n'y vais plus...."
Voilà comment on tue un centre ville...
#13 - Le 13 février 2014 à 15h15 par lili
Du temps de ma belle famille, j'ai connu St Marguerite avec des commerces qui vivaient de leur travail, un vrai marché les mercredis et samedis.
Il y avait un artisan-boulanger qui bien sûr fabriquait son pain .

Aujourd'hui, nous avons deux dépôts : un dont le pain est fabriqué avenue de Gaulle (heureusement un boulanger pornichétin)et un dont le pain vient de Batz-sur-Mer où Monsieur le maire achète sa baguette.
Lui et "son équipe" s'il lui en RESTE une, devrait se poser la question avant d'aller acheter son pain, si sa vision de Pornichet est celle de zéro commerce pour demain.

Lili, en colère +
#14 - Le 14 février 2014 à 11h05 par Crabe vert, Pornichet
@ Pierre Barel
Ceux qui habitent loin du centre, ou plutôt des centres car à Pornichet il y en a plusieurs, ont fait un choix dicté en grande partie par le marché de l'immobilier. Même si tous les petits commerces pornichétins étaient regroupés dans ces centres je ne pense pas que ceux qui habitent les écarts viendraient y faire souvent leurs courses en raison des difficultés de stationnement. Interdire les commerces de proximité comme la boulangerie que vous citez ne ferait très probablement que favoriser les supermarchés, et pas nécessairement ceux de Pornichet. Aujourd'hui ils font vivre cette boulangerie (Je n'y ai aucune action!). Hier ils n'étaient sans doute pas nombreux à aller dans une autre boulangerie de Pornichet. Il leur était plus facile d'aller dans la galerie marchande de Leclerc ou Géant.
#15 - Le 14 février 2014 à 12h10 par Aides aux vitrines, Pornichet
Sauf erreur, une quinzaine de commerces ont bénéfier d'une aide de la Mairie pour rénover leur vitrine dans le cadre du FISAC. J'en sais quelque chose, j'ai eu plus de 3000 euros d'aide pour ma mise aux normes. Il faudrait reconduire cette aide. Personnellement j'apprécie les horodateurs. Il faut se rappeler ce que c'était avant surtout en période d'affluence. Les clients ne trouvaient pas ou se garer !
#16 - Le 14 février 2014 à 18h47 par blabla
Pour Pierre Barel : vous ne comprenez pas qu'une grande partie des clients de cette boulangerie y vont simplement parce que le pain y est meilleur qu'ailleurs !!! Voilà comment les bons commerçants prennent les parts de marché de ceux qui sont un peu moins bon, qui quand ils se réveilleront feront monter la qualité de tous.
#17 - Le 18 février 2014 à 14h14 par malin, Pornichet
Au sujet de la boulangerie à coté du Carrefour Market, il n'y a qu'une chose à dire : quand le pain est bon, il y a des clients qui viennent l'acheter ... cqfd et c'est pareil pour tous les commerces !
#18 - Le 21 février 2014 à 07h16 par LE BOURBIER
Ce serait bien que la mairie améliore l'accès( coté trottoir), à l'arrière de cette nouvelle boulangerie ,c'est dangereux. On s'aperçoit que la municipalité ne fait rien pour faciliter l'implantation des entreprises, comme la zone PAPA qui ne bouge plus
#19 - Le 21 février 2014 à 10h21 par Rodolphe
PAPA :carène
Accès boulangerie : terrain privė
#20 - Le 21 février 2014 à 16h37 par Crabe vert, Pornichet
Depuis quand est-ce que les trottoirs sont des terrains privés?
#21 - Le 23 février 2014 à 15h12 par toto
je m'appelle toto je suis un odo je voudrais dire un grand merci à Monsieur le Maire pour le superbe terrain de sport synthétique que nous avons c'est mieux de jouer dessus certains copains sont jaloux de nos terrains tant pis pour eux ils peuvent venir habiter Pornichet s'il veulent jouer au foot
bientôt la piste pour courir Merci
#22 - Le 02 mars 2014 à 08h55 par evin, Pornichet
MODERATEUR
#23 - Le 22 mai 2019 à 17h12 par Paul, Pornichet
Je tombe par hasard sur ce viel article.

Pouvez vous me dire si vous avez vu du changement depuis 2014 ?
Pour ma part, habitant sur la commune depuis 3 ans, je dois dire que je trouve qu'on est plutôt bien lotis à Pornichet.

Cordialement.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter