Pornichet Infos

Un éco quartier parmi les 30 points de l'Agenda 21

La semaine du développement durable a été l'occasion pour la Ville d'informer sur son Agenda 21. Le sujet ne passionne pas les foules, si on considère le nombre de présents à la réunion dans la salle du moulin d'argent.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes dans la salle du moulin d'argent, mais quand on soustrait le nombre des élus et d'agents venus pour présenter en duos les points d'action pour le développement durable, c'est à peine la moitié d'auditeurs qui s'étaient déplacés.

Pour rappel Agenda 21, c'est un programme commencé en 2010 avec trois étapes : sensibilisation et diagnostic, concertation et construction du  plan d'actions. Il est temps de le valider et de l'appliquer et d'élaborer les outils d'évaluation.
Pour Pornichet les deux principaux objectifs sont: « fixer un cadre stratégique pour les projets qui s’inscrivent dans la démarche de développement durable et agir pour un tourisme respectueux de l’environnement».


30 points ont été détaillés par les agents flanqués de l'élu associé, beaucoup d'énergie de spectacle déployé pour monter sur scène par binôme, lire une page projetée et retourner s'assoir. Ces deux heures de présentation auraient pu gagner en concision, en déplacement de personnes, en rôles doublés. Alors détaillé ou délayé ? L'Agenda 21 de Pornichet a laissé l'auditeur un peu sur sa faim, peut-être parce que les actions ne semblaient pas validées.

Passons sur la liste des « éco-gestes », ceux qui, quand on nous les rappelle nous donnent l'impression qu'on nous prend pour de jeunes enfants : éteindre la lumière, fermer les volets, ne pas laisser couler l'eau du robinet...L'incitation sera répétée.
Passons aussi sur la liste des bonnes idées, enfin de celles dont on pense que « c'est comme ça que ça marche » parce que cela paraît évident par exemple : grouper les achats, gérer un parc général de véhicules et (pas par service). Désormais on pensera « transversal » dans les services.
 

Les cinq chapitres

Les cinq axes principaux d'action retenus sont les  transports, le logement la préservation des ressources, le tourisme durable et les relations entre les habitants.

Pour les transports, retenons la mise en place d'un schéma de déplacement communal, en prenant en compte les personnes à mobilité réduite et l'encouragement à circuler à pied et à vélo. 260 parkings à vélos ont été installés depuis 2008. Il s'en fera d'autres près de l'hippodrome. Combien ? « Suivant le terrain qui restera ». Des Vélib ? « à réfléchir » répond l'élu qui botte en touche. La navette gratuite est mise en place pour l'été, concernant les véhicules municipaux un suivi de consommation, des formations à la conduite économique sont prévus. Un parc de véhicules électriques ? « On observe et on réfléchit ».
Pour préserver les ressources naturelles la valorisation du patrimoine naturel est en cours avec l'aide de l'Office National des Forêts. Le service des espaces verts fait un travail considérable en actions, en réflexion et en formation du public et il l'a bien montré lors de cette soirée. La Ville réfléchit avec la CARENE à l'installation de colonnes enterrées pour la collecte des déchets. Elles sont particulièrement intéressantes en cas d'habitat vertical.
Pour le tourisme durable, on reparle entre autres de l'hippodrome et du front de mer, de la sensibilisation, de la collecte de déchets, plus ou moins triés, pas facile en été. Il reste une impression d'inachevé, une rubrique un peu « fourre-tout».

Pour le lien social, des salles existantes devraient être restructurées pour faire « des lieux de vie dans les quartiers,  par exemple l'ancien cinéma le Paris », des lieux de sports remis aux normes. Un terrain a été acquis dans le quartier d'Ermur par la commune pour faire des jardins familiaux, une parcelle sera réservée comme collective pour favoriser les échanges.

Concernant le logement
, l'idée d'éco-quartier fait son chemin avec la création d'un lotissement communal « respectueux de la mixité sociale ». La gestion des eaux pluviale sera bien intégrée aux futurs projets, et les familles qui veulent construire seront accompagnées dans leurs démarches concernant l'économie d'énergie. L'accompagnement à la création d'un EHPAD (établissement hospitalier pour les personnes âgées dépendantes) est prévu. André Lejeune adjoint à la solidarité, action sociale et logement social explique que « tout est prêt mais il faut un appel à projet de l'agence régionale de santé, une autre solution serait possible, un foyer logement mais il faut aussi un accord de l'ARS, resterait une résidence services, (pas besoin d'un accord de l'ARS). »
Avec une implantation sur le stade Louis Mahé, (soit loin du centre-ville pour qui a des difficultés à se déplacer), on peut se demander pourtant si la Commune reste bien dans la « démarche de lien social » mais personne dans la salle n'a posé la question.
« Pourquoi casser un outil qui fonctionne, pourquoi privatiser, cela va faire monter les prix ? » demande-t-on dans l'assistance. L'adjoint répondra « c'est une question pour le maire » .

Mais le maire n'est pas venu, retenu à La Baule en meeting de l'UMP, peut-être s'occupait-il  de politique durable.

 

Auteur : LY | 04/04/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « PLU : Préemption sur les fonds de commerces et les baux commerciaux »
Article suivant : « Semaine du développement durable »

Vos commentaires

#1 - Le 05 avril 2013 à 11h59 par malaise
Je ne participe plus à ces réunions.
Le sujet est passionnant et les débats enrichissants. Par contre on sent un malaise devant un "controle" et un verrouillage du Maire.
Des actions significatives ont été menées et il faut féliciter la plupart des acteurs.
Le maire pourrait en tirer une certaine fierté, assumant les idées contradictoires et la nécessité d'arbitrer. Et bien non, on sent son éternel besoin de savoir qui est avec lui ou qui est contre lui!

Sur le sujet privatisation de la maison de retraite, pourquoi l'adjoint en charge, A Lejeune ne réponds pas et renvoie la question vers le maire, sorte de maître absolu qui décide tout?
Cela ne doit vraiment pas être drôle d'être conseiller de Belliot et de ne pas avoir la capacité ou une autonomie pour piloter les dossiers de sa charge.
#2 - Le 05 avril 2013 à 13h58 par Wanda
Oui c'est vrai qu'on peut se demander si le développement urable intéresse ...? Peut-être que sur la forme, le principe même d'une réunion publique est à revoir ... Reste que l'agenda 21 est quand même bien une réalité à Pornichet ; l'effort est là et est en effet transversal. Oui, l'agenda 21 c'est du "bon sens" et le souci de la nature et de son environnement imprègne bien en effet les actions de la Ville et est bien partagé par bon nombre de conseillers de quartiers.....La commune et les pouvoirs publics en général essaient de montrer l'exemple et d'ainsi avoir leur contribution.....Après le respect de la nature concerne chacun, dans son foyer, au travail, dans ses activités, dans son mode de vie.....CDFD

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter