Pornichet Infos

Premiers rayons de soleil sur les Renc'arts

Les spectateurs des Renc'arts, touristes comme locaux se sont donné rendez-vous mardi soir afin de profiter de la météo devant des spectacles d'arts de rue. Comme souvent pour ce rendez-vous estival, le burlesque et la poésie étaient présents dans toutes les représentations.
Photo Renc'arts
Photo Renc'arts

« Les marionnettes, ça fait grandir les enfants, mais ça fait aussi rajeunir les vieillards ».C'est sur ces paroles que se clôturait  Et ta sœur ! , la performance de la troupe des Royales Marionnettes. Gentiment burlesque, entre univers enfantin et références au monde des adultes (des allusions au paysage politique français !), la troupe a entraîné le public sur les traces de Petit Louis et Marguerite, marionnettes, mais surtout frère et sœur, en prise avec le Diable lui-même.
La mise en scène, les déguisements et les invitations à la participation du public ont visiblement fait mouche auprès des enfants aussi bien qu'auprès de leurs parents qui semblaient aussi pris par le récit des tribulations des deux enfants. En moins d'une heure, la représentation a convoqué les rires et l'émerveillement des spectateurs qui repartirent vers d'autres spectacles le sourire aux lèvres.
 

Aristobulle

Photo Renc'arts
Photo Renc'arts

Pour ceux repartis en direction de la gare de Pornichet, l'arrêt était inévitable devant la chapelle Notre-Dame-des-Dunes. Là, Aristobulle présentait  24 heures plus tôt, mélange détonnant de théâtre et de magie de cabaret. Sur scène jouait un binôme, composé d'un magicien, et, dans le rôle de « l'assistante », Robert. Et quel personnage ce Robert ! Cheveux gras, lunettes à la monture épaisse et accoutrement dépareillé, il semblait être un hommage direct aux personnages des saynettes des Deschiens. Visiblement peu vif, il était le ressort comique de la représentation,  enchaînant les gags et les maladresses ; provoquant le rire sans retenue des enfants présents. Du côté de la magie, les tours, recourant au public, ont intéressé et fait sourire, mais n'ont pas non plus provoqué l'engouement.
Il faut néanmoins blâmer la mauvaise acoustique de la scène, ne permettant pas à tous de profiter pleinement des dialogues du duo. Ceci est d'autant plus dommageable que la foule était compacte face à la chapelle.
 

Filophile

Photo Renc'arts
Photo Renc'arts

Si une représentation a fait l'unanimité aux yeux des curieux, c’était celle de la Compagnie Filophile. Cette dernière a assuré deux séances dans la soirée. À deux reprises, les spectateurs se sont massés sur la petite scène du rond-point du dauphin. Dans un décor quasi inexistant et sans une parole, les deux artistes ont donné une image sublime de ce qu'est l'art de rue, à l'aide de simples diabolos. Les phases techniques n'ont suscité que le silence admiratif des enfants, quand les adultes ne pouvaient, eux, retenir leurs exclamations. Les rires étaient eux aussi au rendez-vous, à l'occasion de certaines mimiques, de certains moments de la scénographie ou encore de la vantardise feinte d'un des artistes.
Devant l'admiration du public et du fait de certains ratés mineurs, le duo a même livré une « figure bonus » au public ravi.
 

Auteur : GS | 25/07/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Musique, pique-nique et pluie au Petit bois derrière chez moi »
Article suivant : « Pornizhan ar fest »

Vos commentaires

#1 - Le 25 juillet 2012 à 18h59 par J.B, Pornichet
....une bouffée d'air frais !!!, après des semaines de morosité, et de météo catastrophique Merci Gérard Boucard et les Rencarts de nous apporter un peu de soleil et de chaleur . On pourrait mémé dire, merci robert Belliot d'avoir permis cette embellie. Une fois n'est aps coutume....

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter