Pornichet Infos

L’homme spécule, les arbres tombent, les animaux s’en vont, mais les corbeaux croassent toujours…

C’est un coin de verdure où chantent le pinson, le merle et la bergeronnette. Un espace protégé où pousse l’herbe folle entre des arbres majestueux. Un petit sentier circule parmi les taillis, son tracé est resté intact. Il est sans aucun doute emprunté régulièrement par des inconditionnels de la randonnée.

Cette oasis de verdure de 2 748 m2 est située dans le prolongement de la ZAC Atlantique, juste à côté de Cap West. Et, pour son confort économique, Cap West Groupe, a décidé de construire un nouveau bâtiment (un centre d’affaires et une résidence de tourisme). La réalisation du projet nécessite la suppression d’une dizaine d’arbres. Le permis de construire a été déposé en Mairie le 24 novembre 2009 et accordé le 1er juin 2010.

L’avis de l’urbaniste de la ZAC précise qu’il convient de veiller à la protection des arbres maintenus dans le cadre du projet durant le chantier. Mais autorise implicitement la suppression d’une dizaine d’arbres magnifiques.

En parcourant le chemin entouré d’une végétation florissante, l’arbre m’a susurré à l’oreille.

« Autour de moi tout se transforme, le monde a perdu la raison. Vas voir les hommes dis-leur d’arrêter les machines avant qu’il ne soit trop tard. Vous êtes en train de tout détruire… J’ai un très gros chagrin, tous mes amis, les oiseaux, les insectes, les champignons, les plantes, nichés dans mes branches vont devoir trouver un autre domicile… Tous ces êtres vivants parfois discrets forment une extraordinaire biodiversité à tous les étages. Il me restait beaucoup d’années à vivre… ». Les voisins de l’immeuble d’à côté disent : « Nous regardions les arbres du pas de notre porte, ils étaient les premiers à nous dire les changements de saison… ».

Les travaux devraient commencer en octobre, il est encore temps de se battre pour sauver ce coin de nature.

Les riverains de la Redonnée ont un jour été réveillés par les vibrations d’une tronçonneuse. Les habitants de l’avenue du Gulf Stream peuvent encore se mobiliser pour préserver leur coin de nature, en mémoire de tous ces centenaires cette année disparus…

06/08/2010 | 4 commentaires
Article précédent : « Succès du premier Forum des Associations, malgré certaines absences remarquées »
Article suivant : « Circulation, concentration, pollution. Démonstration réussie »

Vos commentaires

#1 - Le 06 août 2010 à 21h45 par  mémoire, Pornichet
A lire votre article, m'est immédiatement revenue en mémoire une poésie apprise en 6e (un bail...j'ai 60 ans!). Elle commençait ainsi
"Ecoute, bûcheron, arrête un peu le bras.
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas.
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoutte à force,
Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce?
Sacrilège meurtrier...."
Espérons que ceux qui commandent le bras du bûcheron sauront entendre la plainte qui monte de tous ces arbres déjà abattus ou condamnés à l'être.
#2 - Le 15 août 2010 à 12h34 par Vent-frais
Pornichet en coupe réglée


sortir les petits pins en rondins au rond point
tomber un grand nombre d'arbres dans le Bois de la grée
suivre le courant de la construction: le Gulf Stream

ouvrir un chantier de peuplement ?
remplacer les arbres abattus?

Pas des petits machins, pour faire joli par ci joli par là,
Des arbres, des essences locales. Celles que nos parents ont plantées pour nous, et que nous devons à nos enfants.

Agenda 21 ?
Couper des arbres pour faire des bacs à eau à vider par des camions ?
Pour éviter une inondation probable tous les 100 ans.

Le Parc Paysager : « un poumon »?
C'est à s'étouffer de rire; on ne manque pas d'air à Pornichet,(la preuve),nous avons notre bonne mer et le vent.
L'écologie, n'est pas une mode, un attrape voix,une série de recettes plaquées ici ou là.
Il faut abattre des arbres, personne ne le nie, avec discernement, avec respect.
Il faut les remplacer.En tenant compte de leur nombre, et de leur âge.De l'utilité qu'ils ont dans la qualité de l'air, de tenir le sol, de réguler les circulations de l'eau, de protéger du vent,d'abriter la faune, de filtrer la poussière,d'assourdir les bruits,d'apaiser nos comportements et plus encore.

Mais suivons le service communication de la mairie.
Une nouvelle idée, un nouveau mot : « poumon ».Monsieur le Maire, dans les plaquettes, dans les interviews, répète ce refrain avec application. Il sait que la respiration végétale pour une espèce donnée peut s'exprimer en volume de gaz traité par surface de feuillage, puisqu'il choisit de placer l'arbre dans une seule fonction, utilitariste et respiratoire.
Alors en ce moment combien de m2 de feuillage disparus y compris les peupliers filtreurs de l'hippodrome, combien de m2 crées ?
C'est aussi un bilan.
Celui-ci n'est pas une respiration, c'est une asphyxie.
#3 - Le 07 septembre 2010 à 15h20 par CARIO, Pornichet
Bonjour
Que devient le projet 'PARC ARMOR'?
La mairie précise qu'elle n'est pas concernée.
Ce projet est-il mort-né?
#4 - Le 08 septembre 2010 à 18h09 par question
A-t-on des informations sur les travaux au lieu-dit Pontsaillant?
Bassin de rétention ?
Sur La Baule ou Pornichet ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondiness 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter