Pornichet Infos

Pornichet Concession de plage : dépôt des dossiers de candidatures

La Ville de Pornichet a fait le choix de reprendre la concession de ses plages. La procédure est en cours, les candidats ont jusqu’au 26 septembre, 12h, pour retourner leur dossier. Objectif : que l’activité économique sur les plages soit préservée et en place dès la saison 2017.

A compter du 1er janvier 2017, la plage sera entièrement gérée par la Ville sans changement pour l’usager. En effet, la Ville a fait le choix de maintenir la diversité de l’offre existante sur ses plages, qui est essentielle à son attractivité touristique : la future concession comprendra le même nombre d’établissements qu’aujourd’hui, avec la même répartition par type d’activités (restauration, club de voile, club de plage).

Après signature du contrat de concession de la plage avec l’Etat, la commune a lancé les procédures d’attribution des sous-traités d’occupation des plages en juillet. 

Les candidats ont jusqu’au 26 septembre, 12h, dernier délai, pour déposer leurs dossiers :

- soit au service affaires juridiques,

- soit sur la plateforme de dématérialisation http://marchespublics.agglo-carene.fr

La Ville reste à disposition des candidats pour tout renseignement au 02 40 11 55 48 ou à l’adresse mail sousconcessionsplages@mairie-pornichet.fr

09/09/2016 | 9 commentaires
Article précédent : « SPL de l’Hippodrome et Office du Tourisme passent sous compétence CARENE »
Article suivant : « Pornichet : Succès du concert et du feu d’artifice du 8 août »

Vos commentaires

#1 - Le 13 septembre 2016 à 09h33 par Lemere
Selon les informations qui circulent , le cahier des charges et les sommes en jeu, il n' y aurait pas foule á vouloir tenter le coup.
Si cela s'avere vrai, l'offre l'été prochain risque de ne pas être á la hauteur. Et une ou des plages mortes risquent de faire fuir le touriste.
Espérons que la tendance se renverse.
#2 - Le 14 septembre 2016 à 12h42 par Hjg
Comme disait coluche: dans les milieux autorisés, on s'autorise à penser que.....blablabla. Pour finir, il terminait par dire si on n'a pas d'information fiable, on ferme ça G....... Je pense que là, on peut le dire....
#3 - Le 14 septembre 2016 à 15h35 par Claire
Il parait-il quasiment acquis que La Signature (le meilleur des restaurants de plage)quitte Pornichet;
Cette loi imposée par les écolos sous l'ère socialiste est une hérésie, incapable de faire la différence entre ville-plage et village-plage, paillotte et établissement sérieux.
Préfets et fonctionnaires énarques nous entrainent une nouvelle fois vers la catastrophe;
Peut-être faut-il faire une ZAD-plage pour être tranquille avec ce gouvernement qui ne sait plus ou il va.
#4 - Le 17 septembre 2016 à 17h06 par geraldine
c'est aussi mon avis .. Claire a entièrement raison - c'est vraiment dommage cette loi complétement débile !!!
caastrophique sur tous les points. mis Où on va .. encore dans le mur les yeux fermés.
#5 - Le 19 septembre 2016 à 10h31 par PB, Pornichet
Claire et Géraldine, un peu de raison s'il vous plait...on demande de limiter les paillottes partout dans nos îles...et sur le continent ont ferait du béton a outrance. Et le problème des assurances...on sait qu'inexorablement le niveau des mers monte...et à chaque tempête des cuisines et des salles à refaire à chaque saison...qui va payer?
Vous au travers des augmentations de tarifs des assurances tant que celles-ci acceptent de les assurer, Vous aux travers des impôts locaux si indemnisations communales ou d'Etat!!! Donc un peu de sérieux...la situation ne pouvait rester dans l'état. Cette loi qui vous gêne a pour finalité de gérer cette situation délicate en évitant de fermer définitivement à terme tous les équipements de plage.
#6 - Le 20 septembre 2016 à 14h23 par Lemere
@PB

Soyons effectivement sérieux, si il y a sur toutes les plages de Pornichet un risque non assurable, cela se saurait, et les Cies ne se gêneraient pas pour ne plus couvrir les risques.
Le réchauffement climatique oui, mais ne le prenz pas comme alibi á une décision qui aurait pu relever des lois existantes et des maires.
On,est pas dans la configuration du Sud!

Mais en France, on est souvent obligé de passer par le caractére général de la loi, et ensuite seulement on doit faire avec les spécificités locales, dommage.
#7 - Le 20 septembre 2016 à 15h20 par vincit omnia veritas !, Pornichet
Claire et Géraldine, loi débile ? PB vous a apporté une réponse que l'on peut aisément entendre mais vous avez le droit de le penser.Mais l'occupation du domaine public n'est plus libre et réglementé depuis la Révolution!
La demande semble-t-il faite par des occupants des plages d'obtenir une reconnaissance de catastrophe naturelle et des indemnisations de l'Etat et des collectivités (pas seulement dans la Baie d'ailleurs) suite aux dernières submersions n'a-t-elle pas "réveillé" des préfets en constatant que les dispositions normalement en vigueur de la Loi Littoral n'étaient pas respectées?
A ce propos, juste un rappel: la loi dite Littoral date de janvier 1986 et a été promulguée par F. Mitterrand et votée sous le gouvernement Fabius remplacé en mars par J. Chirac.
Elle a été modifiée en 2006 (J. Chirac-De Villepin) puis complétée entre autres par 1 décret le 26/5/2006 signé De Villepin, N.Sarkozy...modifié le 22/11/2011 après le "Grenelle de l'Environnement" organisé par N. Sarkozy par un décret signé F.Fillon, V. Pécresse, NKM...
Que les socialistes ou les intégristes de l'écologie ne soient pas toujours à la hauteur des enjeux réels, c'est un constat.
Il est donc parfois intellectuellement un peu réducteur de tout leur attribuer car dans ce cas précis, toutes les sensibilités ont oeuvré!
Quant aux fonctionnaires (énarques ou pas) ils sont là pour appliquer les lois votées par les représentants du Peuple.
Et au niveau local, les élus aussi. La Baule a pris l'option d'appliquer les dispositions en vigueur en "privatisant" la gestion des plages, Pornichet non.
Ce n'est qu'un constat.
La loi peut malheureusement parfois restreindre la liberté individuelle au nom de l'intérêt supérieur.
Mais nous sommes dans un état de Droit et pourvu que cela dure!
#8 - Le 21 septembre 2016 à 10h18 par PB
Merci Paulo pour ces informations précises et objectives. Lemere a oublié effectivement que les indemnités des assurances étaient liées à la déclaration de catastrophe naturelle...et quand la submersion a lieu tous les ans...on ne peut plus parlez de catastrophe naturelle, mais de la nécessité de ne plus occuper le terrain que la mer réclame. D'ailleurs Lemere, les plagistes se plaignaient des augmentations des assurances et plusieurs assureurs pensaient se retirer de ces risques.
#9 - Le 26 septembre 2016 à 16h22 par Gaston, Pornichet
A Paulo et PB..
Certes Xynthia a réveillé les prefets. Mais ce sont surtout les assureurs qui se sont fâchés. De la déclaration de "catastrophe naturelle" les assureurs ont bien été contraints de rembourser.
La pilule leur est restée en travers de la gorge et ils ont mis un ultimatum.... à l'état.
En gros, pourquoi prendre en charge les dégâts de bâtiments illégaux......
Si un délais est laissé aux établissements de la plage de La Baule, ils n'ont plus qu'a serrer les fesses pour qu'ils ne subissent pas de dégâts (voir pire) pendant les tempêtes hivernales......
Le public ne comprendrai pas.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter