Pornichet Infos

Robert Belliot : « Ce sont les Pornichétins qui décident ! »

2012 débute sous de bons auspices pour Robert Belliot. Les cérémonies de vœux s’enchaînent dans la Presqu’île guérandaise et ses collègues maires de droite ne cessent de lui réitérer leur soutien pour le retour de Pornichet au sein de Cap Atlantique. L’occasion pour Média-web d’aller à sa rencontre pour faire le point sur ce sujet et évoquer sans détour le contexte politique tendu qui règne dans la cité balnéaire.

On ne peut pas dire que Robert Belliot ait beaucoup d’estime pour pornichet-infos, et il ne s’en cache d’ailleurs pas. Comme nombre d’élus locaux, le maire de Pornichet semble désorienté et contrarié par l’expression démocratique et anonyme. Le fait que le créateur de cette société soit Pornichétin ne semble rien arranger. Aussi, lorsqu’à l’issue de la cérémonie des vœux organisée ce lundi à Guérande par le député-maire, Christophe Priou, nous lui avons proposé de réagir aux propos tenus sur scène et de répondre à nos questions, l’homme public a un peu hésité. Mais en pareille circonstance et puisque ce début d’année est porteur de bonnes nouvelles, Robert Belliot ne s’est pas défilé et n’a éludé aucune question. Les lecteurs de pornichet-infos apprécieront l’effort, entre franchise, discours politique et diplomatie de bon aloi.

À propos de votre volonté de quitter la CARENE pour rejoindre Cap Atlantique, Yves Métaireau vient de déclarer : « Je salue l’initiative prise par Robert Belliot d’organiser un référendum, c’est très courageux ». Cela doit vous faire plaisir ?

Je suis très heureux qu’il ait dit ça. Cela me conforte, tout comme les encouragements de Christophe Priou et d’autres maires ces dernières semaines. Le référendum d’initiative locale, c’est une démarche participative et c’est d’ailleurs la Gauche et Jospin qui en ont été à l’origine. Je voudrais démontrer que ce n’est pas une question de partis politiques, mais une question citoyenne. Lorsque la municipalité conduite par Monsieur Lambert a décidé de quitter Cap Atlantique, la population n’a pas été consultée. C’était une décision purement politique.

Vous comprenez l’attitude de votre opposition municipale ?

Pas du tout lorsqu’elle appelle au boycott ou ne se place pas sur le terrain du débat. Mais oui, finalement je la comprends. C’est logique puisqu’elle n’a pas demandé son avis au Pornichétins il y a neuf ans, pourquoi voulez-vous que ce soit différent aujourd’hui ? En tout cas, ils sont constants.

L’un des arguments qui vous est opposé porte sur le coût élevé de ce transfert, qu’en est-il ?

Ce n’est pas une question d’argent ! Yves Métaireau l’a bien dit. C’est certain, ce ne sera pas simple et cela engendrera quelques dépenses imprévues pour Cap Atlantique, mais elles seront compensées. J’affirme que c’est du gagnant-gagnant et que cela ne changera rien sur les feuilles d’impôts des Pornichétins et des habitants de Cap Atlantique.

Le soutien d’Yves Métaireau, président de Cap Atlantique, est total à votre cause et il met la pression sur la CARENE. Je le cite : « Cette commune voisine avait toute sa place parmi nous il y a neuf ans. Si le résultat du référendum est positif, je ne vois pas comment nos collègues élus de la CARENE et de Saint-Nazaire pourront refuser à Cap Atlantique le droit de l’accueillir à nouveau ! »

C’est qu’il y a une réelle volonté de le faire. D’abord, c’est l’avis de la population qui m’intéresse. Ce sont les Pornichétins qui décident ! Si on n’échange pas avec les gens, que l’on ne débat pas, alors on ne peut rien faire. Ensuite, il faut observer les deux structures intercommunales. À Cap Atlantique, il y a un équilibre et une bonne répartition des postes et des responsabilités entre toutes les communes, petites et grandes. À la CARENE, Saint-Nazaire exerce une position hégémonique et qui écrase tout, il suffit de regarder les postes de vice-présidence. Cap Atlantique, c’est aussi le territoire naturel de Pornichet, le quitter était une erreur.

Vous dites que sur ce sujet, le clivage ne devrait pas être politique. Pourtant, la Gauche Pornichétine est vent debout contre vous, et le climat est délétère depuis votre élection…

Je n’ai rien à perdre avec ce référendum. Par contre, mes autres résultats électoraux parlent pour moi. J’ai gagné la mairie avec plus de 60% des voix, j’ai fait un excellent score aux cantonales. Ce qui a perdu Monsieur Lambert, c’est qu’il ne pensait qu’à lui. Au cours de ce municipe, ce sont les Pornichétins avant Belliot ! La Gauche n’a pas digéré sa défaite, elle a perdu son bébé et refuse que d’autres s’en occupent.

On vous décrit parfois comme un homme caractériel, voire un diviseur au sein même de votre propre camp, le ressentez-vous ?

C’est quelque chose qui me surprend ! On ne peut pas tout accepter sous prétexte qu’on vous l’impose et la vie politique nécessite un peu de caractère. Mais je ne suis certainement pas caractériel ! J’ai une ligne de vie et j’essaie de la respecter. Je veux être à l’image de ce que j’ai fait pendant ma vie professionnelle, je ne suis pas parti de grand-chose et j’ai finalement eu des postes à grandes responsabilités comme directeur des ressources humaines d’une grande entreprise. Les conflits étaient rares et j’ai toujours su gagner le respect des syndicats. À la mairie, j’embauche de nombreux jeunes pour des responsabilités et ils sont parfois surpris de l’image que l’on donne de moi. Maintenant, quand on veut démolir une personne, on peut faire croire aux gens n’importe quoi.

Et diviseur ?

Aux cantonales, je me suis battu pour mes idées, ce n’était pas la même vision que mon adversaire de droite.

Vous auriez déclaré le conseiller général, Gatien Meunier, « persona non grata » à Pornichet. Est-ce vrai ?

Pas comme ça et pas publiquement ! Je n’oublie pas et ne pardonne pas ce qui a été dit pendant la campagne. Pour le reste, c’est vrai, il vaut mieux que nous nous évitions. Pas la peine non plus de faire de la provocation comme il vient de le faire en se plaçant à côté de moi pour qu’une de vos collègues de la presse écrite puisse prendre une photo.

Ne craignez-vous pas qu’avec un pareil contexte, même vos réussites telle que semble l’être l’hippodrome par exemple, ne vous soient finalement pas créditées ?

Ça, ils trouveront toujours quelque chose ! Nous avons la reconnaissance des usagers et des exploitants, c’est important. Je voudrais dire que nous connaissons nos dossiers et que nous savons ce qui est du domaine de possible ou non, comme c’est le cas pour le port en ce moment.

Une bonne année 2012 pour vous ?


Ça s’annonce bien.

 

Auteur : YD | 10/01/2012 | 39 commentaires
Article précédent : « Robert Belliot veut rejoindre "ses nouveaux amis" à Cap Atlantique »
Article suivant : « Référendum par mandat »

Vos commentaires

#1 - Le 10 janvier 2012 à 18h51 par Perrot Christine, Pornichet
Soyons précis sur cette question, monsieur Belliot ne fait pas un référendum, il a vite changé le mot, il fait une consultation. Cela n'est pas du tout pareil. C'est encore une contre vérité de sa part. Un référendum obéit à un encadrement légal, notamment sur le plan de la communication. Ce que monsieur Belliot a fui vite fait, car il ne voulait pas se voir imposé un débat comparatif avec une étude sérieuse sur les avantages et inconvénients de cette consultation. Courageux mais pas téméraire; la démocratie dont se targue Monsieur Belliot est un simulacre. Il balaie tout débat, toute possibilité d'informer ses électeurs, pas terrible pour la transparence. Deuxième tromperie, il se vantait en 2008 de se consacrer à Pornichet et le voilà qui court après les régionales puis les cantonales, ah que voilà un homme de parole.Il adore Pornichet mais cela ne lui suffit pas; son amour de la démocratie ne va pas non plus jusqu'à respecter le vote des électeurs concernant Monsieur Meunier qui est persona non grata à Pornichet et il le reconnait, trop drôle, fief sans partage de Monsieur Belliot . Ce n'est plus de l'amour pour la démocratie, c'est de la rage. Et la dette faramineuse de Pornichet reconnu_ au dernier CM c'est"qui qui" va la payer? Car le seul bilan notable de Monsieur Belliot, c'est quoi? Un hippodrome déjà prévu avant et que tout maire aurait fait. Est -ce pour cacher ce vide que l'on affiche un changement de communauté d'agglomération? Un maire, c'est une personne qui doit rassembler et non diviser, si monsieur Belliot avait eu de la hauteur de vue, il aurait oeuvré à réunir les deux communautés: Carene et Cap atlantique.Ce sont ces gens là qui laissent des traces positives dans l'histoire. Je suis triste pour Pornichet.
#2 - Le 10 janvier 2012 à 22h18 par jean michel
Cette démarche de consultation des habitants fait honneur au monde politique !
#3 - Le 10 janvier 2012 à 23h02 par L'Aquarium
Alors que l'élection présidentielle est de plus en plus proche, nos responsables politiques, députés et sénateurs en tête, se trouvent assez dépourvus d'arguments pour exister.
Alors que leur oxygène se faire rare, les gros poissons viennent respirer à la surface. Et en agitant leurs nageoires, ils remuent l'eau pour montrer qu'ils sont encore là.
Mais, Oh, divine surprise, quelqu'un est venu pour leur soupoudrer un peu d'aliment, le départ de Pornichet de la Carene. Oh, Belliot Notre Sauveur!
Nous savons enfin pourquoi nous tournons en rond dans l'aquarium.
Enfin, une chose qui ne sert à rien, mais qui nous permettra de créer l'agitation devant les yeux émerveillés de ceux qui nous regardent nous ébattre dans l'eau un peu terne de notre bassin.
Heureusement que nous paraissons plus gros à traver les vitres de l'aquarium car en fait, nous sommes petits, sans trop d'envergure mais rapides à nous battre pour rien !
Il est curieux d'assister maintenant au ralliement des élus à la proposition inconséquente de Belliot. A moins que cela leur permette, chacun, d'étaler leur bilan avant des échéances qui leur permettront d'avoir leur couvert et leur serviette à la cantine des parlementaires.
Pauvres pornichétins, voyez combien votre sort pèse de peu de poids dans cette affaire.
#4 - Le 10 janvier 2012 à 23h57 par houf
Et la morale dans tout cela?
Relisez tous les articles precedants, tout est dit, démontré.
#5 - Le 11 janvier 2012 à 00h26 par Lemerre
Il suffit de lire attentivement les reponses de M.Belliot pour sans cesse y deviner sa seule position de communicateur.
Dans la conclusion de son introduction, le journaliste oublie langue de bois.

Et qui sait lire, y retrouvera les traits principaux de M. Belliot, un brin de rancune, un desir d'etre en permanence en campagne electorale.
Un manque de patience evident,
a tel point qu'il n'a pu attendre 2014, pour faire retourner les Pornichetins aux urnes.
Un ego, a la limite du supportable, double d'une fausse modestie sur son parcours professionnel.

Longtemps sur ce blog, nous sommes plusieurs et a plusieurs reprises souhaites que vienne vite 2014.
A croire que nous ayons ete ecoutes , alors vivement le 5/02.
#6 - Le 11 janvier 2012 à 01h31 par Perrot Christine, Pornichet
Pour faire honneur au monde politique, il faut donner toutes les informations aux gens, cela s'appelle respecter les gens , respecter leur intelligence. Donneriez vous votre voix à n'importe qui sur un problème que vous ne maîtrisez absolument pas? Il n'y a aucun sujet tabou. Mais je me refuse à voter les yeux bandés. La vraie consultation a un sens si et seulement si elle ne dissimule rien. Autrement, il s'agit d'une manœuvre politicienne. Votez, vous verrez bien après, vraiment pitoyable. Mais où sont les valeurs républicaines?
#7 - Le 11 janvier 2012 à 09h28 par Ecoeuré, Pornichet
Se prononcer face à un tel simulacre ! De qui se moque t-on ? On nous prend pour des idiots ou pour des illétrés ?
Tout cela pu tellement l'arrogance, qui serait dupe ?
Alors que nous sommes en pleine période de crise politique, économique et social, on continue à jouer aux billes dans la cour de récré et à batailler pour garder sa position de chéfaillon ; c'est d'une médiocrité consternante.
Le pire c'est de voir que maintenant les élus de CAP se joignent à cette mascarade ?
Particulièrement M. PRIOU, j'aimerais bien qu'il m'explique pourquoi il y a environ trois semaines, il soutenait à fond M. BELLIOT, dans la Presqu'Ile de la semaine dernière, il était beaucoup plus "circonspect" pour ne pas dire qu'il reculait complètement et, maintenant dans l'ambiance festive des voeux "pots à la santé du petit peuple", voilà qu'il décide à nouveau de rejoindre la bande !
Est-ce qu'ils prennent le temps de se regarder et de se mettre à la place des administrés qui les observe ? Hum, quand ils vont se réveiller, cela risque de leur faire tout drôle comme on dit.
#8 - Le 11 janvier 2012 à 18h49 par perspicace, Pornichet
Quelle mascarade ce référendum (enfin non comme dit M. BELLIOT, ce n'est pas un référendum c'est une consultation participative !!! ) On nous prend pour des imbéciles ! Son but inavoué c'est de vérifier si ses électeurs lui font toujours confiance et s'il "risque" de gagner les élections en 2014 ... Comme si dans le contexte actuel c'était le plus important de savoir si l'on quitte la CARENE pour rejoindre CAP aTLANTIQUE. Les choses ne seraient pas si mal à la CARENE si M. BELLIOT était un peu plus conciliant, un peu plus ouvert et un peu plus participatif et efficace ...
La preuve, à CAP Atlantique des commune de droite cohabitent avec des communes de gauche et cela fonctionne bien pour elles. Pourquoi , la chose n'est - elle pas possible avec la CARENNE. Tout simplement parce que M. BELLIOT n'a jamais joué franc jeu. La preuve, en conseil communautaire il vote pour l'affectation de crédits exédentaires sur une dotation attribuée à la Commune pour l'imputer à une autre commune et, après il crie au scandale que la CARENNE lui aurait "piqué ses dotations" ! Et il y a d'autres absurdités de ce genre. Il faut réflèchir quand on vote et quand on a pris une option, la moindre des choses est de la respecter et de ne pas reprocher ses propres fautes aux autres !!!
C'est quoi de la mauvaise volonté, du sectarisme ou de l'incompétence ???
#9 - Le 11 janvier 2012 à 21h56 par lafoisse, Pornichet
Par équité, je n’ai pas voulu lire les commentaires laissés sur ce site concernant la consultation pilotée par Mr Belliot. La manœuvre ne me surprend pas : elle est à la mesure de ce petit bonhomme qui pourtant, se prend pour un fin politicien.
L’élection de Lambert fut un accident dans cette ville de réactionnaires et de bourgeois arrivistes.
L’adhésion à la CARENE est la cause directe de cet accident et la conséquence d’une volonté politique et idéologique. Il est vrai que l’on voyait mieux Pornichet à Cap Atlantique, réserve de la droite Sarkozyste comme la CARENE est une chasse gardée du PS, je n’ai pas dit de la gauche.
Toujours est-il que les communautés de communes qui ne devraient être que des organismes créés pour mutualiser les moyens et réaliser des économies d’échelles, ne sont, en fait, que des « mafias » occupées à faire du business et de la politique politicienne, plus que d’œuvrer pour le bien des administrés.
Maintenant, Pornichet doit il aller vers Cap Atlantique en faisant fi de toutes les dépenses engagées et supportées par les contribuables au sein de la CARENE pour harmoniser les systèmes ?
Les esprits faibles qui ont signé la pétition ont-ils pris le temps de réfléchir, aveuglés par leur esprit partisan ? Je ne pense pas. Tout cela pour satisfaire un maire mû par une futile ambition personnelle.
Pauvre ville, pauvre France encore aux mains pour combien de temps de petits hommes avides de puissance et d’argent.
#10 - Le 12 janvier 2012 à 09h28 par ANONYME, Pornichet
Je suis et nous sommes plusieurs pour ne pas dire nombreux, complètement d'accord avec ce qui est dit dans ces commentaires, à l'exeception de celui de Jean-Michel qui reste fan jusqu'au bout et cela le regarde ...
Tout ce qui se passe dans cette mairie est écoeurant et la lave qui s'en écoule encore plus !!!
#11 - Le 12 janvier 2012 à 11h13 par Béat.
Métaireau qui qualifie de "courageux" l'initiative de R Belliot est sidérante quand on sait comment il a été sali et conspué pendant et à la suite des cantonales.
En tout cas ce n'est pas de courage que les Métaireau et les Priou ont su faire preuve pour dénoncer les trahisons de Belliot,l'ostracisme subi par G Meunier...

On peut aussi imaginer qu'ils préfèrent laisser en place à Pornichet un médiocre qui ne les inquiétera pas lors des prochains scrutins locaux.

L'image des hommes politiques n'en sort pas grandie, on se tape dessus, on s'invective, on s'allie et on recommence le grand cirque en oubliant les valeurs de la république.
#12 - Le 12 janvier 2012 à 11h18 par Perrot Christine, Pornichet
Un seul exemple de la compétence et du courage politique de monsieur Belliot. Au conseil communautaire de la Carene où monsieur Batteux annonçait avec malice qu'il autorisait Pornichet à quitter la CARENE, à la condition de faire faire une étude chiffrée , monsieur Belliot et ses adjoints présents ont approuvé à l'UNANIMITE une décision de la CARENE sanctionnant financièrement les communes ne remplissant pas leur obligation de logement social. Monsieur Belliot et consorts ont approuvé dans le silence le plus total, une décision leur tapant sur les doigts, ah quels héros! Un élu de la majorité à Pornichet peut-il avoir une opinion différente de Monsieur Belliot?Un vent de liberté flotte sur Pornichet.
#13 - Le 12 janvier 2012 à 18h31 par marcel
Bonjour,
le commentaire de kirikou est parfaitement représentatif du niveau de désinformation pratiqué par les intervenants anti Belliot dans ce débat.
Le conseil communautaire dont il est question est celui du 13 septembre 2011.
http://www.agglo-carene.fr/adminsite/objetspartages/liste_fichiergw.jsp?OBJET=DOCUMENT&CODE=1315839013258&LANGUE=0

Il faut savoir que prélèvement fiscal infligé PAR L'ETAT (et non par la Carène)aux communes qui ne respectent pas la loi SRU (Pornichet et Donges)est versé à la Carène.
Cette délibération fixe le mode et les conditions de RESTITUTION par la Carène d'une partie des sommes qui ont été prélevées à ces communes quand elles font des cessions, travaux et autres actions entrant dans le domaine du logement social.
C'est donc tout l'inverse de ce qu'annonce kirikou. Nos conseillers ont voté le moyen de récupérer les sous. Le conseil municipal ayant un peu plus tard voté à Pornichet l'attribution d'un terrain à un bailleur social, la moins-value entrera sans doute dans cette disposition.

Le sectarisme n'est pas où les, quelques intervenants de l'acabit de kirikou le laissent entendre.
Néanmoins cette agitation malsaine démontre que ces quelques opposants de principe sont aussi bêtes que dépités. Tant mieux.
#14 - Le 12 janvier 2012 à 21h06 par kif-kif, Pornichet
Et oui qu'ils sont beaux nos hommes politiques !!! Pornichet est depuis longtemps déjà en dessous de tout, mais voir que R.B entraine les autres maires dans sa descente aux enfers est vraiment incroyable. Enfin, j'imagine que c'est stratégique de la part des élus de la Presqu'Ile Guérandaise, ils ne peuvent quand même pas se laisser bluffer par notre bon maire ? Non, probablement qu'il y a longtemps qu'il ne fait plus illusiion auprès de tous ces homologues, mais c'est peut-être une manière de mieux de contrôler que de l'accepter dans son camp !?
#15 - Le 12 janvier 2012 à 22h13 par jean michel
Auriez-vous peur de la voix du peuple chers concitoyens ?
#16 - Le 12 janvier 2012 à 22h20 par héric pdl, Pornichet
Pour "CAP ATLANTIQUE" le pourcentage des logements sociaux est de 30 pour cent des constructions aujourd'hui.Le maire de PORNICHET à du mourond à ce faire,pour pouvoir faire le dur face à"Monsieur PRIOU,lors de son ratachement à CAP ATLANTIQUE.
#17 - Le 12 janvier 2012 à 22h35 par héric pdl, Pornichet
Aprés certaines discutions avec des personnes du CG et politiques la ville de PORNICHET est gérée au jour le jour,et pour une population de 1000 habitant.
#18 - Le 13 janvier 2012 à 16h35 par Assez
Je vous cite "Comme nombre d’élus locaux, le maire de Pornichet semble désorienté et contrarié par l’expression démocratique et anonyme."

Sujet de fin d'études pour une école de journalisme : l'expression démocratique peut-elle être anonyme hors des conditions d'une dictature ?

Corollaire : avez-vous compris quelque chose à la démocratie ?
#19 - Le 14 janvier 2012 à 05h34 par Yoann Daniel, Le Croisic
A Assez,
Vous l'aurez compris, mon propos et le sujet évoqué avec Robert Belliot visait les commentaires. Je pense que l'ensemble des lecteurs auront compris la subtilité.
Je n'ai pas la prétention de comprendre tous les rouages de la démocratie. Mais je vous trouve un peu de mauvaise foi sur ce coup-là. Inutile également de venir jouer les maîtres d'école et donneurs de leçons (de cours bien entendu). J'ai toutefois trois certitudes pour vous :
- La presse par nature participe du système démocratique (lire les interventions de Jean Jaurès à ce sujet à l'Assemblée Nationale). Dans certaines "démocraties", on appelle cela le 4e pouvoir (à titre personnel, j'aime pas beaucoup).
- Nous vivons dans une République, ce qui est sensiblement différent d'une démocratie (le peuple ne gouverne pas, un corps électoral choisit des élus pour représenter la nation par exemple. Les deux autres bras armés de l'Etat sont "dotés" par nominations unilatérales. Aussi le résultat d'un référendum ne fait pas force de loi, on l'a vu récemment).
- Enfin, l'expression démocratique est également anonyme par nature et par besoin. Sinon pourquoi monter des isoloirs dans les salles de vote ? D'autres textes sont votés à bulletins secrets, etc.
Nous voilà bien éloigné du fond de l'article. Inutile de mettre en cause les capacités intellectuelles ou les compétences du rédacteur pour faire valoir vos arguments. Ils sont, par ailleurs, ASSEZ souvent pertinents.
Cordialement,
Yoann Daniel.
#20 - Le 14 janvier 2012 à 09h09 par  Alain Pény
Vouloir le beurre et l’argent du beurre, la consultation du 5 février 2012 en est une parfaite illustration!
La loi du 13 août 2004, instituant le référendum décisionnel, ne pose pas de problème juridique; cela implique, seulement, quelques contraintes de régularité et de sincérité.
Pour M. le Maire de Pornichet, ces modalités lui paraissent insupportables.
En effet, comment pouvait-il supporter que, pour être validé, le référendum décisionnel exigeât une participation minimale de 50% des inscrits, soit plus de 4700 votants et donc beaucoup plus que son score de 2008?
En effet, comment pouvait-il supporter que l'organisation d'un référendum décisionnel impliquât l'absence de toute publication communale, vantant les mérites et le bilan municipal, ce qui revenait à supprimer la sortie du magazine d'hiver?
En effet, comment pouvait-il supporter de ne pas exprimer son argumentation, en trois pages de magazine municipal, en plus de l'éditorial et des paroles d'élus
En effet, comment pouvait-il supporter de ne pouvoir relayer la voix "officielle", sur le site internet de la mairie, et ce, d'une manière éhontée?
En effet, comment pouvait-il se priver d'une nouvelle publication, payée par les contribuables, pour enfoncer, encore, un peu plus le clou, en janvier 2012?
M. le Maire à "détourné" l'esprit du référendum décisionnel et à proposé un succédané de consultation populaire.
Un vrai débat républicain aurait nécessité que les élus et la population puissent exprimer une opinion, au vu d'une étude compète, indépendante, chiffrée sur l'impact et les conséquences d'une sortie de la CARENE et d'une adhésion à Cap Atlantique.
En absence d'éléments d'information objective ,le caractère populiste et plébiscitaire de la consultation du 5 février 2012, est éclatant, et .....la crémière pourrait ne pas sourire!
Alain Pény
#21 - Le 14 janvier 2012 à 09h37 par ASSEZ1er
Petite déclaration:
Même si un pseudo n'appartient a personne, car de facto non identifiable, il n'empêche que l'usurpation De pseudo reste une usurpation .
C est a dire un geste pas très élégant.
Donc je viens ici dire que les 2 derniers commentaires de Assez ne sont pas du premier assez, d'où mon nouveau pseudo
Par ailleurs, comme ce qui compte c'est le commentaire lui même et non pas le pseudo, je conseille a ce nouvel assez d' en prendre un autre, car ses textes le démarquerons des miens.
Je lui suggère USURPATEUR
#22 - Le 14 janvier 2012 à 09h41 par ASSEZ1er
A relire le commentaire de M. Daniel, je devine dans sa dernière phrase qu'il avait déjà devine qu'il avait déjà à faire à un usurpateur.
#23 - Le 14 janvier 2012 à 13h01 par jfc
Merci M Peny pour votre commentaire m'éclairant sur un point qui m'avait échappé.
Je n'était pas dupe de l'aspect plébiscite mais je n'avais pas fait la subtile, mais fondamentale, différence entre référendum et consultation.

On avance donc d'un pas déterminant dans une nouvelle mascarade anti-démocratique de Robert Belliot.

C Priou vantait les mérites du référendum. Je ne suis pas sur qu'il ait compris la supercherie.

Je pense que le OUI va néanmoins l'emporter très largement.

De mon coté ne suis pas opposé au retour à Cap Atlantique mais je vais voter NON tellement cette consultation est manipulatrice, sans éléments chiffré, inadaptée à une réflexion plus large sur les territoires et destinée principalement à relever R Belliot des abîmes dans lequel il était tombé.
#24 - Le 14 janvier 2012 à 13h50 par Lemere
Merci M. Peny de ces précision, il faut que les Pornichetins connaissent la vérité .

Ce faux referendum, n'est que tromperie, et fourberie.
#25 - Le 14 janvier 2012 à 15h51 par sincère
Bravo et Merci Monsieur Peny pour votre analyse
Compte tenu que ce n'est pas une consultation encadrée quelles garanties avons nous sur la sincérité du scrutin?????? .
Sommes nous à la merci d'un" bidouillage " de l'équipe municipale et de l'équipe Le Vacon?????
Merci de nous éclairer
#26 - Le 14 janvier 2012 à 16h29 par vilain canard, Pornichet
Combien de fois faudra-t-il dire à R.Belliot que Pornichet n'est jamais sorti de Cap Atlantique,. Car quand le choix de la carène a été fait CAP n'existait pas.
Il faudrait aussi rappeler en détail pourquoi et dans quelles conditions ce choix a eu lieu.
Certainement que M.Belliot le sait, mais, comme d'habitude, il ne retient que ce qui l'arrange.VPF
#27 - Le 14 janvier 2012 à 16h44 par Martin
Ref au commentaire Peny
Pornichet-infos, les pornichétins, les Priou-Metaireau se sont donc fait avoir.
Belliot aurait refusé d'utiliser la loi sur le référendum local pour en faire une simple consultation, bien encadrée pour distiller son message sans chiffres, sans débats...
Ah, ah ah,
#28 - Le 15 janvier 2012 à 15h31 par néo Assez
Arrivé récent dans ce blog, j'apprends avoir usurpé un pseudo existant. Mille excuses. La belle affaire, voilà qu'il va falloir déposer les pseudos maintenant.

A Yohann Daniel :
Si la presse participe de la démocratie, je suis d'accord avec vous, elle ne doit pas constituer un pouvoir. Ni un moyen d'y parvenir. La preuve en est que le danger existe, cf M. Berlusconi.

Pour ce qui concerne le distinguo entre république et démocratie, celui-ci est réel. Néanmoins si je crois lire sous votre clavier que notre république n'est pas une démocratie, j'espère que cela n'était pas votre propos. Notre république en est belle et bien une. Cependant il existe des républiques non démocratiques (Chine), et des démocraties non républicaines (Angleterre). Il n'empêche que la démocratie est la base même de la république dans laquelle nous vivons.

Je suis totalement en désaccord avec votre phrase "l'expression démocratique est également anonyme par nature et par besoin". Votre exemple d'isoloir est la démonstration que vous confondez le secret du vote, nécessaire à l'expression démocratique hors de toute pression, avec l'anonymat. Que je sache vous faites la preuve de votre identité à chaque fois que vous votez, et vous ne pouvez le faire avec un niqab ou la burka. De même les personnes cagoulées lors des manifestations revendicatives citoyennes, les éléments anonymes cagoulés ne semblent pas être des tenants de la démocratie très crédibles.

Certains totalitarismes ont commencé très simplement et l'expression démocratique et anonyme peut bel et bien être plus apparentée à l'art de la calomnie et à celui du corbeau qu'à l'exercice de la démocratie.
#29 - Le 15 janvier 2012 à 15h48 par marcel
Ce bon M. Peny , en bon opposant, la joue finement.
Cependant c'est de la poudre aux yeux et il a une version des textes de loi en retard. La différence entre référendum local et consultation locale n'est pas bien épaisse. Et inexistante dans les domaines qu'il cite.
En particulier pour ce qui concerne les conséquences du choix des électeurs. Si la participation est inférieure à 50%, le référendum se transforme en consultation.
http://minilien.fr/a0mw3r
http://minilien.fr/a0mw6w

Quant à ce qui concerne les éléments chiffrés plus ils sont fournis, moins ils suffisent à tous ceux qui sont, par principe, opposés à Belliot. C'est compréhensible pour un opposant. C'est paradoxal pour les autres.

Rappelons que si Pornichet rejoint Cap, il s'agit d'un simple transfert et que les conditions de celui-ci sont régies par le Code Général des Collectivités Territoriales. Saine lecture qui pourrait vous apprendre que celui-ci n'a aucun coût et éviter à certains de traiter implicitement M. Priou d'imbécile.
#30 - Le 15 janvier 2012 à 17h21 par lafoisse, Pornichet
J'ai une question par rapport à la pétition de 2000 signataires en faveur de notre départ de la CARENE. Puisqu'on nous demande de voter, peut-on la voir ? N'y a t'il que des pornichétins résidents à l'année sur cette liste ?
En tant que citoyen de la ville, je suis abasourdi par le fait que 2 milliers de personnes puissent, à la demande du maire d'après ce que je comprends, (incroyable !)ainsi provoquer, à grand renfort de moyens (les élections ont un certain coût pour une mairie donc pour les contribuables),un vote alors qu'on le sait, d'ici quelques années la CARENE et CAP ATLANTIQUE ne feront qu'un.
#31 - Le 15 janvier 2012 à 18h31 par Martin
Marcel confirme donc que cette consultation à minima s’épargne toute contrainte d'un référendum.
Et il justifie gravement la non mise à disposition de données chiffrées par l'existence d'opposants (on ne les accepte pas dans la démocratie à la Belliot & Co) qui n'en auraient jamais assez.
Méprisant! Et surtout bien pénalisant pour tous les autres.
#32 - Le 16 janvier 2012 à 23h03 par jean michel
Vous trouvez que le ralliement de Pornichet à La Carene tel qu'il s'est fait il y a quelques années a été démocratique, vous ? Ah, oui c'est sûr que quand on ne prend pas de risque en baclant la décision sans consultation des habitants....on ne s'expose pas aux critiques...on ne prend aucun risque...et ce sont les mêmes qui font des leçons aujourd'hui de démocratie à longueur de journée, quel paradoxe !!!!!!! Vous n'acceptez pas le changement...Rester à La Carene quand je vois la folle augmentation de la TEOM ? Rester à LA Carene pour payer le désordre des élus de La Carene ? Rester à la Carene pour me faire avaler par la super métropole nantaise qui nous pend au nez ....? Rester à La Carene alors que le projet HELYCE va nous laisser à la porte...? Payer pour des projets dont on ne profitera pas !!!!!!! Voilà le vrai débat...au lieu de vous égorgez le gosier avce vos farces falatieuses, expliquez aux habitants pourquoi on paie toujours plus pour 0 services en plus !!!!!!! Indignez vous !!
#33 - Le 17 janvier 2012 à 09h26 par Lemere
A Jean-Michel

En fait, tout ce que vous vouler , c'est vous venger de ce qui a été fait en 2002.
Et vous vous abritez derrière une pseudo démocratie pour le faire.

Belle attitude, imaginez un instant que dans quelques années , usant des mêmes subterfuges, ( vraie fausse pétition, vrai faux référendum, vrais faux chiffres...), la prochaine municipalité veuille faire de même.
On a pas fini d'aller...."voter".
#34 - Le 17 janvier 2012 à 22h59 par jean michel
Faux mon cher Lemere et vous le savez aussi bien que moi car avec la réforme territoriale, c'est maintenant ou jamais qu'il faut se poser cette question car on ne reviendra pas là-dessus après ! En 2013, les territoires seront définis. Ce débat est pleinement pertinent car il pose les vraies questions d'appartenance à un territoire. Accepter de participer à un blog c'est en accepter ses règles : être contredit et cela ne fait pas de moi un "vengeur"....de quoi au fait ?
Quid du transport collectif ? Quid du chemin côtier ? A quoi ça sert d'être un élu si on ne pose jamais les questions qui fâchent ?!
#35 - Le 18 janvier 2012 à 08h10 par Lemere
Être élu, cher Jean-Michel, c'est savoir faire des choix, en ne s'abritant pas derrière son petit doigt ou un pseudo referendum.
C'est assumer les risques, et de respecter les règles du jeu d'un referendum et non pas d'une consultation pour un sujet si important.
En bref c'est faire preuve de courage et de respect envers LES électeurs, et pas seulement les siens , ça c' est du clientélisme .
#36 - Le 18 janvier 2012 à 08h18 par Yoann Daniel, Le Croisic
A Néo Assez,
Votre démonstration m'a convaincu en bien des points, j'ai une toute petite pique pour vous : lorsque vous associez république et démocratie, en général, cela donne une dictature (RD de Chine, du Congo, etc.). Pour la distinction, je faisais référence à la démocratie des Grecs et à la République de Rome, mais j'ai plus étudié l'histoire moderne que l'Antiquité,
Amicalement,
Yoann (sans H) Daniel.
#37 - Le 18 janvier 2012 à 18h47 par néo Assez
Merci Yoann de reconnaître la logique.
La petite pique va vote s'estomper ne vous inquiétez pas.
La république romaine se chargeait de la Res Publica n'est-ce pas ?
Dans la démocratie grecque, ne votaient que les citoyens. Les autres... ne valaient pas grand chose.
Ce qui permet bien aux dictatures les plus sombres d'en appeler à la démocratie. Vous avez raison, l'association des deux mots n'est pas toujours de bon augure.
Et que pensez-vous de la Hongrie qui n'est plus une république ?
#38 - Le 18 janvier 2012 à 22h10 par Yoann Daniel, Le Croisic
A Néo Assez,
Le silence médiatique et politique concernant la Hongrie me laisse songeur quant à la non-réaction face à ce cancer en notre propre sein. La situation semble grave et nous voilà bien désarmés face à une telle situation et à la lâcheté de nos dirigeants, non ?
Comme quoi, on peut vite relativiser les débats enflammés sur un référendum-consultation pour un changement administratif de la commune de Pornichet. Mais relativiser ne s'accorde pas très bien avec le Français... Parfois, c'est heureux, d'autres fois, c'est bien triste.
Bien à vous,
Yoann Daniel.
#39 - Le 18 janvier 2012 à 22h16 par Lemere
A neo-assez
Pas d'accord, la presse est un pouvoir, c'est même le quatrième pouvoir.
Mais comme tout pouvoir il corrompt, ce qu'il faut c'est qu'il ne devienne pas un pouvoir absolu, qui comme chacun sait corrompt absolument.

P.S j'aime bien votre nouveau pseudo !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter