Pornichet Infos

Pornichet : La ville réagit sur le dépôt d’un préavis de grève de la CGT 

La Ville de Pornichet ne peut que regretter l’appel à la grève des représentants de la CGT, portant à la fois sur le nouveau régime indemnitaire et sur le temps de travail.

"- D’une part, parce que la réforme du régime indemnitaire n’est pas une décision locale, mais bien une mesure nationale, imposée par l’Etat, qui vise à simplifier le paysage indemnitaire et à valoriser l'exercice des fonctions. 

En outre, à cette occasion, suite aux différentes négociations avec ses partenaires sociaux, la Ville a tenu à revaloriser le régime indemnitaire de tous les agents à hauteur de 10€ bruts mensuels au 1er avril 2017 et à donner un coup de pouce aux salaires les plus bas avec une nouvelle revalorisation de 10€ bruts mensuels au 1er septembre 2017; tout en tenant compte des capacités budgétaires de la Ville,

- D’autre part parce qu’il était urgent et nécessaire de proposer une évolution de l’organisation du temps de travail des agents, datant de 2000, afin qu’il s’approche le plus possible de celui pratiqué dans la plupart des collectivités.

 Encore une fois, la Ville de Pornichet a souhaité instaurer un dialogue serein et constructif avec ses partenaires sociaux. Ainsi, pas moins de 8 réunions ont été organisées depuis près d'un an sur notamment ces deux sujets.

Enfin, la municipalité redoute que cette action syndicale jette à nouveau le discrédit sur tous ses agents, alors qu'elle sait qu’elle peut compter sur un personnel de qualité et investi au service des Pornichétins."

09/02/2017 | 5 commentaires
Article précédent : « Pornichet : le recours de Robert Belliot rejeté »
Article suivant : « Mairie de Pornichet : Un préavis de grève des Fonctionnaires Territoriaux »

Vos commentaires

#1 - Le 09 février 2017 à 18h19 par L'écho, Pornichet
Toujours la même chose, c’est ceux qui en ont plein les poches qui demandent aux petits de se serrer la ceinture. En ce moment, il est plutôt mal venu le discours comme les propositions de M. Sèhier. Bien loti, bien logé, (et on ne sait pas, pourquoi pas nourri blanchi ?), bien mal placé pour parler. A vous de vous débrouiller M. le maire: La patate chaude il vous la refile. Annulez ou temporisez ! Donnez le dossier à quelqu’un d’autre en attendant de voir ce qui se passe à côté. Ce serait plus prudent. Surtout avec ces événements.
#2 - Le 09 février 2017 à 21h20 par Chenu, Pornichet
On ne peut plus aborder les chefs de services. Intouchables, ingérables, des habitudes, des privilèges qui durent... La faute à qui ? Depuis 2008 c’est comme ça. Des DGS on en a vu passer. Certains, on sait pourquoi ils ne sont pas restés. Souvent ou bien pareillement ils dédaignent même piétinent les savoirs et l’histoire. Ils s’en fichent et contrefichent tant qu’on leur laisse les pleins pouvoirs. Cette fois encore la situation se reproduit. Dans le recrutement de nos jours les qualités humaines restent loin, en arrière plan, c’est d’abord le diplôme dont on se flatte et puis qu’on vend. On prend le siège, on scrute on guette et on attend, ensuite vient le chacun pour soi et les restes pour les autres. N’est-ce pas là le principe de base des carriéristes. Sincèrement ça suffit, on en à marre de ces méthodes contraire aux réalités de terrain, ce n’est pas parce qu’elles sont répandues qu’elles doivent continuer. Là ce sont les agents, bientôt pour d’autres causes ce sera la population. Il est temps d’envoyer un autre signe. Personne n’est dupe l’article comme le service est sous la coupe de qui ? Grotesque erreur de communication (on ne peut être juge et partie). Que ces gens, celui qui se croit maître du jeu, mais tout au plus attise le feu, apprennent que « On ne s’impose pas à Pornichet, on y fait sa place ou pas » tout simplement.
#3 - Le 09 février 2017 à 21h46 par Placide, Pornichet
Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ! Les petits ronds de cuir à la lanterne ! Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira, les bureaucrates ont les aura !
V’la ti pas que l’gars Luc-Olivier a entrepris de nous asticoter. C’est un collègue qui aime bien taper sur les siens, pour se différencier, tout au moins.
Qui aime bien châtie bien dit le dicton, mais là il y a fort à parier qu’il nous prend pour des c..s (cherchez la rime).
Bon c’est vrai, Les Chevaliers du Fiel nous ont pas aidés, mais lui il a rien pigé. Il a qu’a sortir de son bureau ça va lui changer de ses feuilles de prendre le râteau. Avec ce qu’il veut faire gober au maire, il pourrait bien s’en prendre un… de râteau. S’il sait pas par quel bout le prendre(le râteau) on va lui expliquer (pas le maire). Mais ? C’est lui qui commande ? Tout le monde se demande !!! Déjà qu’avant c’était pas terrible, avec ses façons de faire, ce DGS là va fiche le service public en l’air. Travaillez prenez de la peine c’est le fond qui manque le moins disait le laboureur à ses enfants. Lui (L.O) il sait de quoi il parle sans fond, car des fonds il en a, il en manque point.
Ses leçons à deux balles il ira les donner ailleurs il verra s’il trouvera des pigeons meilleurs !
« Homme sans cœur ne connaît pas le chagrin* » ça y est ça me reprend je retombe dans les sentiments.
* en argot travail se dit chagrin.

L.O. hello je men vais au boulot ! Hello L.O. j’en ai marre de tes mots ! L.O. hello on rentre du boulot !
#4 - Le 10 février 2017 à 12h40 par Loula
Les époques changes..... Il faut vivre avec son temps, et donc adapter le fonctionnement des fonctionnaires y compris à Pornichet...actuellement, il y a un ras le bol des partis politiques histoiriques qui nous racontent la même histoire depuis 30 ans, mais il ne faut pas oublier que les syndicats historiques comme le PS-LR font parti de cette même histoire.... On a de la chance d'avoir un maire sans étiquette, à quand des syndicats sans étiquettes.... Pour construire notre ville de demain avec les aléas d'aujourd'hui.... Oui, il faut des réformes et adapter les contrats des fonctionnaires afin d'éviter de confronter encore plus le Public-Prive dans l'avenir.....
#5 - Le 14 février 2017 à 20h14 par Dealer fleur de sel, 44380
Qu'ils fassent grève, on s'en fout!

Les citoyens ne verront pas la différence.

Pauvre municipalité en perdition.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter