Pornichet Infos

PRO.SI.MAR s’allie au GRSB

Lors de son assemblée générale, l’association Pornichétine a évoqué les travaux faits et à faire sur le quartier de Sainte-Marguerite. Le projet d’éolien offshore a aussi été à l’ordre du jour avec le vote de poursuites judiciaires en partenariat avec l’association Bauloise GRSB.

L’association pour la Protection du Site et de l'Environnement de Sainte-Marguerite (PRO.SI.MAR) a fêté ses 81 ans en avril dernier. Avec 311 adhérents pour l’année 2010 (dont beaucoup sont là depuis 2005 et avant) et des finances saines, l’association se porte plutôt. « Nous avons un déficit cette année car nous avons acheté le défibrillateur installé à la poste de Sainte-Marguerite et à cause de la grosse assemblée générale que nous avons faite pour les 80 ans de l’association. Mais ne vous inquiétez pas, la trésorerie est reconstituée grâce aux cotisations », commence Alain Doré, président de l’association.

    Le rapport d’activité

L’association a participé au conseil de quartier du littoral. « Beaucoup de choses ont été dites, mais peu ont été faites », regrette Hervé Jamet, vice-président de PRO.SI.MAR. Il apprécie la réalisation du rond-point à Congrigoux et la réalisation des études sur la pollution des eaux du ruisseau de Cavaro et de celui de Rangrais. Mais un certain nombre de travaux restent à réaliser, au nombre desquels la sécurisation du passage piéton devant la Caravelle, l’aménagement du parking des Violettes, le stationnement unilatéral de l’avenue des Roches qui est demandé depuis 15 ans ou encore la mise en place d’un stop au bas de l’avenue des Chênes Verts. « Bravo pour l’installation du rond-point à Congrigoux, mais le bus est obligé de rouler dessus pour pouvoir passer », fait remarquer une adhérente au maire de Pornichet. C’est Jean-Pierre Goût, maire adjoint en charge de l’urbanisme et des travaux, qui répond : « pour l’instant nous regardons le comportement des gens et s’il y a un problème, nous pouvons modifier le trottoir de quelques centimètres. Nous allons en faire d’autres pour casser la vitesse ». Robert Belliot assure aussi que ses services vont remédier aussi à certaines faiblesses comme l’élagage des arbres dans le quartier.

    L’association Estuaire Loire Vilaine

Jean-Claude Ménard de l’association Estuaire Loire Vilaine (ELV) a présenté aux adhérents son association, son but et l’importance des laminaires. Ce sont des algues de plusieurs mètres de long qui ont besoin de lumière naturelle pour vivre. « Elles sont très importantes. Entre 1995 et 2010, 75 % des laminaires de la baie ont disparu, remplacées dans certains endroits par des espèces comme les moules ou les ophiures (sorte d’étoiles de mer) », explique Jean-Claude Ménard. La disparition des luminaires (et d’autres espèces) est du en majorité à la turbidité de l’eau. Chaque année, 200 000 à 250 000 tonnes d’engrais sont charriés par la Loire, en ajoutant 3,5 à 4 tonnes d’atrazine (un pesticide) et entre 8 et 15 millions de tonnes de boue issus du dragage du port de Nantes-Saint-Nazaire. Tous ses éléments contribuent à la disparition des luminaires et par extension de la biodiversité dans la baie. « Personne ne connaissait bien le banc de Guérande avant le projet d’éoliennes. On l’a étudié et nous nous sommes rendu compte que c’était un endroit exceptionnel pour les poissons et les crustacés la région. C’est un poumon pour la région », ajoute Jean-Claude Ménard.

    Le projet d’éoliennes

Pour Jean-Claude Ménard, le projet d’éoliennes c’est « décidé sur la table, ils ne sont pas allés sur l’eau. Il existe d’autres solutions comme l’isolation des maisons, des plateformes éoliennes/hydroliennes ou simplement rechercher des zones maritimes moins riches où implanter les éoliennes ». L’association « partenaire » Groupement des Résidents Secondaires de La Baule (GRSB) a voté jeudi le début de poursuites judiciaires contre le projet. PRO.SI.MAR aussi, mais à la majorité et non à l’unanimité. Alain Doré, président de PRO.SI.MAR l’assure, « c’est un non-sens écologique et économique ». Sur le sujet, Robert Belliot souhaite « mettre le paquet pour protéger les énergies nouvelles. Je suis plutôt partisan des éoliennes, mais pas sur le banc de la Banche, plutôt dans une zone industrielle ».

Auteur : AP | 14/08/2011 | 18 commentaires
Article précédent : « La municipalité se donne en spectacle »
Article suivant : « AG de l’association Pornichet Centre et Ouest : Pour une zone 30 ! »

Vos commentaires

#1 - Le 15 août 2011 à 16h06 par Lemere
Et bien voilà nous y sommes, le conservatisme dans toute sa splendeur.
Réveillez vous , nous n avons plus le temps d' attendre que d' autres moins égoïstes acceptent un projet éolien comme celui la.
Prosimar doit changer de nom, je propose Probelliot.
Il est temps de créer une vraie association qui depasse le seul cadre du quartier.
Je propose au minimum le périmètre de la Carene. C est a ce niveau que nous pouvons réellement faire quelque chose pour notre environnement et notre avenir.
#2 - Le 15 août 2011 à 16h46 par Baisse un peu l'abat-jour, Pornichet
"La disparition des luminaires (et d’autres espèces) est du en majorité à la turbidité de l’eau."

Et c'est regrettable !
Quand l'eau est trouble on voit moins clair et c'est là qu'on en aurait besoin (de luminaires).
#3 - Le 15 août 2011 à 19h46 par Scandaleux, La Baule
Sur le site internet de Prosimar il y a un montage photo qui montre des éoliennes à quelques centaines de mètre de Pierre Perçée. Ce montage photo grossier n'a aucune valeur.Les éoliennes ont été placées entre la banche et Pierre Percée alors que le projet est prévu à 7 milles derrière la banche. Il est uniquement fait pour tromper le lecteur sur les intentions de l'Etat. Les éoliennes implantées au grand trou sur le banc de Guérande ne se verront pas. On pourra sans doute les deviner par temps très clair. On se demande bien en quoi cela peut déranger l'association de défense de Ste Margueritte et ce qu'elle cherche en faisant de la procédure sur ce sujet. Prosimar court aujourd'hui un risque d'éclatement de son association car bon nombre de ses adhérents favorables aux éoliennes ne suivent pas cette orientation de la présidence. Ne vous laissez pas berner par ce montage photo qui n'a rien à voir avec la réalité. Enfin dire que les éoliennes vont nuire à la faune et la flore du banc de Guérande est aussi une contre vérité les études Iffremer prouvent le contraire.
#4 - Le 15 août 2011 à 20h37 par H20
Prosimar est un remugle de vrais réacs qui refuse tout sauf leur confort égoïste de privilégiés présents pour la plupart quelques jours par an.
Ils ont choisi, tract à l'appui, Belliot en 2008 et placé Mme Roudeix pour bien défendre leurs intérêts de classe.
Ils sont navrants et l'expression d'une France vieillissante, avilie dans un confort bourgeois, charitable à la messe dominicale des Bleuets mais inégalitaire à l'ombre de leurs villas.

Si l'Etat républicain voulait encore dire quelque chose, cette association devrait se voir retirer son label prefectoral d'association de défense de l'environnement pour rejoindre la case des associations de type Rotary ou Lion's.
#5 - Le 16 août 2011 à 10h49 par Lemere
Cher H2O tout a fait d' accord avec vous.
Recherchons des textes légaux qui pourraient conduire a sa dissolution.
Par ailleurs nous sommes déjà quelques uns qui avons infiltre cette association et préparons la prise du pouvoir que devront bien laisser un jour les dirigeants actuels
#6 - Le 16 août 2011 à 13h59 par sodium75, La Baule
Il y en a qui aimeraient avoir une belle villa à l'ombre des pins je vois...
Etes vous allé du coté de fosse sur mer, pratiquement pas d'éoliennes et beaucoup de vent. On a déjà le béton du mur de l'atlantique çà va comme çà non ???
#7 - Le 17 août 2011 à 11h12 par Alain Doré, Pornichet
Je dois corriger les affirmations du pseudo "Scandaleux", courageux anonyme.
je conseille le site de ELV www.assoloirevilaine.fr auquel participe IFREMER. Quant au montage photo, je garantis sa qualité, grâce notamment à la présence du phare de la Banche. Une éolienne de 150m à 15km, c'est 30 fois supérieur au pouvoir séparateur de l'oeil: elle sera parfaitement visible par temps clair.
L'éolienne la plus proche serait à 1,5 mille nautique derrière le phare, haut de seulement 30m et parfaitement visible. Il y en aurait environ 125 de 6 MW, réparties sur 25° entre Pierre Percée et la balise verte des Troves, généralement orientées Sud-Ouest comme sur la photo...Quant au grand trou, il est hors zone!
#8 - Le 17 août 2011 à 12h00 par anonyme
Je veux bien croire les explications de M. Doré.
Cependant, son combat n'est-il pas d'arrière garde ?
Toutes proportions gardées, c'est la même chose que s'opposer aux phares, lesquels ont rendus quelques menus services aux navigateurs. Ou aux voies ferrées qui ont elles aussi profondément modifié le paysage...
#9 - Le 17 août 2011 à 13h24 par Lemere
A M. Dore
A quel titre pouvez vous garantir une qualité de photographie ?

Selon les sites officiels les éoliennes ne seront pas plu grandes a cette distance qu'une allumette d'un centimètre a un mètre de votre œil .
Essayez d' imaginer cela avec en plus le soleil dans les yeux!

Alors cessez votre combat d'arrière garde.
Pensez a vos petits enfants ou aux nôtres.
#10 - Le 17 août 2011 à 17h20 par Alain Doré, Pornichet
Une allumette de 1cm à 1m, c'est effectivement 150m à 15km: plantez-en 4 rangées de 30 sur 50cm de long et 10cm de profondeur et placez-vous à 1m. Si votre champ visuel horizontal ne vous permet pas de les voir distinctement, allez consulter un ophtalmologiste!
C'est au titre d'ingénieur en optique que je peux garantir la validité du montage photographique.
Mais le problème n'est pas là: c'est l'inefficacité de tels projets gigantesques qui est en cause!
Ce n'est pas un combat d'arrière-garde, car c'est d'une part, pour éviter à nos enfants, et dans 30 ans à nos petits-enfants, de payer des factures d'électricité extravagantes ( le 1er ministre lui-même s'en inquiète!!!) à cause de décisions politiques irresponsables que je m'oppose à ce projet qui est un non-sens économique, et d'autre part pour éviter la détérioration de la biodiversité par le choix d'une zone particulièrement remarquable,pour seulement faire plaisir à des industriels qui ne sauraient pas s'implanter sur des fonds de 35-40m comme partout ailleurs.
Ceci est mon commentaire final.
#11 - Le 17 août 2011 à 18h40 par rosalie, Pornichet
TROP, C'EST TROP!!!!!
Comment peut-on défendre ses " petits intérèts particulièrs" et en mème temps prétendre sauver la " Planète Terre", avec en sus un soutien inconditionnel à la politique de R.Belliot, sans naturellement , faire de politique.
Comment s'étonner, alors, des déclarations évidentes de mauvaise foi permanentes, des comportements individualistes, voire égocentriques.
Ste Marguerite a la réputation d' etre un quartier bourgeois, et ce n'est pas nouveau...Mais.avoir aujourd'hui, comme seul porte-parole une association comme Procymar, c'est inquiètant...
Dans la période actuelle de crise où de nombreuses familles, et des individus souffrent y compris sur Pornichet, on aimerait entendre des paroles comme "solidarité", justice", égalité", et, pourquoi pas des gestes concrets qui vont au-delà de quelques euros dans les corbeilles de quète . Pour les povres de la paroisse...
La prise de position de Procymar sur l'implantation d'éoliennes dans la baie de La Baule ( c'est significatif )est la traduction d'un comportement scandaleux, et inadmissible dans la période actuelle.
Les marins pécheurs dont la mer est le gagne pain n'y sont pas opposés, pas plus que les ouvriers de la navale, ou les seniors et les jeunes en recherche d'emploi.
Mais celà est- sans doute- secondaire pour les détenteurs de capitaux que, seuls les cours de la bourse, et l'hypothétique dépréciation de leur patrimoine empechent de dormir
#12 - Le 18 août 2011 à 16h34 par Lemere
M. Dore
Ingénieur en optique, il faut croire que vous avez oublie de preciser qu'elles ne seront pas vues de dessus mais dans la vision d' un homme ou femme debout. C est dire que jamais le champ complet ne sera vu!
Sans compter que la houle , des vagues souvent de plus d' un mètre en masqueront souvent la plupart.
Voyez que je perçois bien votre point de vue
Quand au facture extravagante, attendez de payer très cher le nucléaire quand il faudra démanteler les centrales.
Pour autant il est normal qu'un premier ministre s'inquiète des couts , c'est le moins qu'il puisse faire, imaginez qu'il dise le contraire !
Et de toutes les façons le problème n est pas la.
Car si je vous suis, vous préféreriez laisser les jeunes mourir irraduies que vous de payer.
Moi je pense que nos enfants seront fiers de nous si nous préférons l'inverse , et que bien au contraire notre Presqu'ile s'en trouvera grandie.
Mais ma vision des choses, me porte plus sur l'avenir que sur le passe. Peut-être une différence de génération?
Je me battrai pour qu'aboutisse ce projet .
Ce ne sera donc pas mon commentaire final.
#13 - Le 21 août 2011 à 17h09 par LHORTY, La Baule
Je vous le dis tout de suite: je suis résident permanent à LA BAULE, et non à PORNICHET, mais me sens solidaire d'A. DORE. La lecture des commentaires m'a attéré, d'abord parce qu'ils révèlent une regrettable ignorance de ce que pourrait être une usine éolienne gigantesque (22 fois la surface de la raffinerie de DONGES), dont l'impact visuel (sur une longueur de 15 km, à 10 km de la côte Sauvage, et culminant à 160/180 m. au dessus des flots)ne sera pas la pire des dégradations de l'environnement. Les études déjà menées par un groupe de scientifiques et chercheurs, avec le concours d'IFREMER,du Muséum National d'Histoire Naturelle (Biologie Marine)et de quelques autres experts publics et privés, démontrent que l'impact de la construction, puis de l'exploitation, seraient catastrophiques pour la flore, la faune, la biodiversité de ce plateau rocheux sous-marin qui est reconnu en ces domaines comme le plus riche de la côte Atlantique. Alors oui ! parlons des générations futures :allons-nous leur léguer une mer morte ou agonisante ?
On siat construire à 30 km des rivages, sur des fgonds sableux pauvres en biodiversité (comme réalisé en Mer du Nord !), même si la profondeur pourrait créer quelques contraintes supplémentaires... mais les profits pour les grands groupes internationaux qui sont sur les rangs risquent d'être moindres. Est-ce que cela vous choque?
La lecture des commentaires, ici ou parfois ailleurs montre que leur vraie motivation est une prise de position politique, parfois sectaire (contre les "nantis" les "réacs"...) mais aussi haineuse porteuse de luttes intergénérationnelles (contre les "vieux")ou encore opposés à la liberté d'expression(retirer le label environnement; rejoindre -quelle horreur!-les associations de type Rotary ou Lion's...).
J'ai honte pour ceux qui tiennent de tels propos...
#14 - Le 21 août 2011 à 20h00 par Proeolien, Pornichet
Monsieur Lhorty; si Monsieur Doré s'est attiré autant de réactions dont certaines sont outrancières ou hors sujet, c'est que Monsieur Doré a lui même tenu des propos outranciers sur le sujet de l'éolien offshore. Il a en plus dit un certain nombre de choses inexactes, il n'est pas étonnant dans ce cas qu'il y ai des commentaires.Je vous conseille de lire l'article de Pen Kiriac sur media-web.fr et dans l'Echo. Pen Kiriac a une attitude objective et constructive sur le sujet.
#15 - Le 22 août 2011 à 11h12 par LHORTY, La Baule
D'abord, merci à Proéolien: il est rafraîchissant de trouver des propos qui ignorent l'invective, voire le déferlement d'injures personnelles tenant lieu d'arguments... faute d'avoir quelque chose de censé à exprimer...
Je connais J-P BARBIER pour avoir eu des entretiens et échanges écrits avec lui, et j'ai lu les CR de l'AG de l'association Pen Kiriak. Nous avons une part de convergences: il faudra utiliser la phase d'étude d'impact pour démontrer les effets et risques du projet, et tenter de l'infléchir vers des solutions moins catastrophiques, sauf qu'en ce qui me concerne, et compte tenu des enjeux, je crois que la solution convenable consiste à sauver le Banc de Guérande, à transférer l'usine ailleurs, plus loin, sur des fonds pauvres en biodiversité.
Mais je crois que nos motivations sont très différentes: je privilégie exclusivement la défense de la mer, de sa flore et de sa faune, pour léguer à nos successeurs une mer dont ils n'aient pas à nous reprocher l'état de délabrement... On ne doit pas composer avec cette exigence ! Les arguments qu'on m'oppose, puisés dans un florilège de documents émanant des tenants du parti EELV sont des attaques personnelles contre les "résidents secondaires" (JP.B. en est un à PIRIAC), les "riches nantis" habitant LA BAULE (!!!), les "vieux bourgeois" assis sur leurs privilèges, les "propriétaires" craignant pour la valeur de leur patrimoine...Bien entendu silence sur ce qui va se passer sous la surface... Ce ne sont pas des arguments de cette nature qui peuvent faire avancer un débat, auquel ils n'apportent absolument rien !
Accessoirement, sur un argument développé par J-P. BARBIER : les experts soulignent qu'aucune comparaison n'est possible entre l'impact des usines éoliennes en Mer du Nord et ce qu'il serait sur le Banc de Guérande. La création de "récifs artificiels" sur ce plateau rocheux est un leurre...
#16 - Le 29 août 2011 à 11h31 par Lemere
M. Lhorty
Vous mettez en lumière la difference majeure entre nous.
Vous pensez environnement futur , d'une population locale. Je pense plus globalement au futur regional voire national.
Sans énergie , pas d' avenir pour nos enfants.
Certes, le meilleur moyen c'est d' économiser cette énergie. Mais nous savons tous que malgré tous les efforts accomplis dans ce sens depuis les deux dernières decennies - remercions les écolos pour cette prise de conscience- nous ne pourrons arriver a compenser cette augmentation de consommation.
Le besoin énergétique va donc continuer de croitre. Alors pour préserver très localement un environnement , qui selon les champs déjà en activité retrouvera rapidement un état sinon originel mais au moins satisfaisant , devons-nous demander a la génération qui va venir de vivre moins bien que nous ?
Et pour cela, ne pouvons nous accepter pour un temps que notre champ visuel soit transforme un peu?
Que plutôt que d' attendre d'hypothétiques découvertes , ne pouvons nous pas prendre un risque seulement financier. Un champ éolien se démonte facilement compare a une centrale.
Et tout cela en participant a un effort national
Je ne pense pas mes propos démagogiques ,et ne fais pas d' attaque personnelle.
Et je veux remercier ici, toutes les personnes qui de gré ou a leur corps défendant , ont bien voulues pour des décennies accepter près de chez eux, des centrales thermiques ou nucléaires
Comme je suis convaincu que les générations qui viennent , nous remercierons de ce petit effort environnemental visuel que nous ne manqueront pas de faire
#17 - Le 31 août 2011 à 23h46 par Lemere
Pour info en date du 22 février, notre maire a approuve au sein de la Carene un accord de cooperation avec Le Havre pour le développement de l'éolien off-shore, incluant le projet au large de la banche.
Espérons qu'il ne cède pas aux sirènes de prosimar et ne revienne pas sur ses premières décisions.
#18 - Le 16 novembre 2011 à 22h09 par Pornichétine, Pornichet
J'ai lu tous les commentaires de chacun(e) et je suis ulcérée de lire tant de critiques parfois aux changements qui doivent être faits dans une ville dite "touristique" ne l'oublions pas afin de la rendre plus acceuillante. Les râleurs sont toujours les mêmes. Ceux qui restent assis confortablement dans leur fauteuil à longueur d'années, attendant que les autres fassent le boulot et je rejoins ce que dis Rosalie dans son message du 17 aout.
"Pour ces gens là, seuls les cours de Bourse et l'hypothètique dépréciation de leur patrimoine empêchent de dormir".
Arrêtez votre égoïsme, vos sarcasmes et essayez d'oublier un peu votre égo, votre nombril et faites en sorte d'adhérer à tous les efforts que font d'autres personnes pour la vie de cette jeunesse qui souffre cruellement actuellement.J'ai 66 ans et je plains cette jeunesse que l'on méprise plutôt que d'aimer. .

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter