Pornichet Infos

Pornichet Ecole Jean Macé : L'association Pour l'Avenir de Pornichet écrit aux élus

L’association PAP qui s’oppose à la fermeture de l’école Jean Macé fait part de ses propositions pour le «  bien être des enfants avant tout. »

Notre Proposition :

Trois au lieu de quatre écoles :

Nous proposons de maintenir trois sites scolaires sur Pornichet : Ramiers (rénové), Macé, Le Pouligou. Et de fermer Gambetta, à regrouper avec le  « nouveau » Ramiers.

En effet les structures de 200 à 250 élèves sont à l’évidence plus favorable au développement individuel.

Conscients, que les coûts de fonctionnement, pourraient être supérieurs à la solution proposée par la mairie-ils seront tout de même inférieurs à ceux d’aujourd’hui des quatre écoles existantes -cet aspect économique ne doit pas sacrifier l'intérêt des enfants.

 Privilégier la circulation douce :

Les élèves, plus proches des sites, passeront moins de temps pour y aller, et mieux pourront s’y rendre par des moyens de déplacements doux (vélos, à pied).

Conséquence , un élève résident Clos Buac et qui  va aujourd’hui sur Macé  mettra plus du double de temps  pour rejoindre les Ramiers : C'est un peu moins pour le sommeil .

 Minimiser les  risques :

Qui vont de paire avec le fait  de mettre plus de voitures dans Pornichet, sur des voies qui n’ont jamais été prévues à cet effet. Et en l’absence de plus d’informations, PAP s’interroge sur les conséquences en termes de circulation et gênes du voisinage sur le quartier bonne source, et sur l’avenir à court terme de Macé si ce dernier devait fermer (risque de squat).

Conclusion

PAP, appelle donc M. Le Maire à "revoir sa copie" ,  à examiner notre proposition, et à y répondre favorablement.

 Qui sommes nous ?

Association citoyenne, destinéé à favoriser la concertation sur la commune de Pornichet 44380.

http://pap44380.over-blog.com/

Pour le bureau : P. Pichon et A. Borentin

02/05/2016 | 9 commentaires
Article précédent : « Pornichet : Une pétition contre les 88 logements prévus sur la zone de l’Ile Pré. »
Article suivant : « Pornichet : Un nom pour le festival de la BD »

Vos commentaires

#1 - Le 04 mai 2016 à 11h57 par Meo, Pornic
Les promesses électorales n'engagent que ceux qui y croient.
Dans le domaine scolaire, que disaient les listes de l'actuel maire et de P. Gallerneau-P. Pichon et A. Borentin?
Pour JC Pelleteur, rien sur les structures scolaires, dans ses 55 propositions.
Pour l'autre liste,aucune proposition concrète sur les écoles du Centre-Ville, à la différence des deux autres listes, qui s'engageaient, sur le regroupement Gambetta-Ramiers.
Manifestement, la problématique et l'avenir de Jean Macé n'étaient pas d'une urgente actualité ou d'une évidence limpide.
Aussi, dans le débat actuel, il serait
utile de raison garder ; on ne peut, à la fois faire fi d'éventuelles économies de gestion, avec un regroupement scolaire sur deux sites, et s'opposer au transfert de Nantes-Atlantique, pour des raisons financières, comme le font le Modem et EELV!
#2 - Le 05 mai 2016 à 12h22 par Le pere
La contre proposition présentée par PAP est pleine de bon sens et reprend en grande partie le projet initié par EMPEREUR en ... 1994
#3 - Le 05 mai 2016 à 15h10 par POLLUX
Bj. Sur le plan financier je pense que le cout de la rénovation de Jean Macé est du même ordre de grandeur que le projet d'extension proposé par la Mairie de l'école du Pouligou . Sinon d'accord avec le contenu de l'article .L'erreur du passé est d'avoir construit le Pouligou et de n'avoir pas fait le rapprochement des Ramiers et Gambetta .Cela aussi pose la question de la pertinence des études démographiques
#4 - Le 07 mai 2016 à 12h19 par nom, Pornichet
Sauf que ce projet a été voté à l'unanimité par le conseil municipal !
#5 - Le 09 mai 2016 à 11h26 par Pascal Pichon
Que ce projet ait été voté à l'unanimité par le conseil municipal, c'est un fait, qu'hélas nous ne pouvons que déplorer.
Même si aujourd'hui, l'opposition s'est rendu compte de son erreur, dont acte.

Tout cela n'exclut pas de reprendre la concertation et le débat. D'envisager, pourquoi pas, que les opposants aient recours à d'autres voies que le seul conseil municipal.

Mais n'anticipons rien, la municipalité n'a pas encore répondu à notre proposition.
#6 - Le 09 mai 2016 à 15h57 par Pierre
Plus personne ne veut voir les impôts augmenter mais personne ne veut en subir les conséquences.
Il est un fait qu'avec les prix de l'immobilier à Pornichet, la faiblesse durable du parc locatif social ou non et sa faible rotation, Pornichet va continuer à perdre de la jeunesse en âge d'aller à l'école élémentaire.
En bonne logique, il faut une école publique et gratuite en centre-ville. Le projet Hippocampe, tant vilipendé par quelques belles âmes comme M. Pichon,prévoyait de constituer un groupe scolaire de centre-ville sur le site des Ramiers, sans finasser avec l'obsolète Foyer des Anciens qui devait s'intégrer dans le nouveau pôle de la vie associative qui devait s'élaborer sur le site Gambetta / Flammarion.
Sur l'est de la commune, il faut un autre groupe scolaire. Au tournant des années 2000, Jean Macé explosait avec des effectifs supérieurs à bien des collèges. Une bonne opération immobilière portée par l'équipe Lambert sur le site de l'ancienne colo de l'équipement a permis de construire un nouveau groupe scolaire (environné d'un accueil périscolaire + CLSH + Cuisine centrale + nouveau quartier). Dès le départ l'idée était de conserver des surfaces pour étendre ce groupe scolaire une fois Jean Macé en fin de vie. Le site de Jean Macé constituant une opportunité de renouvellement urbain et de ressources pour la commune.
Plutôt que de pleurnicher, il faut se battre pour obtenir des surface de cour satisfaisantes peut-être supérieures aux normes restrictives pour satisfaire les habitudes locales.

Enfin pour que les choses soient claires pour le lecteur : Mme Borentin qui a rédigé la pétition de PAP est aussi Pdte de la FCPE Jean Macé et ancienne colistière de Mme Gallerneau.
#7 - Le 09 mai 2016 à 18h47 par ocean
à nom

Arrêtez de véhiculer la propagande pelleteurienne, s'il a été évoqué au moment du débat d'orientation budgétaire le projet de supprimer Jean Macé n'a jamais été soumis au vote du conseil municipal. La délibération à laquelle fait référence l'adjoint à l'urbanisme dans son communiqué de presse concerne un vote pour désigner les représentants à un jury de concours pour l'aménagement de l'ancienne école des Ramiers...
Que Pascal PICHON soit rassuré, sans dogmatisme, l'opposition ou plutôt les oppositions sont toujours en attente des réponses aux nombreuses questions qu'elles ont posées au Maire
#8 - Le 09 mai 2016 à 20h46 par Pascal Pichon
Pierre, de la bouche même de M. Le maire, á cette heure aucun projet sur le site Jean Mace une fois l'ecole fermée. Donc , hélas , pas sûr qu'il y soit réalisé plus tard les logements sociaux qui font encore défaut sur notre commune pour y accueillir plus de jeunes.

Et c' est bien lá le paradoxe du projet, car si demain on devait faire du logement sur l'ilôt Mace, ou iraient les enfants de ces memes logements?

Sans compter, que dans les chiffres annoncés, toujours de la même source, le coût de destruction de Macé, n' a pas été pris en compte.

Nous ne souhaitons , dans l' intérêt de tous, que tout soit bien pris en compte. Il nous paraît plus que normal que les administrés se posent des questions, et qu'ils aient des réponses. Ce qui peut paraitre évident á ceux qui possédent le dossier, ne l'est pas de facto pour tout le monde. Aux premiers de faire les efforts, ils ne sont pas infaillibles, ont le droit á l'erreur, et á celui de changer d'avis.
#9 - Le 11 mai 2016 à 12h53 par Pierre
#8 Pas de fausse naïveté SVP. La mairie ne va pas laisser une friche et avec le camping du Bugeau à côté, il y a moyen de réfléchir à un aménagement cohérent avec notamment une voie reliant l'avenue du Gris à l'avenue des Loriettes. De bons urbanistes devraient trouver des choses intéressantes à faire.
Pour le reste, la démographie scolaire n'est pas une science exacte, elle doit s'appréhender en flux et non en stock. Les projections en la matière sont toujours délicates car multifactorielles (prix de l'immobilier, dynamique démographique, parc locatif et vitesse de rotation de celui-ci, dispositifs fiscaux...). Pour mémoire, le pic de la démographie scolaire du 1er degré au début des années 2000 n'est pas lié à de nouveaux lotissements à l'époque (Ile Pré, Virée des Landes n'étaient pas encore livrés) mais à un processus massif de revente de maisons au Moulin d'Argent à de jeunes couples avec de jeunes enfants.
Gouverner c'est prévoir. Il faut donc rationaliser les dépenses et conserver des surfaces pour s'adapter à toute éventualité.
C'est pour cette raison que du côté des Ramiers, il faudrait une école sur 2 niveaux afin de conserver de l'espace au sol pour les cours et une possible extension.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter